Le Secrétaire d’Etat américain John Kerry et la Directrice générale Irina Bokova appellent à la fin des destructions culturelles en Iraq et en Syrie

Le 22 septembre, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a pris part au côté du Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, à un événement intitulé Patrimoine en péril : l’Iraq et la Syrie destiné à mettre en avant les efforts consentis pour protéger et préserver le patrimoine culturel iraquien et syrien.

L’événement s’est déroulé au Metropolitan Museum of Art de New York, dans une magnifique salle dédiée au Temple de Dendour, offert aux Etats-Unis par l’Egypte après la campagne menée par l’UNESCO pour sauver les temples de Nubie.

Le Secrétaire d’Etat américain John F. Kerry et Irina Bokova ont prononcé des discours à l’occasion de cet événement auquel participaient notamment Emily Rafferty, Présidente du Metropolitan Museum of Art ; Elizabeth Duggal, Présidente de l’ICOM-Etats-Unis, qui représentait l’ICOM International ; Bonnie Burnham, Présidente du Fonds mondial pour les monuments ; le Dr. Zaki Aslan, Directeur du Centre de conservation ICCROM Sharjah (Emirats arabes unis) ainsi que le Professeur de l’Université de Boston, Michael Danti (American Schools of Oriental Research). Le Délégué permanent des Etats-Unis auprès de l’UNESCO, l’Ambassadeur Nix-Hines, était également présent.

John Kerry a lancé un puissant appel en faveur de la sauvegarde du patrimoine culturel de Syrie et d’Iraq.

« Nous nous réunissons alors que se déroule l’attaque la plus tragique et la plus choquante contre notre patrimoine commun ».

Le Secrétaire d’Etat a qualifié de « barbarie culturelle » les actes effroyables commis par des groupes extrémistes. Ces actes « ne sont pas seulement une tragédie pour les Syriens et les Iraquiens mais pour tous les peuples ».

Il a souligné l’importance de la culture qui est « un des fondements de la vie » et a déclaré que les groupes extrémistes « ne volent pas seulement des vies mais aussi l’âme de millions de personnes ».

Le Secrétaire d’Etat John Kerry a par ailleurs évoqué l’attention tout particulière que porte le gouvernement américain à la sauvegarde de ce patrimoine commun, à travers la formation et le renforcement des capacités, le suivi et le contrôle.

« Notre patrimoine est en péril, il est impératif d’agir maintenant », a-t-il déclaré. « Il ne s’agit pas seulement de valeurs communes mais d’un héritage commun ».

La Directrice générale a remercié le Secrétaire d’Etat, partageant son analyse sur la nature du défi à relever.

« Nous assistons aujourd’hui à un « nettoyage culturel » sans précédent, à une éradication culturelle et à un pillage qui visent à nier les identités des Autres, effacer leur existence, éliminer la diversité culturelle et persécuter les minorités. Nous voyons des communautés attaquées sur la base de leur identité. Nous voyons le pillage systématique de sites antiques livrés au trafic illicite pour financer des groupes extrémistes. La culture a été attaquée au Mali en 2012 et elle l’est aujourd’hui en Syrie et en Iraq, le berceau de la civilisation occidentale ».

« Les attaques contre la culture sont des attaques contre les peuples, contre leurs identités, contre leurs valeurs et leur mode de vie, contre leur avenir – c’est la raison pour laquelle on ne peut dissocier les dimensions culturelles et humanitaires des réponses internationales », a déclaré la Directrice générale. « La protection du patrimoine doit faire partie intégrante des efforts de consolidation de la paix ».

Elle a rappelé la proposition que l’UNESCO a soumise au Conseil de sécurité des Nations Unies relative à une interdiction du commerce des biens culturels et souligné la nécessité de travailler avec la Cour pénale internationale. « Nous devons faire en sorte que la destruction du patrimoine culturel soit reconnue comme un crime contre l’humanité ».

Elle a souligné que tout ce travail repose sur des partenariats et elle a remercié les Etats-Unis ainsi que tous les partenaires pour leur engagement et leur soutien.

Thomas Campbell, Directeur du Metropolitan Museum of Art, a évoqué l’engagement du Metropolitan Museum en faveur de la sauvegarde du patrimoine culturel dans le monde, à travers la formation et les partenariats.

« La culture est essentielle au renouvellement de la société », a-t-il déclaré.

Le Pr. Michael Danti a fait une présentation détaillée de l’ampleur des destructions, qui sont « sans équivalent depuis la seconde guerre mondiale ».

« Des milliers de sites sont menacés », a-t-il souligné, que ce soit par les combats, le pillage ou encore les destructions intentionnelles croissantes commises par les groupes extrémistes à l’encontre de certaines communautés et minorités.

Elizabeth Duggal (ICOM), Bonnie Burnham (FMM) et le Dr. Zaki Aslan (Centre Sharjah ICCROM) sont également intervenus pour présenter le travail qu’ils effectuent pour protéger ce patrimoine unique.

Ces discussions ont été suivies par une visite de l’exposition « De l’Assyrie à l’Ibérie – A l’’aube de l’Age classique ».

« C’est notre réponse à l’extrémisme », a déclaré la Directrice générale. « Elle commence par la culture ».