L’UNESCO et SMEX lancent une formation en ligne pour les journalistes numériques arabes

L’UNESCO et SMEX lancent une formation en ligne en langue arabe et ouvrent un programme d’études destiné aux médias indépendants, conçu par des journalistes numériques arabes pour ceux qui aspirent à le devenir.

Actuellement, les journalistes citoyens ou producteurs de médias proches de leur communauté vont au-delà des blogs et de Twitter ; certains d’entre eux dirigent de véritables entreprises de médias indépendantes, gèrent la production de contenus complexes et des plans de diffusion stratégiques. Souvent, ils effectuent leurs reportages en direct sur le terrain avec seulement un téléphone mobile, et touchent des millions de personnes. Gardant cela à l’esprit, et dans une région qui subit des bouleversements importants, un réel besoin se fait sentir de voix indépendantes qui sachent raconter les histoires d’aujourd’hui en utilisant tous les canaux qui permettent de toucher les gens.

C’est pourquoi l’UNESCO et le SMEX ont uni leurs efforts pour une initiative qui correspond à leurs mandats respectifs, destinée à créer un environnement propice à la liberté d’expression, en portant une attention particulière aux jeunes et aux femmes.

Parmi les modules prévus:

  • L’esprit du journalisme numérique
  • L’écriture dans le monde numérique
  • La vérification et l’attribution du contenu produit par les utilisateurs
  • Les reportages effectués avec des mobiles
  • Le journalisme d’investigation
  • Journalisme de données
  • Le journalisme entrepreneurial
  • Prévoir, promouvoir et mesurer l’impact de votre travail

En accompagnement de chacun des modules thématiques mentionnés ci-dessus, des modules parallèles prenant pour sujet la sécurité numérique seront organisés chaque semaine. Ils permettront aux stagiaires d’être mieux armés pour se protéger eux-mêmes ainsi que leurs sources dans le cadre de leur travail.

Des rencontres avec des intervenants seront organisées, des discussions en ligne et des réunions éditoriales permettront aux participants d’échanger des idées, leur expérience ou de recevoir d’autres conseils.

Ce programme de formation de huit semaines sera administré à travers NetHawwal.com, la plateforme de formation de SMEX. Les participants qui le terminent avec succès recevront un certificat et bénéficieront d’un soutien personnalisé de six semaines, dans le développement de leur projet de journalisme numérique.

Un certain nombre de participants, sélectionnés en fonction de leur engagement dans le programme et de la qualité du contenu qu’ils ont produit, seront invités à participer à des ateliers individuels qui auront lieu à Beyrouth en 2016, où ils seront rejoints par des journalistes numériques de haut niveau.

Des candidatures en provenance des pays suivants sont invitées à être présentées : l’Algérie, la Jordanie, le Liban, la Libye, le Maroc, la Palestine, la Syrie (y compris les réfugiés syriens), la Tunisie et le Yémen. Il n’est pas nécessaire que les participants soient des journalistes professionnels, mais ils seront sélectionnés dans une certaine mesure en fonction des travaux journalistiques qu’ils ont déjà produits. Les candidats sont encouragés à envoyer leur candidature avant le 20 juillet, car le nombre de participants est limité à 100.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le contenu de cette formation en ligne, les modalités et le public visé.

Posez votre candidature ici (seulement en arabe).

Cette formation est soutenue par un projet financé par le gouvernement finlandais et destiné à promouvoir la liberté d’expression dans le monde arabe en contribuant à la construction de compétences journalistiques et en mettant en avant leur sécurité, en renforçant les cadres juridiques et régulatoires, en faisant progresser l’égalité des sexes dans les médias et en favorisant l’expression personnelle et l’accès à l’information des jeunes réfugiés syriens.

Elle bénéficie également du soutien du projet Réseaux de la Jeunesse Méditerranéenne financé par l’Union européenne, qui parmi d’autres objectifs, favorise la liberté d’expression des jeunes, le renforcement de leur représentation dans les médias la construction des compétences et les échanges entre jeunes journalistes, bloggeurs et organisations pour la jeunesse.