UNESCO : le développement durable commence par l'éducation

pr_ed_sus_dev_begins_ed07.jpg

Children in school
© UNESCO/L. Prinsloo/ARETE

L'éducation est un catalyseur des Objectifs du développement durable proposés pour l'après 2015, selon un nouveau document largement soutenu

Paris, 18 septembre- L'éducation sera la clé du succès des nouveaux objectifs internationaux appelés à prendre le relai des Objectifs du Millénaire pour le développement, qui arrivent à échéance en 2015. Tel est le message d'une publication qui sera présentée lors de la 69e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, le 16 septembre. Selon ce document, préparé par l'équipe du Rapport mondial de suivi sur l'Éducation pour tous de l'UNESCO, les objectifs mondiaux du développement de l'après-2015 devraient reposer sur une approche holistique du développement durable.

            Cette brochure a reçu un large soutien dans l'ensemble du secteur du développement, et, notamment, du Secrétaire général des Nations Unies, de la Directrice générale de l'UNESCO, du Président de la Banque mondiale, de la Conseillère spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la planification du développement après 2015, de la Première Ministre de Norvège, de la Directrice exécutive du Programme alimentaire mondial, du fondateur et administrateur de la Fondation pour les Nations Unies, et Présidente de la Fondation pour le développement communautaire et fondatrice du Graça Machel Trust, Graça Machel.

            Comme le souligne le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, « l'éducation est un droit fondamental et le socle du progrès dans tous les pays. Les parents ont besoin d'informations en matière de  santé et de nutrition pour offrir un bon départ à leurs enfants. Les pays prospères sont dépendants d'une main d'oeuvre qualifiée et instruite. Les défis posés par l'éradication de la pauvreté, la lutte contre le changement climatique et la réalisation d'un développement réellement durable dans les décennies à venir nous obligent à travailler la main dans la main. Grâce aux partenariats, au leadership et à des investissements judicieux dans l'éducation, nous pouvons transformer les vies des individus, les économies nationales et le monde dans lequel nous vivons. »

            La nécessité d'offrir au plus grand nombre une éducation de qualité est une constante dans l'ensemble des nouveaux objectifs proposés :

Objectif 1. Réduction de la pauvreté : Comme le montre la brochure, l'éducation est un moyen essentiel d'échapper à la pauvreté chronique et d'empêcher qu'elle ne se transmettre de génération en génération. L'éducation permet aussi aux employés du secteur formel d'obtenir de meilleures rémunérations : une année d'éducation permet de faire croître les salaires de 10 %.

Objectif 2. Amélioration de la nutrition : L'impact dévastateur de la malnutrition sur les vies d'enfants peut être prévenu grâce à l'éducation. Si toutes les mères avaient fait des études secondaires, elles connaîtraient les aliments dont leurs enfants ont besoin et les règles d'hygiène indispensables, et auraient davantage voix au chapitre dans leur foyer pour leur apporter les soins adéquats. Améliorer la nutrition permettrait à plus de 12 millions d'enfants d'éviter un retard de croissance, l'un des symptômes de la malnutrition chez les jeunes enfants. 

Objectif 3. Santé et bien-être : L'éducation aide les femmes à identifier rapidement les symptômes des maladies de leurs enfants, à consulter un médecin et à agir. Si toutes les femmes des pays pauvres achevaient le cycle primaire, la mortalité infantile diminuerait d'un sixième, épargnant chaque année près d'un million de vies humaines. Si toutes avaient une instruction secondaire, la mortalité infantile diminuerait de moitié, sauvant trois millions de vies humaines.

L'éducation peut prévenir la mortalité maternelle en aidant les femmes à reconnaître les signes d'alerte, à se faire soigner et à s'entourer d'un personnel médical qualifié lors de l'accouchement. Si toutes les femmes avaient achevé le cursus primaire, la mortalité maternelle diminuerait des deux tiers, sauvant chaque année 189 000 vies humaines.

Objectif 5. Égalité des sexes et autonomisation des femmes : Les filles et les jeunes femmes instruites ont plus de chances de connaître leurs droits et d'avoir la confiance nécessaire pour les faire valoir. En Afrique subsaharienne et en Asie du Sud et de l'Ouest, près de trois millions de filles sont mariées avant l'âge de 15 ans. Si toutes les jeunes femmes de ces régions achevaient l'école primaire, le nombre de mariages d'enfants diminuerait de près d'un demi-million. Si elles achevaient l'enseignement secondaire, il y aurait deux millions de mariages d'enfants en moins.

