La République de Corée championne de la croissance verte

focus_shutterstock_294585143_korea_songdo_fr.jpg

Ville internationale de Songdo, République de Corée
© CJ Nattanai / shutterstock.com
02 Décembre 2015

Lors de sa visite au Siège de l’UNESCO le 1er décembre 2015, la President Park Geun-hye announced que la République de Corée s’associerait avec l’UNESCO pour mettre en œuvre le nouveau Programme de développement durable à l’horizon 2030. Le Gouvernement coréen plaide en faveur d’une croissance verte depuis des années. Dans le cadre de sa politique de croissance verte, à faible taux d’émission de carbone (adoptée en 2008), le gouvernement a doublé ses investissements dans les technologies vertes entre 2008 et 2012, selon le Rapport de l'UNESCO sur la science : vers 2030, publié en novembre 2015. Un nouvel institut financé par le gouvernement, le Centre des technologies vertes de Corée, a suivi en 2013. Le gouvernement envisage de commercialiser une technologie permettant le captage et la séquestration du carbone d’ici à 2020. En outre, il a mis en évidence cinq domaines stratégiques pour le développement technologique national entre 2013 et 2017 (voir figure).

Dans le même temps, les 30 premières entreprises privées ont investi 224 billions de wons sud-coréens (environ 26,2 milliards de dollars des États-Unis) dans les technologies vertes entre 2011 et 2013. Sur le plan international, le pays héberge le Fonds vert pour le climat depuis 2012 dans la ville d’Incheon ; ce fonds avait été créé par la Conférence des Nations Unies sur le climat qui s’était tenue à Copenhague en 2009. Incheon accueille aussi l’Institut mondial de la croissance verte créé par la République de Corée en 2010 ; cet institut coopère avec des partenaires publics et privés dans les pays en développement et les économies émergentes pour placer la croissance verte au cœur de la planification économique.

Source : adapté du Rapport de l'UNESCO sur la science, vers 2030. .