L’UNESCO et l’Iraq lancent un projet visant à conserver le site du patrimoine mondial de Samarra

L’UNESCO et l’Iraq ont signé aujourd’hui un accord pour la conservation et la gestion du site du patrimoine mondial de la Ville archéologique de Samarra. Ce projet débutera par la restauration de la Grande mosquée et du minaret Al-Malwiyah. Le site figure sur la Liste du patrimoine mondial en péril depuis 2007.

L’accord a été signé au siège de l’UNESCO à Paris par Ahmed Abdullah Abed Abed, ministre d’Etat du gouvernorat et des affaires parlementaires d’Iraq ; Ammar Hikmeit Abdulhasan, vice-gouverneur de Salah-Al-Din et Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO.        

Tous les intervenants qui ont pris part à l’événement ont souligné que cet accord marque un ferme engagement en faveur de la sauvegarde du patrimoine culturel iraquien, exposé à une menace inédite.         

« Lorsque des extrémistes cherchent à détruire la culture et persécuter les personnes pour des motifs culturels et religieux, nous devons répondre par plus de culture, plus de connaissance, plus de mesures de protection et c’est précisément ce à quoi nous nous employons aujourd’hui », a déclaré la Directrice générale.          

Ahmed Abdullah Abed Abed a décrit le site de Samarra comme « l’un des lieux les plus emblématiques de la civilisation islamique » et déclaré que sa préservation était un élément important de la lutte contre le terrorisme à l’oeuvre en Iraq. « Le terrorisme auquel nous sommes confrontés constitue une grave menace pour notre pays et pour tous ses sites culturels. Le terrorisme n’est plus limité à un seul pays, il peut frapper n’importe qui, n’importe où », a-t-il mis en garde.          

La première phase du projet s’étendra sur 18 mois et prévoit de :

  • Evaluer et effectuer un suivi de l’état de conservation de ce bien du patrimoine mondial pendant la mise en œuvre du projet.
  • Renforcer les capacités techniques et de gestion au niveau local à travers l’échange de connaissances et d’expérience et former des archéologues, des experts en conservation, des architectes, des ingénieurs, des gestionnaires du site et de tous les professionnels impliqués dans la protection et la gestion du bien.
  • Aider les autorités iraquiennes à revoir le projet actuel d’accueil des visiteurs et de musée prévu sur le site.
  • Concevoir un Plan de gestion du site du patrimoine mondial de la Ville archéologique de Samarra conforme aux normes internationales.
  • Elaborer un Plan de conservation pour la Grande mosquée et le minaret d’Al-Melwiyah, qui font partie du site du patrimoine mondial, selon les normes internationales.
  • Sensibiliser les communautés locales à l’importance de la sauvegarde des ressources historiques et archéologiques, qui relèvent de la préservation de l’identité culturelle, à travers la publication de ressources appropriées, comme des livres illustrés.

Le gouvernorat de Salah-Al-Din financera le projet à hauteur de 853 000 dollars.

Mahmoud Al-Mullakhalaf, Ambassadeur, délégué permanent de l’Iraq auprès de l’UNESCO, a également pris part à la cérémonie. Il a évoqué l’espoir de son pays d’étendre la coopération avec l’UNESCO à d’autres sites et d’autres domaines d’activité, notamment l’éducation. Farid Moustafa Kamil Yasseen, Ambassadeur d’Iraq en France, était également présent.        

La Ville archéologique de Samarra présente les vestiges d’une ville islamique emblématique qui fut pendant une grande partie du IXe siècle la capitale de l’Empire abbasside, qui s’étendait de la Tunisie à l’Asie centrale. La ville est située sur les berges du Tigre, à 130 km au nord de Bagdad. Elle témoigne d’innovations architecturales et artistiques qui s’y sont développées et se sont répandues dans les autres régions du monde islamique et au-delà. La Grande Mosquée et son minaret en spirale, datant du IXe siècle, est l’un des nombreux monuments remarquables de ce site archéologique d’une très large superficie dont 80% reste à mettre au jour.

****

Contact médias : Roni Amelan, Service de presse de l’UNESCO, r.amelan(at)unesco.org, +33 (0) 1 45 68 16 50.