Şerife Özata: La protection du patrimoine mondial ne peut pas se passer des jeunes

serifeozata_1_1.jpg

Şerife Özata
23 Juin 2016

Le Forum  des jeunes sur le patrimoine mondial 2016 se tient à Istanbul, en Turquie, du 29 juin au 12 juillet 2016, dans le cadre de la 40e session du Comité du patrimoine mondialLe Forum des jeunes est l'une des activités principales du programme d'éducation des jeunes au patrimoine mondial. Il est destiné à favoriser l'apprentissage et l'échange interculturel en rassemblant  des étudiants et des enseignants venant de différentes régions du monde. Şerife Özata, jeune activiste turque nous fait part des tenants et des aboutissants de cette rencontre internationale.

La protection, le développement et la transmission du patrimoine touchent à une multitude de facettes de notre vie, allant du style de vie à l'état d'esprit. Si je j’ai été sensibilisée à ces questions dès mon plus jeune âge, c’est que je suis née dans un site du patrimoine mondial en Turquie, la Cappadoce, et que mes parents n’ont eu de cesse de me répéter : « Si tu oublies ton passé, ton avenir sera incomplet ».

Je me suis inscrite à la faculté d'architecture de l'Université technique de Yıldız à Istanbul, l'une des meilleures universités en Turquie et, au cours de mes études de premier cycle, je suis allée en Espagne dans le cadre d'un programme d'échange. Cela m'a permis de prendre conscience du potentiel et des défis relatifs à la protection du patrimoine dans différentes régions du monde. 


Le rôle de la transmission

Alors que je prenais conscience de la nécessité de protéger le patrimoine, ne sachant pas ce que je pouvais faire à ce sujet en tant que jeune et le manque de professionnels qualifiés qui conduiraient les jeunes à utiliser leur potentiel, m'ont tout d’abord amenée à ne rien faire. Pourtant j’ai trouvé l'occasion de développer mes idées sur la protection quand j'ai commencé le programme d'études supérieures à Yıldız en 2012 et un poste d’assistante de recherche à la même université en 2013. Je travaillais avec la Professeure Görün Arun, qui est la chef du Comité scientifique international sur l'analyse et la restauration des structures du patrimoine architectural, ISCARSAH (International Scientific Committee on the Analysis and Restoration of Structures of Architectural Heritage).

Elle a consacré de longues années à l’étude de la protection du patrimoine historique et de sa transmission aux générations futures. Elle a joué un rôle crucial dans ma formation et celle d’autres jeunes tout aussi inexpérimentés et tout aussi enthousiastes que moi. Avec d’autres professeurs de mon université, elle nous a guidés et nous a montré comment nous pourrions contribuer à la protection. J'ai commencé à m’inscrire à des ateliers qui m’ont permis de rencontrer des gens de différentes disciplines universitaires et de travailler avec eux sur des recherches relatives à la protection du patrimoine.

Les Forums sont des outils précieux

En 2015, j’ai franchi un cap. J'ai été sélectionnée pour représenter mon pays au Forum des jeunes experts (Young Expert Forum) qui s’est réuni en amont du Comité du patrimoine mondial (WHC) à Bonn, en Allemagne. Le Forum a pour objectif d’apporter des idées de réflexion au Comité. Grâce à lui, j'ai pu rencontrer des personnes d'horizons différents et développer des réseaux me permettant une coopération renforcée à l’échelle internationale. Nous avons fait un « modèle de simulation pour les jeunes », qui nous a permis d’approfondir la compréhension du mécanisme de travail du Comité du patrimoine mondial. Cet exercice devrait être appliqué un peu partout dans le monde. Il est très utile. 

Par ailleurs, les séminaires, les visites de sites, les activités pratiques et les discussions que nous avons menées durant le Forum nous ont également beaucoup encouragés et nous ont donnés de nouvelles perspectives sur l'importance de l'éducation et du bénévolat dans la protection durable, la gestion du patrimoine historique et la création d'initiatives liées au patrimoine. De plus, pouvoir assister aux sessions du Comité du patrimoine mondial a été une expérience très motivante.

