Un riche programme de manifestations met en lumière l’agenda Éducation 2030 à la 38e session de la Conférence générale

esd-30212221.jpg

© UNESCO

Un programme varié de manifestations sur l’éducation se déroulera durant la 38e session de la Conférence générale de l’UNESCO, du 3 au 18 novembre au Siège de l’Organisation, à Paris.

Le 4 novembre, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, s’est félicitée de l’adoption du Cadre d’action Éducation 2030 en présence de plus de 70 ministres, chefs de délégations d’États membres, représentants d’institutions des Nations Unies et d’agences multilatérales et bilatérales, et représentants de la société civile, d’organisations régionales et du corps enseignant, des universitaires, des jeunes et du secteur privé.

« Aujourd’hui, avec le Cadre d’action Éducation 2030, les gouvernements du monde entier se sont mis d’accord sur la façon de traduire une promesse sur le papier en action concrète sur le terrain », a-t-elle déclaré.

Le jour de l’ouverture de la Conférence, le Prince Haakon de Norvège et Mme Bokova ont participé à une cérémonie visant à promouvoir l’adoption de la Déclaration sur la sécurité dans les écoles, qui donne aux gouvernements l’occasion d’exprimer un large soutien politique en faveur de la protection et du maintien de l’éducation en cas de conflit armé.

Le même jour, un événement parallèle a été organisé afin de lancer le Résumé Genre du Rapport mondial de suivi sur l’EPT 2015. Le Guide pour l’élaboration d'une politique enseignante produit par l'Équipe spéciale sur les enseignants pour l’Éducation pour tous a également été lancé.

Le 4 novembre également, un colloque a été organisé par la Délégation permanente des Pays-Bas auprès de l’UNESCO, sur le thème « Prévenir et combattre la violence et la discrimination fondées sur l’orientation sexuelle et sur l’identité/l’expression de genre dans et à travers l’éducation ».

Lors d’un événement parallèle de haut niveau le 4 novembre, le Sous-Directeur général pour l’éducation, M. Qian Tang, a participé au lancement de la publication « Repenser l’éducation : Vers un bien commun mondial ? »

Le 5 novembre, une cérémonie se tiendra afin de récompenser les lauréats du nouveau Prix UNESCO-Japon d’éducation en vue du développement durable. Les prix, financés par le Gouvernement du Japon, sont décernés à l’Association SERES (Guatemala/El Salvador), au Centre pour le développement de la petite enfance, l’éducation non formelle et l’éducation informelle (Indonésie) et rootAbility (Allemagne).

Le même jour se tiendra un séminaire animé par l’ambassadrice de la Suède auprès de l’UNESCO, Mme Annika Markovic, intitulé « Parvenir à une EFPT éco-responsable et respectant l’égalité des genres : quels défis dans une perspective post-2015 ». Un événement spécial de haut niveau sur la prévention de l’extrémisme violent par l’éducation se tiendra le 6 novembre. La manifestation est organisée par l’UNESCO, la Mission permanente des États-Unis auprès de l’UNESCO et d’autres États membres de l’Organisation.

Le 7 novembre, l’Institut de statistique de l’UNESCO organisera une manifestation intitulée « De l'objectif à l'action : l'UNESCO à la tête du programme pour le suivi de l'éducation à l'échelle mondiale », qui soulignera l’importance des données dans le suivi du nouvel objectif mondial pour l’éducation.

Le même jour, un panel sera organisé sur la promotion et le renforcement d’une éducation sensible au genre dans les domaines des STEM pour les adolescentes, à l’appui de l’égalité des genres.