L'UNESCO envoie une mission d'évaluation rapide à Palmyre

infocus_palmyra_dpl_04_2016.jpg

Palmyra, Syria
© Teo Jeoshvili

L'UNESCO a envoyé une mission d'évaluation rapide sur le site du patrimoine mondial de Palmyre (République arabe syrienne), conduite par la Directrice du Centre du patrimoine mondial, du 24 au 26 Avril 2016.

L'objectif de la mission est d'évaluer l'état général de conservation du site de Palmyre et d'identifier les mesures de sauvegarde d’urgence, et comprend l’évaluation des dommages sur le site et au musée. La mission établira également les termes de référence et les modalités d’actions pour assurer la coordination de la communauté internationale. 

En amont de la mission, la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a réitéré les principes qui guident l'action de l’UNESCO: «A Palmyre, la toute première priorité est d'évaluer précisément l’étendue des dommages, afin d’éviter de nouvelles dégradations irréversibles. Toute autre opération future doit être considérée avec soin et un sens extrême des responsabilités.  On ne peut pas séparer Palmyre des autres sites du patrimoine Syrien, ni dissocier le patrimoine des souffrances du peuple, alors que le conflit fait rage. Dans ce contexte, la coordination et la concertation sont plus importantes que jamais et supposent la participation de tous les partenaires. L’UNESCO organisera une conférence internationale d’experts sur la sauvegarde d’urgence du patrimoine culturel syrien, à Berlin, les 2-4 juin." 

Cette mission d'évaluation rapide fait suite à la décision du Comité du patrimoine mondial à sa 39e session (Bonn, Juillet 2015), et à la décision adoptée à l'unanimité par la 199e session du Conseil exécutif de l'UNESCO (Avril 2016) concernant le rôle de l'UNESCO dans la «sauvegarde et à la préservation de Palmyre et d'autres sites syriens du patrimoine mondial"

Parmi les membres de l’équipe dépêchée sur place, figurent le Directeur du Bureau de l'UNESCO à Beyrouth, et du personnel technique de l'UNESCO en charge du projet de "sauvegarde d'urgence du patrimoine culturel syrien», financé par l'Union européenne. Un rapport sera présenté au Comité du patrimoine mondial à sa 40e session (Istanbul, Turquie Juillet 2016) sur la base de ses conclusions, en vue de formuler des recommandations sur les mesures de sauvegarde à entreprendre en étroite consultation avec l'équipe de gestion du site et les autres partenaires. 

Le site du patrimoine mondial de Palmyre, oasis dans le désert syrien au nord-est de Damas, contient les ruines monumentales d'une ville qui fut l'un des centres culturels les plus importants du monde antique. Du 1er au 2ème siècle, l'art et l'architecture de Palmyre, au carrefour de plusieurs civilisations, ont  mariés les techniques gréco-romaines et les traditions locales et les influences perses.