Renforcement des capacités liées à l’économie de l’eau en Amérique latine

Du 3 au 7 aout 2015, le Programme hydrologique international (PHI) a réuni des représentants de douze pays latino-américains au Centre de formation de la Coopération espagnole à Montevideo, Uruguay, dans le cadre d’un un cours qui vise à renforcer les capacités liées à l’économie des ressources en eau et échanger des expériences en la matière. Le cours avait comme objectif le renforcement des capacités des acteurs stratégiques en lien avec les instruments économiques et financiers pour la gestion intégrée des ressources en eau (GIRE). Il s’agit du premier cours organisé dans le cadre de la coopération entre le Programme hydrologique international de l’UNESCO (PHI), l'Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID) et la Conférence des directeurs ibéro-américains de l'eau (CODIA), visant à renforcer les capacités et la gouvernance pour la gestion durable de l’eau en Amérique latine.

Cette activité a rassemblé 35 participants, dont des académiciens et chercheurs de renommée internationale et des représentants des gouvernements de l’Argentine, du Brésil, du Chili, de la Colombie, du Costa Rica, de l’Equateur, d’El Salvador, du Mexique, du Panama, du Pérou et d’Uruguay, de parcours et  professions divers, notamment des ingénieurs électromécaniques, des juristes, des politologues et des économistes. La coordination académique a été réalisée par la Chaire UNESCO sur l’eau et l’éducation pour le développement durable de l'Université nationale du Litoral, Argentine.

Au cours de l’inauguration de l’évènement, la coordinatrice du PHI au Bureau régional de l'UNESCO pour la science en Amérique latine et les Caraïbes, Zelmira May, a insisté sur la nécessité de continuer à travailler conjointement afin de développer certaines actions de renforcement des capacités en la matière et a souligné l’importance de construire des espaces d’échange et de transfert de culture. Tout au long du cours, l’échange d’expériences entre le personnel technique des différentes institutions de la CODIA a été encouragé, notamment de la part de professionnels provenant d’autres institutions publiques liées à la gestion des ressources en eau.

Les principaux thèmes abordés durant le cours ont été liés à la GIRE, aux concepts liés à l’eau et à l’économie, la théorie des ressources naturelles renouvelables et non-renouvelables, tout comme, entre autres,  les principes généraux  de l’analyse cout-bénéfice, pour proposer des outils pratiques afin de concrétiser les principes de la GIRE. Ce cours a souligné la nécessité de reconnaitre l’eau comme une ressource rare, vulnérable, et nécessaire pour la vie humaine. Dans ce contexte, les principes de la GIRE pourraient contribuer à la réduction de la pauvreté et à l’amélioration du niveau de vie de la population.

En cette année 2015, à la veille de la définition de l’agenda pour le développement post-2015 et afin d’obtenir “l’avenir que nous voulons”, il s’avère nécessaire d’établir un compromis entre les acteurs concernés par l’usage, la gestion et la préservation des ressources en eau.

Les prochains cours prévus dans le cadre de la coopération entre le PHI, l’AECID et la CODIA concerneront “L’inclusion de l’approche de genre dans la prise de décision sur la gouvernance de l’eau”, au Centre de formation de la Coopération  espagnole de Santa Cruz de la Sierra, Bolivie, du 11 au 13 novembre, et “La diplomatie de l’eau”, dans le même centre, le 30 novembre et 1er décembre 2015.

Plus d'informations :

Contact :