L’UNESCO défend l’investissement dans l’éducation à la 3e Conférence sur le financement du développement à Addis-Abeba

infocus_edaddisababa_drupal.jpg

Écoliers maliens dans une salle de classe
© UN Photo/Marco Dormino
10 Juillet 2015

La Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, va prendre part à la troisième Conférence sur le financement du développement à Addis-Abeba (Éthiopie), où les dirigeants mondiaux s'efforceront de lever des fonds pour réaliser les objectifs de développement durable qui seront adoptés par l'Assemblée générale des Nations Unies en septembre prochain.

À Addis-Abeba, la Directrice générale fera la promotion du 4e objectif de développement durable : assurer une éducation inclusive, équitable et de qualité, et promouvoir les possibilités d'apprentissage tout au long de la vie pour tous. Mme Bokova présentera les enjeux soulevés par cet objectif lors d'un événement parallèle, « Investir pour l'éducation », organisé par l'UNESCO et les gouvernements d'Éthiopie, de la République de Corée et de la Norvège.

Mme Bokova plaidera pour davantage d'investissements axés sur les résultats et de partenariats efficaces, affirmant que de tels efforts porteront leurs fruits dans les domaines économique, social et environnemental, et ceci sur le long-terme.

Le ministre de l'Éducation de l'Éthiopie, Shiferaw Shigute ; les ministres des Affaires étrangères de la République de Corée, Yun Byung-se, et de la Norvège, Børge Brende ; ainsi que la Présidente du Conseil d'administration du Partenariat mondial pour l'éducation, Julia Gillard, se joindront à cet événement.

Les objectifs de développement durable définiront le cadre d'action de la communauté internationale pour les 15 prochaines années. Ils remplaceront les Objectifs du Millénaire pour le développement, qui ont servi de cadre entre 2000 et 2015.

Menée par le Rapport mondial de suivi sur l'Éducation pour tous (EPT) de l'UNESCO, une étude récente sur le financement de l'éducation souligne les défis auxquels la communauté internationale doit faire face pour payer pour le nouvel objectif. L'étude affirme que le coût annuel total nécessaire à l'éducation de tous les enfants et adolescents des pays en développement va passer de 149 milliards de dollars à 340 milliards de dollars sur la période couverte par les nouveaux objectifs de développement durable. Elle estime également que 39 milliards de dollars manqueront chaque année pour garantir une éducation de qualité à tous les enfants et adolescents, et a appelé à une hausse des investissements nationaux et à multiplier par six l'aide extérieure.

L'événement « Investir pour l'éducation » se tiendra le mardi 14 juillet de 10h à 11h30 au Gada Hall de l'hôtel Elilly, à Addis-Abeba.

La Directrice générale participera également à un événement parallèle sur « Le rôle de la science, de la technologie et de l'innovation pour le développement durable », le 13 juillet de 13h15 à 14h45 à la salle de presse du Siège de la Commission économique pour l'Afrique. L'événement est conjointement organisé par le Groupe de travail inter-agences des Nations Unies sur la facilitation de la technologie, composé de l'UNESCO, de l'UIT, de l'ONU DAES, du PNUE, de la CNUCED, de l'ONUDI, de l'OMPI et de la Banque mondiale.

_____

À lire également :

Les dirigeants mondiaux appellent à « Investir pour l'éducation »

L’UNESCO, ainsi que les gouvernements de l’Éthiopie, de la Norvège et de la République de Corée, appellent à accroître le financement de l’éducation et à renforcer son efficacité afin qu’aucun enfant, jeune ou adulte ne soit laissé de côté. Les dirigeants mondiaux mettent en garde qu’à moins que des efforts plus intenses ne soient consentis, le nouvel Objectif de développement durable visant à assurer une éducation inclusive et équitable de qualité ainsi que des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous sera impossible à atteindre. (plus...)