L’UNESCO déplore la mort du percussionniste sénégalais Doudou Ndiaye Rose

infocus_drupal_ndiaye.jpg

Doudou N’Diaye Rose, artiste-batteur de tam-tam du Sénégal
© UNESCO

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a exprimé sa tristesse concernant la mort du célèbre percussionniste sénégalais Doudou Ndiaye Rose, désigné trésor humain vivant en 2006.

« La mort de Doudou Ndiaye est une grande perte pour les amateurs de musique, les amateurs de culture et de l’Afrique dans le monde entier », a déclaré la Directrice générale. « Doudou Ndiaye était un maître exceptionnel de la tradition musicale dont il a hérité. Avec son génie créatif il a gardé cette tradition vivante, l’a fait connaître et l’a transmise aux futures générations. L’héritage qu’il a partagé et enrichi va continuer à vivre et nous nous souviendrons toujours de son nom avec joie et gratitude. »

Né au Sénégal en 1930, Doudou Ndiaye a transmis ses compétences aux membres de sa famille, de sa communauté et au-delà tout au long de sa longue carrière, qui l’a propulsé comme l’un des plus célèbres musiciens d’Afrique.

Le Sénégal a désigné Ndiaye en tant que trésor humain vivant dans la ligne d’un programme de l’UNESCO établi pour sensibiliser et promouvoir la connaissance et la maîtrise des traditions et pratiques culturelles. L’initiative de l’UNESCO concernant les trésors humains vivants a été le précurseur de l’actuel programme du patrimoine culturel immatériel de l’Organisation.