L’UNESCO aide des jeunes sud-soudanais à lancer une application encourageant la coexistence pacifique

18 Novembre 2016

Les étudiants de l’Université de Juba ont lancé une application afin de sensibiliser les jeunes du Soudan du Sud au processus de construction d’une nation pacifique et alphabétisée. Cet événement est une initiative conjointe de YouthMobile UNESCO, du PNUD et de l’Agence suédoise de coopération internationale au développement.

Du 24 au 28 octobre 2016, seize élèves ont participé au bootcamp « Consolidation de la paix et alphabétisation grâce à l'innovation technologique » à Juba au Soudan du Sud. L'objectif était de concevoir et de développer une application mobile favorisant la participation des citoyens ordinaires (Mwathinin) au programme national de consolidation de la paix. Selon ces étudiants, leur «application pour la paix » pourrait décrire la terminologie liée aux conflits armés, à la violence et à son impact sur la vie quotidienne. L’application pourrait également offrir à ses utilisateurs des mesures concrètes favorisant la réconciliation en permettant aux utilisateurs de partager des messages pertinents. Pour ces étudiants, une telle application aurait pour objectif principal de favoriser l’engagement individuel, à titre personnel, dans le processus de consolidation de la paix.

Un participant démontre certaines fonctionnalités du prototype d’application développé par son équipe. © UNESCO

Afin de réaliser ce concept, les étudiants ont suivi une formation pratique sur le processus de développement d’une application, dispensé par les spécialistes de l’entreprise Web4All (Kenya). Dans le programme, les étudiants ont appris les bases de la conception de « l’expérience utilisateur », une introduction à la programmation mobile avec Java, ainsi qu’une présentation de la plateforme de développement Android Studio.

La formation comprenait plusieurs études de cas ainsi que des exercices pratiques. À titre d’exemple, les étudiants ont appris l'importance du design de l'expérience utilisateur (UX) et la façon de développer une application conviviale correspondant au profil des utilisateurs ciblés.

À ce titre, les participants ont été invités à développer un prototype d’App pour un téléphone pouvant être utilisé par des personnes malvoyantes ; ils ont dû donc se concentrer sur les besoins réels des utilisateurs : par exemple, ajouter une fonction vocale pour consulter la liste des contacts, un clavier avec des touches pouvant être ressentis lorsque touchées, ou un écran exprimant l'icône que l'utilisateur touche.

En plus des aspects techniques, les étudiants ont également assisté à des conférences sur la croissance des technologies mobiles en Afrique, ainsi que sur le fonctionnement et l’intégration de modules dits « de génération de revenus » dans les applications mobiles.

À la fin du bootcamp, « l’application pour la paix » a été mise en ligne sur Google Play Store et est disponible au téléchargement.

« J'ai eu le privilège d'assister à des formations qui étaient pleines de nouveautés et d'expériences dans le domaine de la technologie », a déclaré Dennis Vuciri, l'un des participants. J'avais entendu parler d'applications mobiles et je les ai vu installés sur différents téléphones portables et tablettes, mais je n'avais jamais eu la chance de participer au développement d'une application. Je n'ai jamais imaginé comment cela a été fait. Mais aujourd'hui, je suis heureuse de dire que les formations [YouthMobile] qui ont eu lieu en 2014 et 2015 m'ont offert les connaissances et l'expérience nécessaires afin de développer les applications Android de mon choix. Cela me permettra de résoudre certains problèmes dans mon pays. »

Afin de donner une certaine visibilité à l'application et faciliter son téléchargement, l'application a été mise à disposition sur le site thepeaceapp.org.  Les médias sociaux seront également très utiles afin d’encourager les jeunes à télécharger et utiliser cette « application pour la paix », ainsi que le bouche à oreille des utilisateurs.

La radio représente également un médium à utiliser afin de faire la promotion de l’application, et donc de participer à la diffusion d’un message de paix.   

Ce bootcamp s’inscrit dans une série d'ateliers sur le développement d’applications mobiles qui, depuis 2014, sont organisés par l’initiative YouthMobile de l’UNESCO. Cette série aura réuni au total 43 jeunes étudiants sud-soudanais.

Les formations précédentes ont été animées par les formateurs de la Dev School, un programme de formation en développement de logiciel basé à Nairobi ayant pour mission de donner à chaque jeune Africain la possibilité d'apprendre à coder. Zain South Sudan, une entreprise de télécommunications mobiles, a fourni un accès aux données Internet illimité aux participants.

Suite aux premiers ateliers de type brain-storming, les étudiants en sont venus à la conclusion qu'une application serait une solution qui leur permettrait de jouer un rôle essentiel dans le processus de consolidation de la paix au Soudan du Sud.

Le bureau de l’UNESCO au Soudan du Sud a vivement apprécié cette initiative, car l'impact des conflits est une chose dont tout le monde a été témoin dans la région. Pour que ce pays prospère dans un environnement pacifique, les moyens de participer au processus de consolidation de la paix doivent être rendu accessible aux jeunes, et cette application en est un bon exemple.

Parce que les conflits font partie du passé, cela ne signifie pas qu'ils ne feront pas partie de l’avenir.  Les jeunes du Soudan du Sud méritent un avenir meilleur et, en tant qu'ambassadeurs de la Paix, le peuple du Soudan du Sud est le mieux placé pour faire avancer cet idéal. Il est en effet très important d’encourager les idées provenant de la jeunesse afin qu’ils puissent s’identifier au processus de paix qui est en cours.

 Les participants au bootcamp sur la Consolidation de la paix et l’alphabétisation grâce à l'innovation technologique. © UNESCO

En organisant ce bootcamp, l'UNESCO a accordé une attention particulière à l'autonomisation des filles dans les domaines des STEM (Science, Technologie, Ingénierie et Mathématique) où les femmes sont largement sous-représentées. Poni Wani Sule, une étudiante diplômée de l'Université de Juba qui a participé à des formations YouthMobile par le passé, mentionne qu'elle avait arrêté de développer des applications, mais que ce bootcamp l'a motivée à continuer : "Je suis prête à améliorer l'application développée par mon groupe, appelée « South Sudan map puzzle ».

L'UNESCO et ses partenaires s'efforcent, par le biais de l’initiative YouthMobile, de fournir aux jeunes les compétences et la confiance nécessaire pour développer et promouvoir des applications mobiles permettant de résoudre les problèmes liés au développement durable et à l’emploi dans les communautés. YouthMobile a d’ailleurs appuyé la 2ème édition du Africa Code Week ayant a eu lieu dans 30 pays africains au mois d’octobre 2016.