Promouvoir un environnement propice à la liberté d’expression et au développement des médias

African_girl_camera.jpg

Journalism student from Centre 'Etudes des Sciences et Techniques de l'Information (CESTI), Senegal, a training institution that receives support from UNESCO.
© UNESCO

Pour permettre l’épanouissement de la liberté d’expression et le développement des médias en Afrique, il est nécessaire de créer le cadre politique, législatif et professionnel adapté en fonction des priorités du développement national.

Les partenaires de l’UNESCO peuvent s’associer aux efforts de l’Organisation en vue de créer un environnement favorable à l’épanouissement de la liberté d’expression et au développement des médias en Afrique. Cet objectif peut être atteint dans l’unité d’action pour :

  • créer un environnement plus propice à la liberté de la presse et assurer une meilleure sécurité des journalistes
  • renforcer les capacités des organes médiatiques et des professionnels des médias
  • promouvoir et renforcer les médias communautaires qui rendent possible la libre circulation de l’information au service du développement.

L’UNESCO est la seule institution du système des Nations Unies dotée d’un mandat constitutionnel pour « faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ». Avec plus de vingt ans d’expérience en matière de conseil technique sur des questions cruciales, notamment juridiques, réglementaires, politiques, de formation des journalistes et de renforcement des capacités des médias et des professionnels de ce secteur, l’UNESCO joue un rôle décisif dans le domaine de la liberté d’expression et du développement des médias. Maints exemples illustrent l’action récente de l’UNESCO en la matière, comme le projet « Renforcer les radios locales par le biais des TIC » qui couvre 32 radios locales dans 7 pays différents, ou bien les efforts menés actuellement pour renforcer les capacités d’institutions spécialisées dans la formation au journalisme au titre de l’Initiative mondiale d’excellence pour l’enseignement du journalisme à laquelle participent douze écoles africaines de journalisme.