L’UNESCO et INRIA signent un accord sur l’archivage des logiciels en présence du Président Hollande

03 Avril 2017

L’UNESCO et l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA) ont signé aujourd’hui au siège de l’Organisation un accord afin de contribuer à préserver la connaissance technologique et scientifique contenue dans les logiciels. Il s’agit notamment de favoriser l’accès universel au code source des logiciels.

L’accord a été signé en présence du Président de la République française, François Hollande, de la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, et du Président-Directeur général d’INRIA, Antoine Petit.  

« La place que prend le numérique ou le logiciel dans nos sociétés est devenue considérable (…) », a déclaré François Hollande. « Il ne faut ni avoir peur, ni tomber dans une forme de déification de l’outil lui-même ou de la technologie. Nous ne devons pas croire que c’est la solution à tous nos problèmes. Ce qui est attendu de nous, c’est de pouvoir maîtriser, c’est de pouvoir transmettre, c’est de pouvoir mettre ces technologies, ces informations, ces éléments qui deviennent du patrimoine au service de l’humanité. Tel est le sens de la convention entre INRIA et l’UNESCO, fondée sur la recherche, la culture et l’éducation ».

« Ce partenariat avec INRIA marque l’amplification d’une mobilisation internationale pour la préservation et le partage du patrimoine informatique », a souligné la Directrice générale de l’UNESCO, en se félicitant de l’engagement au plus haut niveau de la France dans ce domaine. La Directrice générale a salué ce nouvel accord qui « fait le lien entre deux composantes essentielles du travail de l’UNESCO pour la coopération et pour la paix : la préservation du patrimoine d’une part, l’innovation et la recherche d’autre part ».

« Il convient de fournir à chaque futur citoyen, quel que soit son pays d’origine et sa culture, les clés pour comprendre le monde numérique dans lequel il vit et pour le doter de la capacité à faire des choix éclairés. Notre partenariat doit aussi nous aider à diffuser cette idée et à la faire partager par le plus grand nombre », a déclaré pour sa part Antoine Petit.

Cet accord entre l’UNESCO et INRIA vise à favoriser un débat international et des actions en faveur d’un accès universel à tous les documents numériques mais aussi à préserver la connaissance scientifique et technique contenue dans les logiciels.

Cette coopération s’appuiera notamment sur Software Heritage, un projet initié par INRIA, qui a pour objectif de collecter, préserver et rendre accessible à tous le code source de tous les logiciels disponibles. Car si une grande partie du savoir scientifique est produite par du logiciel ou contenue dans des logiciels, ceux-ci sont mal archivés et mal référencés. Software Heritage vise à construire une archive universelle et pérenne du logiciel accessible aux générations futures.

L’UNESCO encourage l’accès universel à l’information et la préservation de la connaissance. La charte de l’UNESCO sur la conservation du patrimoine numérique, adoptée en 2003, rappelle que les documents numériques comprennent, parmi un large éventail de formats électroniques, des textes, des bases de données, des images, des documents sonores ou encore des pages Web. Elle invite les Etats membres à sélectionner ce qu’il convient de conserver et protéger le patrimoine numérique menacé par l’obsolescence du matériel et des logiciels, les problèmes de maintenance ou l’absence de législation protectrice.

En 2015, la Conférence générale de l’UNESCO a adopté une Recommandation concernant la préservation et l’accessibilité du patrimoine documentaire, y compris le patrimoine numérique qui encourage notamment les Etats membres à protéger leur patrimoine documentaire et encourager le développement et l’utilisation de logiciels libres dans la gestion du patrimoine documentaire.

L’UNESCO a également lancé l’initiative YouthMobile, aujourd’hui déclinée dans une vingtaine de pays, pour initier les jeunes, notamment les femmes, à la création d’applications mobiles.

Un débat sur le rôle du logiciel dans l’accès à la connaissance à l’ère numérique, organisé le 15 juin dans le cadre du Sommet mondial sur la société de l’information (WSIS), marquera la première étape de la coopération entre l’UNESCO et INRIA. Une conférence internationale sur la préservation des et l’accès au code source des logiciels se tiendra par ailleurs en septembre à l’occasion de la Journée internationale de l’accès universel à la connaissance.

***

Contact médias : Agnès Bardon, Service de presse de l’UNESCO, a.bardon@unesco.org,

+33 (0) 1 45 68 17 64.