Après le Forum, nous avons créé un site web de jeunes experts du patrimoine. C’est une étape incontournable pour les activités visant à encourager la jeunesse à s’impliquer dans le domaine du patrimoine. Des projets à but non lucratif dédiés aux jeunes dans différentes régions du monde sont annoncés sur le site et dans sa newsletter. Nous avons également créé un magazine annuel consacré au « patrimoine à multiples strates » et au « patrimoine en temps de conflit ». Le Forum de jeunes experts est certainement un lieu où nos capacités de jeunes sont renforcées, mais c’est aussi un lieu où notre enthousiasme et notre créativité sont mis en valeur.  


33 participants au Forum des jeunes 2016 à Istanbul

Le Forum des jeunes 2016, qui se tient en Turquie, du 29 juin au 12 juillet, a pour objectif de proposer au Comité du patrimoine les suggestions des jeunes participants, en découvrant les défis, les complexités et le potentiel des sites, et en mettant l’accent sur la protection durable. Transmettre l'artisanat traditionnel, comprendre les effets de l'eau afin de constituer et d’améliorer les paysages culturels et rechercher des méthodes et moyens pour inciter  les jeunes à tenir un rôle actif dans la protection du patrimoine font partie des objectifs principaux du Forum.

La présentation des objectifs et des activités prévues au programme, la description de la mission et de la structure de l'UNESCO et la définition du patrimoine à multiples strates servent d’introduction aux débats du Forum axés, quant à eux, sur des suggestions pratiques.

En dehors des débats, les participants sont invités à observer les différents éléments du patrimoine culturel et à approfondir leur compréhension de la stratification historique et du développement de la ville d’Istanbul. Après la visite d'un site archéologique datant du 8e millénaire av. J.-C. et l’analyse de ses couches, les jeunes sont invités à découvrir des sites du patrimoine industriel, ainsi que les particularités physiques et sociales des districts des deux côtés de la Corne d'Or, un cours d'eau en milieu urbain à l'entrée du Bosphore, à Istanbul. Afin de leur permettre d’observer et de comprendre les effets de l'eau sur la constitution d’un paysage culturel, des informations sur l’ordre hiérarchique et fonctionnel du cours d’eau leur sont fournis, depuis sa source jusqu’à la vieille ville, la péninsule historique, en passant par les barrages, les réservoirs, les canaux, les aqueducs, les citernes et les fontaines.

Une des activités du Forum est consacrée à la sensibilisation des enfants au patrimoine et à la contribution des jeunes dans la protection du patrimoine. Les participants sont appelés à concevoir une nouvelle activité pédagogique avec des matériaux simples, visant à enseigner aux enfants l'importance du patrimoine et de sa sauvegarde.

Les visites prévues sur les sites du patrimoine mondial de Bursa et de Cumalikizik offrent l’occasion d’étudier l'importance des acteurs locaux et l'intégration de la population locale dans la conservation du patrimoine. La visite d’Iznik, un site à multiples strates permet aux participants de recueillir des données et de discuter l'évaluation de la candidature d’Iznik pour son inscription sur la Liste du patrimoine mondial.

À la fin du Forum, les jeunes doivent préparer des propositions d’initiatives et une déclaration à présenter au Comité du patrimoine mondial.

Au-delà de Forum des Jeunes 2016

Cette réunion de jeunes venus de diverses régions du monde revêt une grande importance pour la participation active de la jeunesse dans la protection du patrimoine mondial. Le Forum des jeunes est une source précieuse de connaissances pratiques, techniques et théoriques sur la sauvegarde du patrimoine matériel et immatériel.

Mon expérience du Forum précédent m’incite à croire que, grâce aux négociations, discussions, observations, travaux pratiques, ateliers et visites, ainsi qu’au « modèle de simulation pour les jeunes », les jeunes réunis à Istanbul acquerront une expérience importante et développeront des idées innovantes qu’ils pourront par la suite appliquer dans leurs domaines de compétence, où qu’ils soient dans le monde.

*  *  *

Doctorante à l'Université technique Yıldız (YTU), Şerife Özata est membre de l'équipe exécutive du Forum des jeunes 2016. Elle est notamment membre du Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS).