Trois sites au Cambodge, en Chine et en Inde inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO

infocus_whc2017_china_kulangsu.jpg

Kulangsu, un établissement historique international (Chine)
© Cultural Heritage Conservation Center of THAD
08 Juillet 2017

Le Comité du patrimoine mondial, réuni à Cracovie depuis le 2 juillet, a inscrit au cours de sa session de l'après-midi trois sites culturels au Cambodge, en Chine et en Inde, sur la Liste du patrimoine mondial.

 

Les nouveaux sites inscrits sont (par ordre d'inscription) :

Zone des temples de Sambor Prei Kuk, site archéologique de l'ancienne Ishanapura(Cambodge)

Le site archéologique de Sambor Prei Kuk, « le temple dans la forêt luxuriante » en langue khmère, est identifié comme étant Ishanapura, la capitale de l'empire Chenla qui prospéra de la fin du VIe siècle au début du VIIe siècle de notre ère. Les vestiges de cette cité s'étendent sur 25 km2 et renfermaient un centre-ville fortifié ainsi que de nombreux temples, dont dix temples octogonaux qui constituent des spécimens uniques en leur genre en Asie du Sud-Est. Leur décoration architecturale en grès est caractéristique du style préangkorien, le style dit de Sambor Prei Kuk, et  certains des éléments (linteaux, frontons, colonnades...) sont de véritables chefs-d'oeuvre. L'art et l'architecture développés sur ce site devinrent un modèle qui s'est diffusé dans d'autres parties de la région et a posé les fondations du style khmer unique de la période angkorienne.

 

Kulangsu : un établissement historique international (Chine)

Kulangsu est une petite île située dans l’estuaire du fleuve Chiu-lung, à proximité de la ville de Xiamen. Avec l’ouverture de Xiamen comme port de commerce en 1843 et la désignation de Kulangsu comme établissement international en 1903, cette île des côtes sud de l’empire chinois est soudain devenue une importante fenêtre d’échanges sino-étrangers. Kulangsu est un exemple exceptionnel de fusion culturelle, né de ces échanges, qui reste lisible dans son tissu urbain. Différents styles architecturaux s’y mêlent, notamment le style traditionnel du sud du Fujian, le style occidental néo-classique ou le style colonial à véranda. Le témoignage le plus exceptionnel de la fusion des diverses influences est un mouvement architectural nouveau : le style Amoy Deco, synthèse entre le style moderniste du début du XXe siècle et le style Art déco.

 

Ville historique d’Ahmedabad (Inde)

La ville fortifiée d’Ahmedabad fut fondée par le sultan Ahmad Shah au XVe siècle, sur la rive orientale du fleuve Sabarmati. Elle présente un riche patrimoine architectural de l’époque du sultanat, notamment la citadelle de Badhra, les murs et les portes de la ville fortifiée et de nombreuses mosquées et sépultures ainsi que d’importants temples hindous et jaïns d’époques ultérieures. Le tissu urbain est formé de maisons traditionnelles (pols) densément regroupées le long de rues traditionnelles fermées (puras) par des portes qui se caractérisent notamment par des mangeoires à oiseaux ou des puits publics. La ville a continué de prospérer en tant que capitale de l’Etat du Gujarat pendant six siècles jusqu’à nos jours.

 

La 41e session du Comité du patrimoine mondial, présidée par Jacek Purchla, fondateur et directeur du Centre culturel international de Cracovie, se tient du 2 au 12 juillet. Les inscriptions se poursuivent jusqu'au 9 juillet inclus.

***

Regarder les débats en direct : https://www.youtube.com/watch?v=pa0-BCc0C2s
Vidéos des nouveaux sites : http://www.unesco.org/new/fr/new-inscriptions
 
Contacts médias 
Lucía Iglesias Kuntz, Service de presse de l’UNESCO, l.iglesias@unesco.org, +33 (0) 6 80 24 07 29 ou +48 574 645 560.
Agnès Bardon, Service de presse de l’UNESCO, a.bardon@unesco.org, +33 (0) 6 80 24 13 56 ou +48 574 645 559
 
Suivez le Comité sur:
Twitter: @UNESCO_fr #PatrimoineMondial
Facebook: @UNESCOfr