L’UNESCO offre un cadre de concertation pour une meilleure prise en compte de la question enseignante

03 Mars 2017

Bamako, 28 février 2017 – Le Bureau de l’UNESCO à Bamako, en collaboration avec le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a organisé du 22 au 24 février 2017 à Bamako, l’atelier de la Commission thématique Question enseignante (CTQE), dans l’objectif de proposer un espace d'élaboration de recommandations stratégiques à intégrer dans la deuxième phase du Programme décennal de développement de l'éducation, Prodec II.

La cérémonie d’ouverture était présidée par Mme Assétou Founé Migan, Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, avec à ses côtés le  Chef du Bureau de l’UNESCO à Bamako, Hervé Huot-Marchand, Pr Abdoulaye Salim Cissé, président de la commission thématique, Mme Alessandra Dentine, représentant des PTF, ainsi qu’une trentaine de participants.

M. Hervé Huot-Marchand a rappelé que la question enseignante est une préoccupation importante pour tous les gouvernements. « Ceux-ci se sont tous engagés pour l’atteinte des Objectifs du développement durable (ODD) en général et celui de l’ODD4 en particulier, qui vise à assurer l’accès de tous à une éducation de qualité sur un pied d’égalité et à promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie ».  Il a ensuite félicité le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour son investissement, afin que la question enseignante fasse l’objet de la création d’une Commission thématique spécifique (la CTQE).

Pr Assétou Founè Samaké Migan, a pour sa part déclaré que «  cet atelier est de la plus haute importance, car la question enseignante est au centre de la crise de l’éducation dans notre pays. C’est une évidence, car l’enseignant qui forme les futurs élèves des Instituts de formation des maîtres (IFM) est formé à son tour par l’enseignant du supérieur ». Tout  en remerciant l’UNESCO pour son appui indéfectible, elle a souhaité que la question enseignante soit visible pour le progrès du Mali, et que les conclusions de l’atelier servent de boussole dans la prise de décision.

Durant trois jours d’intenses travaux, les participants ont débattu sur quatre grandes thématiques : formation des enseignants et certification (formation continue et initiale), gestion des enseignants (carrières, mobilités, logiciels de gestion), articulation des ordres et types d’enseignement, programmes d’enseignement et décentralisation.

Ainsi, les recommandations ont été élaborées. On peut citer entre autres : la délocalisation du recrutement au niveau Régional ; le recrutement sur la base de postes publiés par localité ; la mise en place d’un dispositif de contrôle de qualité pour garantir une mesure d’égalité territoriale ; l’instauration d’un cadre de dialogue et de concertation sur la refondation du système éducatif dans le but d’élaborer une politique unique sectorielle de l’éducation intégrant tous les ordres et types d’enseignement et la recherche scientifique ; la création d’un cadre dynamique de concertation des structures chargées de la formation des enseignants ; la publication des besoins de recrutement par établissement (pour que les candidats sachent dans quel établissement il y a un poste correspondant à leur profil).

Créée en 2015, la Commission thématique question enseignante est l’une des quatre commissions du Cadre partenariat éducation. Elle sert d’espace de réflexion, de concertation et de partage d’information pour une mise en œuvre pertinente et efficace des programmes d’éducation.

Pour plus de photos: https://www.flickr.com/photos/135945845@N05/albums/72157677106566194