Le Secrétaire général de l’ONU appelle d’éminents scientifiques à se tourner vers l’avenir et proposer des solutions

sabe_into_focus_dpl.jpg

Message by the UN Secretary General, Ban Ki-moon, to his scientific advisory board
© UN media

« Nous avons besoin de la science pour éradiquer la pauvreté, promouvoir une économie à faibles émissions de carbone et transformer notre monde », a affirmé le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, alors que la 4e réunion de son Conseil consultatif scientifique débutait le 14 décembre 2015 à Saint-Pétersbourg (Fédération de Russie). Le Conseil a pour principale fonction d’orienter le Secrétaire général et le système des Nations Unies dans le domaine de la science, de la technologie et de l’innovation au service du développement durable. Sous l’égide de l’UNESCO, le Conseil consultatif scientifique du Secrétaire général rassemble les capacités collectives de toutes les disciplines scientifiques concernées, en tenant dûment compte des dimensions sociale et éthique du développement durable.

« L’Accord de Paris sur le climat est une avancée sans précèdent, qui marque un tournant dans l’approche du monde au changement climatique. La COP21 est un début, et vous faites partie de ce changement, car nous aurons besoin de plus de science, d’innovation et de technologie pour  permettre aux pays d’atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés», a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, dans son allocution liminaire. « Je crois qu’une nouvelle vision pour les sciences, technologies et innovations est nécessaire aujourd’hui, pour le bénéfice de tous, et je pense surtout aux populations les plus vulnérables et marginalisées. C’est là l’objectif du Conseil consultatif scientifique : d’intégrer la science d’avant-garde aux politiques, de faire le lien entre la science, les politiques et la société, au moment où nous en avons le plus besoin. » La Directrice générale présidera la réunion du conseil.

« Je suis heureux que nous ayons l’occasion de débattre ensemble des moyens de contribuer à la mise en œuvre de l’Agenda à l’horizon 2030 et de fournir des recommandations pour le développement durable » dit le professeur Vladimir Fortov, Président de l’Académie russe des sciences, en accueillant ses confères et consœurs du conseil scientifique en Fédération de Russie.

La réunion de deux jours est accueillie par le Gouvernement de la Fédération de Russie, avec le soutien de l’Université nationale des ressources minérales (Université Gornyi), l’institution d’éducation technique la plus ancienne de Russie. La cérémonie d’ouverture comprenait une table ronde de haut niveau organisée à l’Université Gornyi, qui a permis un échange animé entre membres du Conseil et les universitaires. Le président de l’Université Gornyi a ouvert le débat en invitant les participants à repousser les frontières du savoir. À cette occasion, Irina Bokova est devenue Membre d’honneur de l’Académie russe des sciences.

C’était également l’occasion pour l’UNESCO, PhosAgro et l'Union internationale de chimie pure et appliquée (UICPA) d’attribuer des bourses à 6 projets novateurs dans le cadre de leur projet de chimie verte (Green Chemistry for Life project), qui soutient l’utilisation et la conception de produits et de processus chimiques durables.

Quelques jours après la conclusion des négociations internationales sur le climat qui ont eu lieu à Paris (France), d’éminents scientifiques, y compris les membres du Conseil, détermineront de quelle façon la science peut appuyer la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et des textes issus de la 21e session de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP-21).

« Il s’agit pour moi d’une seule et même préoccupation », a expliqué Irina Bokova. « Une préoccupation envers la dignité et les droits humains, l’éradication de la pauvreté et le développement durable ». Ban Ki-moon a enjoint le Conseil consultatif scientifique de faire porter ses efforts sur la façon dont les sciences peuvent aider les plus démunis et mettre un terme aux inégalités. Le Conseil présentera des recommandations sur les moyens d’intégrer les savoirs locaux et autochtones aux évaluations scientifiques et aux processus de prise de décisions relatifs aux questions scientifiques, politiques et sociétales. Il parachèvera également son « Étude de Delphes sur les défis majeurs pour l’avenir de l’humanité » ainsi qu’une note d’orientation sur la révolution des données.

« Tournez-vous vers l’avenir. Anticipez les tendances. Attaquez-vous aux problèmes et proposez des solutions », a demandé Ban Ki-moon, en invitant le Conseil à lancer ses débats.

Plus d’information :

·        Message du Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a son Conseil consultatif scientifique (vidéo, en anglais) https://youtu.be/v0XcgeeEMVw

·        Conseil consultatif scientifique du Secrétaire Général des Nations Unies http://fr.unesco.org/un-sab/

·        Membres du Conseil consultatif scientifique http://fr.unesco.org/un-sab/members

Liens utiles :

·      Conseil consultatif scientifique du Secrétaire général de l’ONU http://fr.unesco.org/un-sab/

·      Membres du Conseil http://fr.unesco.org/un-sab/members