Les violences basées sur le genre à l’école et alentour empêchent des millions d’enfants dans le monde de réaliser pleinement leur potentiel scolaire

Le Rapport mondial de suivi sur l’EPT, l’UNESCO et l’UNGEI appellent à prendre des mesures d’urgence pour lutter contre les violences de genre en milieu scolaire

Les violences de genre en milieu scolaire ont un impact négatif sur l’éducation de millions d’enfants dans le monde, d’après le document rendu public aujourd’hui (en anglais) devant la Commission de la condition de la femme par le Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous (EPT), l’UNESCO et l’Initiative des Nations Unies pour l’éducation des filles (UNGEI).

« Au cours des 20 années écoulées depuis l’adoption de la Déclaration de Beijing sur l’autonomisation des femmes, nous avons constaté une augmentation des activités visant à mettre fin aux violences de genre ainsi qu’une hausse de l’intérêt porté à ce problème. Mais à l’école et alentour, le phénomène est resté en grande partie invisible, explique Nora Fyles, responsable du Secrétariat de l’UNGEI. L’élimination des violences de genre en milieu scolaire ne saurait être laissée au hasard. Si l’on veut instaurer une éducation inclusive et de qualité pour tous, les gouvernements nationaux doivent faire davantage d’efforts pour protéger les enfants et poursuivre les auteurs de ces actes, en coopérant avec la société civile et d’autres partenaires du développement. »

Les violences de genre en milieu scolaire, qui comprennent le harcèlement verbal ou sexuel, les violences sexuelles, les châtiments corporels et les brimades, peuvent être une cause d’absentéisme, de mauvais résultats, de décrochage scolaire, de faible estime de soi, de dépression, de grossesse et de contraction d’infections sexuellement transmissibles telles que le VIH, conséquences toutes néfastes pour l’apprentissage et le bien-être.

Cependant, l’ampleur et l’impact véritables du phénomène ne sont toujours pas connus, faute d’éléments. Il faut donc recueillir des informations plus solides et plus abondantes, réaliser des études comparées et mettre en place des approches comparatives de la collecte de données.

« Il est évident que les violences de genre en milieu scolaire créent un cadre d’apprentissage dangereux pour les enfants dans le monde, en particulier pour les adolescentes, déclare Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO. L’école doit être un refuge pour les jeunes, notamment dans les pays marginalisés et touchés par un conflit. Il est capital que la communauté internationale travaille de concert pour faire en sorte d’améliorer la qualité de la recherche, afin de comprendre l’ampleur et l’envergure du phénomène et d’élaborer des politiques visant à l’éliminer après 2015. »

Les études donnent à penser que les adolescentes sont particulièrement vulnérables aux violences, au harcèlement et à l’exploitation sexuels, y compris en milieu scolaire. Des données indiquent que dans les pays à revenu faible et intermédiaire, 10 % des adolescentes ont signalé un rapport sexuel ou d’autres actes sexuels forcés au cours de l’année précédente. En Afrique du Sud, une enquête nationale a montré que dans l’enseignement secondaire, près de 8 % des filles ont été victimes d’une agression sexuelle grave ou d’un viol à l’école.

Les violences de genre en milieu scolaire ne touchent pas uniquement les pays à revenu faible. C’est un phénomène mondial. Une étude réalisée aux Pays-Bas a ainsi révélé que 27 % des élèves avaient subi un harcèlement sexuel de la part d’un membre du personnel de l’école.

Bien que les études sur les violences sexuelles laissent apparaître une plus grande prévalence chez les filles, de nouveaux travaux montrent que les garçons aussi sont exposés aux violences de genre en milieu scolaire.

Les brimades font partie des formes de violence à l’école les plus documentées. On estime que chaque année, 246 millions de garçons et de filles sont victimes de violences verbales.

La pauvreté chronique, les conflits et les crises, l’instabilité des conditions de vie et la discrimination due à l’orientation sexuelle, au handicap ou à l’appartenance ethnique sont des facteurs qui amplifient le risque de violences de genre en milieu scolaire.

« Nous savons que les violences de genre en milieu scolaire ont une incidence sur la santé et le bien-être des enfants, ainsi que sur la fréquentation scolaire, l’apprentissage et l’achèvement des études, déclare Aaron Benavot, Directeur du Rapport mondial de suivi sur l’EPT. La résolution de ce problème permettra d’augmenter l’assiduité et d’améliorer la qualité de l’éducation et les résultats d’apprentissage des enfants. Cela doit constituer un élément essentiel du programme pour l’après-2015. »

Le Rapport mondial de suivi sur l’EPT, l’UNESCO et l’UNGEI appellent :

- les gouvernements nationaux à intégrer des mécanismes de prévention, de protection et d’obligation redditionnelle relatifs aux violences de genre en milieu scolaire dans leurs politiques et plans d’action nationaux ;

- à améliorer la recherche et le suivi pour dresser un tableau complet de la prévalence de ces violences, de leur impact sur l’éducation des enfants et des facteurs de risque dans des pays et des contextes différents ;

- les enseignants, les professionnels de santé, les services de police, les communautés locales, les chefs religieux et les organisations de la société civile à collaborer, aux niveaux local et national, pour mettre en œuvre des programmes luttant efficacement contre ce phénomène ;

- à reconnaître clairement l’élimination des violences de genre en milieu scolaire comme un élément essentiel de l’instauration de l’égalité dans l’éducation au titre de l’objectif de développement durable de l’après-2015 relatif à l’éducation.

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Notes aux rédacteurs

Élaboré par une équipe indépendante et publié par l'UNESCO, le Rapport mondial de suivi sur l'Éducation pour tous est une publication de référence qui a pour objet de documenter, d'orienter et de soutenir les engagements fermes en faveur de l'Éducation pour tous.

 

Twitter : @EFAReport

Site Web : http://www.efareport.unesco.org

World Education Blog : http://efareport.wordpress.com

Facebook : facebook.com/efareport