Objectifs 6 et 7. Gestion durable de l'eau et de l'énergie : L'éducation peut aider les populations à faire un meilleur usage des ressources lorsqu'elles sont rares. Selon une étude portant sur les ménages de 10 pays de l'OCDE, les personnes plus instruites tendent à économiser l'eau.

Objectifs 8 et 9. Croissance économique et travail décent : L'éducation génère de la productivité qui elle-même alimente la croissance économique. Lorsque le niveau d'instruction moyen de la population d'un pays donné augmente d'une année, la croissance annuelle du PIB par habitant progresse de 2 à 2,5 %.

Objectif 10. Réduction des inégalités : Élargir l'accès à l'éducation, en permettant notamment au plus grand nombre de suivre une scolarité secondaire, est essentiel pour réduire les inégalités au sein des pays. En France, en Malaisie et au Brésil, les inégalités de revenu ont baissé de près de 7 points de pourcentage en 20 ans avec l'augmentation de la part de la population ayant atteint un niveau d'instruction secondaire.

Objectifs 11 à 15. Préservation de l'environnement : Plus le niveau d'instruction des individus est élevé, plus la probabilité est grande qu'ils se préoccupent de l'environnement. Dans 47 pays couverts par l'Enquête mondiale sur les valeurs 2005-2008, la probabilité qu'une personne ayant fait des études secondaires exprime cette préoccupation est supérieure de près de 10 points de pourcentage à celle d'une personne ayant fait des études primaires.

Objectif 16. Des sociétés pacifiques, justes et inclusives : L'analyse des sondages dans 36 pays d'Afrique, d'Amérique latine et d'Asie montre que l'éducation est associée à une plus forte participation électorale. Cela se vérifie notamment dans les pays où les niveaux moyens d'instruction sont plus faibles. En outre, même si un faible niveau d’éducation ne mène pas automatiquement à un conflit, il n'en constitue pas moins un facteur de risque important : si le taux de scolarisation des garçons dans le secondaire était supérieur de 10 points de pourcentage à la moyenne, le risque de guerre serait réduit d'un quart.

Pour la Directrice générale de l'UNESCO Irina Bokova, « les faits sont sans équivoque : l'éducation sauve des vies et transforme les existences, elle est le fondement de la durabilité. Nous devons donc travailler ensemble dans tous les domaines du développement pour en faire un droit universel. »

L'UNESCO lance un appel général à signer l'engagement en ligne, par lequel chacun s'engage à collaborer et à participer aux efforts communs. La liste des signataires sera présentée à la Conseillère spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la planification du développement après 2015 à l'issue de l'Assemblée générale des Nations Unies de 2014.

Pour Aaron Benavot, Directeur du Rapport mondial de suivi sur l'EPT, « ce document fournit des preuves irréfutables de l'interaction dynamique entre l'éducation et les autres priorités du développement. Il nous rappelle que ce n'est qu'en travaillant ensemble que nous parviendrons à un développement global, équitable et durable. »

Notes aux rédacteurs en chef

ÉVÉNEMENT : À l'occasion du lancement de ce document, une manifestation, soutenue par l'Initiative mondiale pour l'éducation avant tout du Secrétaire général des Nations Unies, se tiendra le 18 septembre (de 8 h 30 à 10 h 00) au Siège des Nations Unies. Plusieurs personnalités de haut niveau des différents secteurs du développement y prendront la parole, parmi lesquelles Amina Mohammed, Conseillère spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la planification du développement après 2015 ; Katja Iversen, Présidente de Women Deliver ; Thomas Yanga, Directeur du Bureau du Programme alimentaire mondial à New York ; Aaron Benavot, Directeur du Rapport mondial de suivi sur l'EPT de l'UNESCO, et Nick Alipui, Directeur et Conseiller à l'UNICEF pour le programme de développement de l'après-2015. Les médias souhaitant y participer peuvent s'adresser à k.redman(at)unesco.org

Pour toute demande d'entretiens, de photos ou d'études de cas, veuillez contacter :

-        Kate Redman, Rapport mondial de suivi sur l'EPT [France] - + 33 (0) 60204 9345 k.redman(at)unesco.org

-        Sue Williams, s.williams(at)unesco.org +33 (0)1 45681706 ou +33 (0)615929362

La brochure et l'événement de lancement ont été créés pour soutenir l'Initiative mondiale pour l'éducation avant tout, action de plaidoyer visant à rassembler un large éventail de partenaires pour les inciter à s'engager et à mobiliser les ressources en soutien aux efforts mondiaux d'éducation.

