Des sites en Norvège, en Allemagne, en Israël, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis inscrits sur la Liste du patrimoine mondial

infocus_whc2015_germany_speicherstadt22.jpg

La Speicherstadt et le quartier Kontorhaus avec la Chilehaus (Allemagne)
© Department for Heritage Preservation Hamburg, Picture library
05 Juillet 2015

Bonn, 5 juillet – Le Comité du patrimoine mondial, réuni à Bonn jusqu'au 8 juillet, a inscrit les sites suivants au cours de sa session du matin : Site du patrimoine industriel de Rjukan-Notodden (Norvège), La Speicherstadt et le quartier Kontorhaus avec la Chilehaus (Allemagne), la Nécropole de Bet She'arim - Un haut lieu du renouveau juif (Israël), le Pont du Forth (Royaume-Uni) et les Missions de San Antonio (Etats-Unis).

Sites ajoutés à la Liste du patrimoine mondial par ordre d'inscription :

Site du patrimoine industriel de Rjukan-Notodden (Norvège) – Situé au sein d’un paysage spectaculaire de montagnes, de chutes d’eau et de vallées fluviales, le site comprend un ensemble de centrales hydroélectriques, de lignes électriques, d’usines, de réseaux de transport et de villes. Ce complexe fut mis en place par la société Norsk Hydro pour produire des engrais chimiques à partir de l’azote présent dans l’air. Il s’agissait de répondre à la demande croissante du monde occidental en matière de production agricole au début du XXe siècle. Les villes ouvrières de Rjukan et de Notodden présentent des logements ouvriers et des institutions sociales reliés à un réseau ferré et des services de ferrys vers les ports d’embarcation des engrais. Le site de Rjukan-Notodden, qui manifeste une association exceptionnelle d’équipements et de concepts industriels liés au paysage, offre un exemple de nouvelle industrie mondiale au début du XXe siècle.

La Speicherstadt et le quartier Kontorhaus avec la Chilehaus (Allemagne)  La Speicherstadt et le quartier Kontorhaus sont deux zones urbaines centrales de la ville portuaire allemande de Hambourg. La Speicherstadt, qui s’est développée à l’origine sur un groupe d’îles étroites de l’Elbe, entre 1885 et 1927 (partiellement reconstruite de 1949 à 1967), est l’un des plus grands complexes d’entrepôts portuaires historiques unifiés au monde (300 000 m2). Il comprend quinze très grands entrepôts et six bâtiments annexes, bâtis sur un réseau de courts canaux. Adossé à l’immeuble moderniste de la Chilehaus, le quartier Kontorhaus, contigu, est une zone de plus de 5 hectares, qui comporte six très grands complexes de bureaux construits entre les années 1920 et 1940 pour accueillir des entreprises se livrant à des activités liées au port. L’ensemble du bien illustre parfaitement les conséquences de la croissance rapide du commerce international à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

La nécropole de Bet She’arim – Un haut lieu du renouveau juif (Israël) – Cette nécropole, composée d’une série de catacombes, s’est développée à partir du IIe siècle apr. J.-C. en tant que principal lieu de sépulture juif en dehors de Jérusalem, après l’échec de la deuxième révolte juive contre la domination romaine. Situées au sud-est d’Haïfa, ces catacombes constituent un trésor d’œuvres d’art et d’inscriptions en grec, araméen et hébreu. Il s’agit d’un témoignage unique sur le judaïsme ancien sous la direction de Rabbi Juda le Patriarche, auquel est attribué le renouveau juif après l’an 135 apr. J.-C.

Le pont du Forth (Royaume-Uni) – Ce pont ferroviaire enjambant l’estuaire du fleuve Forth, en Ecosse, est le plus long pont cantilever à travées multiples du monde. Ouvert en 1890, il est aujourd’hui encore en activité pour le transport de passagers et de marchandises. Son esthétique industrielle caractéristique résulte de la présentation franche et dépouillée de ses éléments structurels. Le pont du Forth, novateur dans son style, ses matériaux et son envergure, marque un jalon important dans la conception et la construction des ponts durant une période où les lignes de chemins de fer se sont imposées dans les voyages longue distance par voie terrestre.

Missions de San Antonio (Etats-Unis) – Il s’agit d’une série de cinq ensembles d’avant-postes religieux, de part et d’autre de la rivière San Antonio, dans l’Etat du Texas, ainsi que d’un ranch situé à 37 kilomètres au sud. Le bien se compose notamment de structures architecturales et archéologiques, de terres agricoles, d’habitations, d’églises, de greniers ou encore de systèmes de distribution de l’eau. Fondé par les missionnaires franciscains au XVIIIe siècle, le bien illustre les efforts déployés par la couronne espagnole pour coloniser, évangéliser et défendre la frontière nord de la Nouvelle Espagne. Les missions de San Antonio sont également un exemple de l’imbrication des cultures espagnole et coahuiltèque, illustrés entre autre par les éléments décoratifs des églises qui associent les symboles catholiques avec l’esthétique naturaliste autochtone.

Les inscriptions se poursuivent cet après-midi.

***

Les documents relatifs aux travaux du Comité peuvent être consultés en ligne

Pour suivre la retransmission en direct du Comité

Contacts médias :

Isabelle Le Fournis, Service de presse de l'UNESCO, i.le-fournis@unesco.org,
+33 (0) 6 12 19 74 01 ou +49 157 84 30 55 04

Agnès Bardon, Service de presse de l'UNESCO, a.bardon@unesco.org,
+33 (0) 6 80 24 13 56 ou +49 157 84 58 39 48

Suivez le Comité sur #PatrimoineMondial et sur https://www.facebook.com/unescofr

Des images vidéo des nouveaux sites inscrits sont disponibles ici dès leur inscription

Des photos des nouveaux sites inscrits sont disponibles ici dès leur inscription

***