L’UNESCO fortement représentée à la conférence de la CIES 2016 à Vancouver

L’UNESCO a conduit de nombreuses tables rondes lors de la conférence annuelle de l’Association d'éducation comparée et internationale (CIES) qui s’est tenue du 6 au 10 mars à Vancouver.

Cette conférence internationale, qui compte plus de 500 séances et 2 500 participants, permet aux chercheurs et aux professionnels de l’éducation de se rencontrer et de partager leurs connaissances sur les méthodes qui fonctionnent dans le domaine du développement de l’éducation. Pour sa 60e édition, la manifestation de cette année avait pour thème « Soixante ans d’éducation comparée et internationale : Faire le bilan et aller de l’avant ».

À travers une série de panels, l’UNESCO a partagé des connaissances sur les moyens de soutenir les stratégies d’action nationales visant à rendre l’Objectif de développement durable 4 (ODD 4) pertinent et opérationnel par le biais du Cadre d’action Éducation 2030.

Quatre instituts de l’UNESCO ont participé

Les quatre instituts de l’UNESCO, à savoir le Bureau international d'éducation (BIE), l’Institut international pour la planification de l'éducation (IIPE), l’Institut pour l'apprentissage tout au long de la vie (UIL) et l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU) ont rejoint quelque 2 700 professionnels de l’éducation et universitaires pour échanger des points de vue comparatifs, interculturels et internationaux sur les dernières tendances, questions et politiques dans le domaine de l’éducation.

Le BIE-UNESCO a organisé et présidé une séance intitulée « Repositionner les programmes scolaires dans le dialogue mondial sur l’apprentissage tout au long de la vie et le développement durable », qui s’est penchée sur le rôle crucial et le potentiel des programmes scolaires dans le dialogue mondial sur le développement. Le BIE a également participé à un panel intitulé « Comment définir, enseigner et évaluer la lecture ? : Tirer les leçons et aller de l’avant » pour discuter de son projet triennal (2013-2016) « Améliorer les résultats d’apprentissage de la lecture dans les premières années scolaires : intégrer les programmes scolaires, la pédagogie, le matériel didactique et l'évaluation », qui a pour but d’aider les ministères de l’éducation au Burkina Faso, au Niger et au Sénégal à élaborer et à mettre en œuvre un programme d’apprentissage de la lecture plus efficace.

L’IIPE-UNESCO a organisé une série de cinq panels couvrant des sujets tels que la planification de l'éducation face aux crises, l'utilisation des données des résultats d’apprentissage pour renforcer la politique éducative et sa planification en Asie, et l'assurance de la qualité interne dans l'enseignement supérieur. Un panel de l’IIPE a abordé la question du rôle des politiques de subventions scolaires, grâce auxquelles les écoles locales reçoivent des fonds directement du gouvernement. Le public était impatient de prendre connaissance des enseignements de ce vaste projet de recherche qui a inclus plus de 200 écoles dans 14 pays.

Le directeur de l’UIL, Arne Carlsen, a présidé une session sur la Mondialisation et l'éducation, qui a porté un regard critique sur les objectifs mondiaux, notamment sur les ODD, et examiné les options possibles. Il s’est également penché sur une série de documents intitulée « L'Éducation pour tous, l'UNESCO et l'avenir du suivi mondial : perspectives critiques et influences professionnelles ».

Huit ateliers sur le suivi de l’ODD 4

Les participants ont cherché à en apprendre plus sur les nouvelles initiatives et approches nécessaires pour suivre l’ODD 4, telles que présentées par l'ISU dans une série de huit ateliers et tables rondes. Ayant reçu pour mandat de coordonner le développement du nouveau programme mondial de mesure de l'éducation, l'ISU s’est concentré au CIES sur trois domaines critiques : l’équité, le financement et les résultats d’apprentissage. Après avoir conduit un panel de haut niveau sur le financement de l’éducation avec l’IIPE, l’ISU a mis l’accent sur les résultats d’apprentissage, une autre priorité de l’ODD 4.

Sobhi Tawil, spécialiste principal de l’éducation au sein de l’Équipe de recherche et de prospective en éducation de l’UNESCO, a présidé une séance qui a donné lieu à quatre présentations régionales sur l’Asie et le Pacifique, l’Afrique, les États arabes et l’Amérique latine et les Caraïbes, qui ont chacune souligné des perspectives et des conclusions concernant i) les principales réalisations et les principaux défis et enseignements tirés de l’EPT ; ii) les processus de mise en œuvre de l’Éducation 2030 au niveau régional et national ; iii) les mécanismes de suivi et d’évaluation régionaux pour suivre les progrès dans la réalisation des cibles de l’Éducation 2030 ; et iv) les stratégies pour la coopération régionale et interrégionale, les partenariats et la mutualisation des ressources.

Le Rapport mondial de suivi sur l’éducation (GEM) a également été représenté à la conférence, son directeur Aaron Benavot ayant contribué à plusieurs discussions et présenté le « Suivi des cibles internationales dans l’éducation : Rétrospective et perspectives ».

Links