Le document intégral peut être téléchargé ici.

Pour accéder à des infographies sur l'impact intersectoriel de l'éducation, consulter : www.education-transforms.org

Pour s'informer sur la nouvelle campagne d'action et signer en ligne, cliquer ici.

Liste intégrale des citations de soutien :

Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies : « L'éducation est un droit fondamental et le socle du progrès dans tous les pays. Les parents ont besoin d'informations en matière de  santé et de nutrition pour offrir un bon départ à leurs enfants. Les pays prospères sont dépendants d'une main d'oeuvre qualifiée et instruite. Les défis posés par l'éradication de la pauvreté, la lutte contre le changement climatique et la réalisation d'un développement réellement durable dans les décennies à venir nous obligent à travailler la main dans la main. Grâce aux partenariats, au leadership et à des investissements judicieux dans l'éducation, nous pouvons transformer les vies des individus, les économies nationales et le monde dans lequel nous vivons. »

Amina Mohammed, Conseillère spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour l'après-2015 « Les plus grands changements ne s'obtiendront pas par des actions solitaires, mais par la collaboration résolue des dirigeants et des communautés. Cette brochure vient nous rappeler que seule une collaboration véritable peut apporter de réels progrès dans la réalisation des nouveaux objectifs mondiaux du développement durable. Sages-femmes, enseignants, responsables politiques, économistes et activistes, tous doivent trouver un terrain d'entente dans leurs efforts pour introduire des changements novateurs et durables. »

Irina Bokova, Directrice générale de l'UNESCO : « Les bénéfices de l'éducation se font sentir dans tous les aspects de la vie, dès la naissance. Si nous voulons éliminer la pauvreté et la faim, améliorer la santé, préserver notre planète et bâtir des sociétés plus inclusives, plus résilientes et plus pacifiques, il faut que chaque individu, et en particulier les filles et les femmes, puisse avoir accès à une éducation tout au long de la vie de qualité. Les faits sont sans équivoque : l'éducation sauve des vies et transforme les existences, elle est le fondement de la durabilité. Nous devons donc travailler ensemble dans tous les domaines du développement pour en faire un droit universel. »

Jim Yong Kim, Président de la Banque mondiale : « Chaque enfant devrait avoir la possibilité non seulement d'aller à l'école, mais aussi d'acquérir les connaissances et les compétences nécessaires pour pouvoir vivre une vie saine et productive, prendre soin de lui-même et de sa famille et devenir un citoyen à part entière. Au niveau national, les pays ont besoin d'une main d'oeuvre qualifiée pour permettre à l'agriculture et à l'industrie d'être productives, créer des emplois, favoriser l'innovation et la compétitivité et stimuler une croissance économique bénéfique pour tous. »

Erna Solberg, Première Ministre de Norvège et Graça Machel, Présidente de la Fondation pour le développement communautaire et fondatrice du Graça Machel Trust : « Les filles instruites ont généralement des enfants plus tard et des familles plus petites. Elles risquent moins de mourir au cours de la grossesse ou de l'accouchement, et leurs enfants ont plus de chances de survivre après l'âge de 5 ans et de réussir ensuite à l'école et dans la vie. Les femmes qui sont allées à l'école sont mieux équipées pour se protéger elles-mêmes et protéger leurs enfants de la malnutrition, des maladies mortelles, de la traite et de l'exploitation sexuelle. »

Ted Turner, fondateur et Président de la Fondation pour les Nations Unies : « L'éducation est un des socles du développement durable. Une éducation de qualité, notamment chez les filles, aide non seulement à améliorer la santé et les moyens d'existence, mais aussi à former des citoyens du monde informés et actifs. Éduquer la prochaine génération de dirigeants sur l'importance de préserver notre environnement et de lutter contre le changement climatique est un investissement clé pour une planète et un avenir durables pour tous. »

Ertharin Cousin, Directrice exécutive du Programme alimentaire mondial : « Les écoles et les enseignants, même les meilleurs, ne peuvent atteindre leur but si les élèves sont absents ou trop affamés pour apprendre. L'alimentation scolaire est un outil essentiel pour donner aux enfants l'énergie nécessaire pour se concentrer et apprendre, et inciter les parents à envoyer leurs enfants à l'école, notamment les filles. L'initiative conjointe de l'UNESCO, de l'UNICEF et du PAM intitulée « 'Nourrir les corps, nourrir les esprits »' est un excellent exemple du type de collaboration holistique qui nous permettra de réaliser l'éducation pour tous après 2015. »