Le Second Forum de l’UNESCO sur l’éducation à la citoyenneté mondiale met en lumière le programme de développement pour l’après-2015 et la paix

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a souligné la nécessité de repenser l’éducation, lors de l’ouverture du Second Forum de l’UNESCO sur l’éducation à la citoyenneté mondiale (ECM), Construire des sociétés pacifiques et durables : planifier l’après-2015, qui se tient du 28 au 30 janvier au Siège de l’UNESCO, à Paris.

 « Nous avons besoin de nouvelles compétences pour une nouvelle époque – pour encourager plus de respect et de compréhension entre les cultures, donner aux apprenants les outils pour tirer le meilleur parti de la diversité, développer de nouvelles valeurs et de nouvelles attitudes de solidarité et de responsabilité, exploiter l’énergie des jeunes femmes et des jeunes hommes pour le bien de tous », a déclaré la Directrice générale. « C’est la raison pour laquelle l’éducation à la citoyenneté mondiale et ce Forum sont si importants ».

© UNESCO / Amira Yahyaoui 

Amira Yahyaoui, Présidente et fondatrice d’Al Bawsala (Tunisie), a souligné dans sa présentation que « les jeunes ne sont pas la génération future, ils sont le présent [… et] l’éducation à la citoyenneté mondiale peut aider à expliquer comment ils peuvent agir en tant que citoyens responsables aujourd’hui et maintenant ». 

Les deux principaux objectifs du Forum consistent à envisager l’éducation à la citoyenneté mondiale dans le cadre de l’agenda pour l’éducation post-2015 ainsi que son rôle pour la construction de la paix. Le Forum apportera des contributions concrètes au nouveau Cadre d’action sur l’éducation post-2015 [lien] qui sera adopté lors du Forum mondial sur l’éducation (WEF) qui aura lieu en mai 2015 à Incheon, en République de Corée. 

Alors que l’UNESCO célèbre son 70e anniversaire, le Forum offre une occasion d’« affiner notre vision et de placer l’éducation à la citoyenneté mondiale dans le cadre de toutes nos activités – pour éliminer la pauvreté, améliorer l’inclusion sociale, répondre de manière durable aux besoins de toutes les sociétés, construire une culture de la paix », a dit Mme Bokova. 

Tout au long du Forum, quelque 250 participants venus de toutes les régions examineront un éventail de sujets, parmi lesquels les pratiques d’enseignement, la lutte contre les discriminations, les médias sociaux, l’évaluation des résultats d’apprentissage de l’ECM, l’éducation interreligieuse et les enseignements tirés de l’éducation en faveur de la paix et des droits de l’homme. 

Des responsables des politiques, des universitaires, des jeunes, des ONG et des organismes des Nations Unies s’efforceront d’identifier des priorités politiques et des stratégies pour la mise en œuvre de l’ECM lors de trois séances plénières et 20 séances simultanées, offrant une plate-forme unique d’échange et de création de réseaux. 

Durant le Forum sera lancé le centre d’échange d’information de l’UNESCO sur l’éducation à la citoyenneté mondiale, hébergé par le Centre Asie-Pacifique d'éducation pour la compréhension internationale. 

Le Forum bénéficie du soutien de l’Autriche, du Sultanat d’Oman et de la République de Corée, ainsi que des conseils d’un réseau de partenaires tels que l’Institut Mahatma Gandhi d'éducation pour la paix et le développement durable de l’UNESCO, le Centre international du Roi Abdallah ben Abdelaziz pour le dialogue interculturel et interreligieux (KAICIID) et le Centre Asie-Pacifique d'éducation pour la compréhension internationale (APCEIU), un centre placé sous l’égide de l’UNESCO.           

Le Premier Forum sur l’ECM s’était tenu à Bangkok du 2 au 4 décembre 2013, sur le thème « L’éducation à la citoyenneté mondiale : préparer les apprenants à relever les défis du XXIe siècle ».