Semaine de l’apprentissage mobile 2016 de l’UNESCO : le partenariat est la clé d’une éducation de qualité

Comment les technologies peuvent-elle garantir à tous les jeunes, et non pas seulement à quelques privilégiés, l'accès à des opportunités d'apprentissage de qualité ?

Telle a été la question posée par la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, lors de l'ouverture officielle de l’événement phare de l’UNESCO dans le domaine des technologies de l’information, la Semaine de l’apprentissage mobile 2016 qui se tient au Siège de l'Organisation du 7 au 11 mars 2016.

Cette année, l’événement  réunit des experts mondiaux des technologies, des représentants gouvernementaux, des spécialistes de l’éducation, des chefs de projet, des chercheurs et des partenaires de l’industrie pour partager leurs expériences sur les meilleurs moyens de garantir à tous les apprenants l’accès à l’éducation et la formation de qualité dont ils ont besoin pour participer pleinement à l’économie de la connaissance.

L'accès à des smartphones et des tablettes abordables et leur utilisation se sont largement répandus partout dans le monde. Madame Bokova a identifié quatre domaines clés dans lesquels les technologies mobiles pourraient et devraient promouvoir une éducation de qualité :

  • La prise en charge de l’afflux de nouveaux apprenants dans les systèmes éducatifs, au cours de la prochaine décennie
  • Un lien amélioré entre l’école et le travail
  • La garantie d’un véritable apprentissage tout au long de la vie et
  • La transformation de la vie des filles et des femmes. 

Pour ce qui est des filles et des femmes, dans les pays à revenu faible à moyen une femme a 21 pour cent de chances de moins qu’un homme de posséder un téléphone mobile. Dans les pays en développement, il y a près de 25 pour cent en moins de femmes, par rapport aux hommes, qui disposent d’une connectivité internet et cet écart passe à près de 50 pour cent dans certaines régions d'Afrique sub-saharienne.

Madame Bokova a déclaré que : “… nous connaissons le pouvoir transformationnel de l’éducation pour les filles et les femmes, pour la société dans son ensemble. Nous savons aussi que les opportunités éducatives accessibles aux filles sont souvent de qualité inférieure et que les femmes se situent du mauvais côté de la fracture numérique. Ma question est de savoir de quelles stratégies nous avons besoin pour garantir aux femmes le même accès aux technologies mobiles que les hommes et comment les exploiter à des fins d’apprentissage et d’autonomisation ?”

L'événement porte sur trois sous-thèmes principaux ; faire qu’une éducation de qualité devienne une réalité pour tous les apprenants ; améliorer la pédagogie et la pertinence de l’apprentissage et améliorer la gestion, la planification et l'évaluation, au travers de quatre événements principaux : un webinaire en partenariat avec Education Fast Forward, 16 ateliers, un symposium de deux jours et un forum politique organisé conjointement avec l’UIT.

Nouvelle plate-forme pour les politiques sur les TIC dans l’éducation

L’ouverture officielle a aussi marqué le lancement de la Plate-forme pour les politiques sur les TIC dans l’éducation UNESCO Intel. Cette plate-forme est le fruit d’une collaboration stratégique étroite entre l’UNESCO et Intel pour aider les pays à créer et à discuter des plans et de la mise en œuvre de politiques et de plans directeurs en matière de TIC dans l’éducation. Des responsables ministériels, des universitaires, des praticiens et d'autres acteurs œuvrant dans le domaine des TIC dans l’éducation — du primaire à l'enseignement supérieur — peuvent participer à des discussions politiques partout dans le monde et accéder librement à une bibliothèque complète de documents, outils interactifs et informations sur les actualités et les événements.

Rosalind Hudnell, Vice-présidente des Ressources Humaines et Corporate Affairs et Présidente de la Fondation Intel, a indiqué que l’UNESCO et Intel avaient une vision commune de la qualité dans l'éducation et que la plate-forme fournirait les outils nécessaires contribuant à concrétiser cette vision.

“En matière de technologie et d’éducation, nous ne pouvons pas nous permettre de laisser de côté une seule région du monde ” a-t-elle déclaré.