Sauvegarder la Citadelle d’Erbil pour protéger l’âme de l’Iraq

Le 2 novembre, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a visité la Citadelle d’Erbil, un site inscrit sur la Liste du patrimoine mondial lors de la session du Comité du patrimoine mondial de 2014. Elle a remis le certificat d’inscription de la Citadelle au Premier ministre du Gouvernement régional du Kurdistan (KRG), Netchirvan Idris Barzani.

A cette occasion, la Directrice générale était accompagnée par le Gouverneur d’Erbil, Nawzad Hadi Mawlood, le ministre régional de la Culture, Khalid Doski, la ministre régionale des Municipalités et du Tourisme, Newroz Mawlood Amin, et par le chef de la Haute-Commission à la réhabilitation d’Erbil, Dara al-Yaqoobi. Parmi les spectateurs, un large éventail de représentants étrangers, la communauté locale ainsi que les médias.

Le Premier ministre a remercié l'UNESCO pour son soutien à la restauration de la Citadelle et pour son inscription au patrimoine mondial. « C’est une grande source de fierté pour nous, pour tous les peuples de l'Iraq. »

Il a souligné l'importance de l'engagement personnel de la Directrice générale, incarné dans sa décision de venir présenter le certificat d'inscription en personne à Erbil.

Le Gouverneur a parlé de la forte coopération avec l'UNESCO dans tous les aspects de la conservation de la Citadelle, en notant l'amour et la fierté des femmes et des hommes de l'Iraq envers leur patrimoine.

« A travers cette inscription, nous célébrons la valeur exceptionnelle de la Citadelle d’Erbil et la contribution millénaire du peuple de cette terre à la grande histoire de l’humanité », a déclaré Irina Bokova. « Cette histoire appartient à tous et nous devons tous la défendre contre ceux qui l’attaquent ».

La Directrice générale a ajouté : « L’inscription de la Citadelle constitue aussi un moment solennel car cette histoire et ces valeurs sont aujourd’hui menacées ».

Outre la profonde crise humanitaire que connaît aujourd’hui l’Iraq, le pays fait face à un processus de nettoyage culturel, une destruction culturelle et un pillage culturel sans précédent.

« Les terroristes attaquent la culture parce qu'ils veulent attaquer l'âme du peuple iraquien, pour affaiblir des fondements de toute réconciliation future, » a dit Irina Bokova.

Dans ce contexte, Irina Bokova a dit la nécessité d’intensifier notre volonté commune à défendre le patrimoine et la diversité culturels iraquiens. « Ce doit être notre réponse à l’extrémisme, de renforcer la tolérance et la confiance ».

« Sauver le passé de l’Iraq est essentiel pour sauver le futur de ce pays mais aussi pour notre histoire collective. Voilà le sens de cette inscription », a-t-elle déclaré.

« Nous devons nous élever contre les forces qui cherchent à diviser l’Iraq car elles s’en prennent à notre humanité commune, aux valeurs et aux aspirations que nous partageons tous ».

Premier site du patrimoine dans la région du Kurdistan iraquien, la Citadelle d’Erbil est un bâtiment anciennement fortifié au sommet d’un imposant tell ovoïde – un monticule créé par les générations qui se sont succédées sur le site et ont reconstruit au même endroit. Le mur de façades de maisons du XIXe siècle continue de donner l’impression visuelle d’une forteresse imprenable surplombant  la ville d’Erbil. La citadelle présente un tracé de rues particulier - en éventail - datant de la phase ottomane tardive d’Erbil. Les sources écrites et iconographiques documentent l’antiquité de l’occupation du site – Erbil correspond à l’ancienne Arbèles, un important centre politique et religieux assyrien – tandis que les découvertes et fouilles archéologiques suggèrent que la colline cache les strates et les vestiges d’établissements plus anciens.

La Citadelle s’ajoute à trois autres sites iraquiens de la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO : Assour (Qal’at Cherqat), Hatra et la ville archéologique de Samarra.

La Directrice générale a remercié le Premier Ministre, le Gouverneur et la communauté locale pour leur engagement en faveur de la sauvegarde de la Citadelle.

« A travers le Projet de revitalisation de la Citadelle d’Erbil, l’UNESCO est fière de travailler avec le Gouvernorat d’Erbil et la Haute-Commission à la réhabilitation d’Erbil en vue de permettre la protection et la conservation du site, de préparer le cadre et les directives pour la gestion de la zone tampon, ainsi qu’un plan de gestion pour le développement durable du site, et pour soutenir la nomination de la Citadelle ».

En remettant le certificat d’inscription de la Citadelle, Irina Bokova a affirmé la volonté de l’UNESCO de continuer à soutenir le peuple iraquien dans tous ses efforts.