Prix UNESCO/Jikji Mémoire du monde

Lauréats précédents

Lauréats précédents du Prix UNESCO/Jikji Mémoire du monde :

Recherche par année:

2016

 

Le Prix UNESCO/Jikji Mémoire du monde 2016 a été décerné au Programme Iberarchivos de soutien au développement des archives ibéro-américaines (ADAI) lors d’une cérémonie organisée le 1er septembre dans la ville de Cheongju, en République de Corée, où le programme était représenté par sa coordinatrice Martha Marina Ferriol Marchena et par Berta García del Real Marco des Archives historiques nationales d’Espagne.

Iberarchivos a été créé en 1998 pour soutenir la coopération et l’intégration au sein des pays ibéro-américains, afin de promouvoir l’accès, l’organisation, la description, la conservation et la diffusion du patrimoine documentaire qui contribue à la consolidation de l’espace culturel ibéro-américain. Il est devenu le principal programme de coopération relatif aux archives dans la région.

Le programme a resserré les liens entre les professionnels de la région et contribué à renforcer leurs compétences. Il a également assuré la promotion d’un large éventail d’archives ibéro-américaines, comme les archives nationales et municipales ou encore les archives des organisations de défense des droits de l’homme et des peuples indigènes. Iberarchivos travaille avec 16 pays : Argentine, Brésil, Chili, Colombie, Costa Rica, Cuba, Mexique, Panama, Paraguay, Pérou, Philippines, Portugal, Porto Rico, Espagne, République dominicaine et Uruguay.
 

 

2013

En 2013, le Prix a été décerné à ADABI (Apoyo al Desarrollo de Archivos y Bibliotecas), une association mexicaine à but non lucratif, en reconnaissance de son soutien aux archives et aux bibliothèques mexicaines dont les collections documentaires sont menacées.

 

La cinquième cérémonie de remise du Prix UNESCO/Jikji Mémoire du Monde s'est déroulée le 12 septembre 2013 dans le cadre de la Biennale internationale des métiers d’arts de Cheongju. D’un montant de 30 000 dollars des États-Unis, le Prix récompense tous les deux ans des personnes ou des institutions ayant efficacement contribué à préserver le patrimoine documentaire et à le rendre accessible.

L’objectif d’ADABI est d’encourager les communautés du pays tout entier à s’investir dans la conservation et la préservation du savoir et de l’identité du Mexique. Ainsi, les archives aussi bien publiques que privées se rejoignent pour fonder une mémoire collective.

Le montant du Prix ainsi que les frais de fonctionnement et l’ensemble des frais liés à la cérémonie sont à la charge de la ville de Cheongju en République de Corée en tant que commémoration de l’inscription du Buljo jikji simche yojeol, ou Jikji, dans le Registre international Mémoire du Monde en 2001. Les deux volumes du Jikji, recueil des principes fondamentaux du bouddhisme zen, ont été imprimés en juillet 1377 au vieux temple Heungdeok-sa à Cheongju à l’aide de caractères métalliques mobiles.

 
Le Registre Mémoire du Monde  rassemble le patrimoine documentaire sélectionné par le Comité consultatif international du programme comme étant d’intérêt mondial et approuvé par la Directrice générale de l’UNESCO.
 
301 pièces documentaires sont à ce jour inscrites au Registre international.
 

2011

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a choisi les Archives nationales australiennes (National Archives of Australia, NAA) comme lauréat de l’édition 2011 du Prix UNESCO / Jikji mémoire du monde pour leur travail, y compris leurs publications, et pour leurs initiatives en matière de préservation des documents numériques.

Mises en place en 1960, les Archives nationales australiennes sont aujourd’hui leader mondial dans de nombreux domaines, notamment celui de la préservation des documents numériques. A travers de nombreuses publications, elles partagent leur savoir-faire professionnel avec des experts mais aussi avec ceux que cela intéresse au sein du grand public. De plus, la NAA fait profiter de ses recherches en mettant librement à la disposition de toute la communauté des outils de préservation des documents numériques.

Les Archives nationales australiennes ont aussi développé une expertise de niveau mondial en s’attaquant à un des défis-clés de l’ère numérique : comment adapter les processus de création de documents par les agences gouvernementales aux besoins de la tenue des dossiers afin de garantir un accès durable à ces documents qui témoignent du travail des institutions publiques.

La NAA a également fait preuve d’innovation quand elle s’est attaquée au problème de la conservation de documents écrits avec de l’encre métallo-gallique, une encre incluant des sels métalliques très utilisée en Europe pendant plusieurs siècles.

Le Prix, doté de 30 000 dollars grâce à la République de Corée, est remis tous les deux ans à des institutions ou individus ayant contribué de manière significative à la préservation du patrimoine documentaire et à l’accès à ce patrimoine.

La NAA a annoncé qu’elle allait consacrer l’argent du prix au financement d’un stage rémunéré pour un étudiant en conservation, investissant ainsi dans le futur de la préservation du patrimoine documentaire.

La cérémonie de remise du prix a eu lieu le 2 septembre à Cheongju City (République de Corée).
 

2009

Sur recommandation du jury, le Directeur général de l’UNESCO a désigné les Archives nationales de Malaisie lauréat du Prix UNESCO/Jikji Mémoire du monde pour l’année 2009.

Le jury a sélectionné les Archives nationales de Malaisie en reconnaissance des programmes remarquables en matière d’éducation et de formation dans le domaine de la conservation au sein de la région Asie. Les Archives participent activement à des activités internationales pour soutenir la conservation et sont devenues une institution de référence pour les questions de conservation et d’accessibilité, s’imposant comme une ressource nationale pour le sauvetage des documents endommagés par les inondations et les incendies.

C’est le troisième lauréat du Prix Jikji, après la Bibliothèque nationale de la République tchèque en 2005 et le Phonogrammarchiv d’Autriche en 2007. Les Archives nationales de Malaisie faisaient partie de la liste des quatre candidatures présélectionnées, aux côtés de M. Vassilios Peltikoglou de Grèce, de la bibliothèque du musée de Brukenthal en Roumanie et des Archives nationales d’Afrique du Sud, qui avaient tous été retenus pour leur importante contribution dans le domaine de la conservation du patrimoine documentaire.

Le jury a tenu compte des éléments suivants pour faire sa recommandation : l’importance du travail accompli dans le domaine de la conservation en dehors des fonctions régulières de l’institution, la stratégie de conservation à long terme, la viabilité et la portée internationale.

2007

Le prix UNESCO/Jikji Mémoire du monde 2007 a été attribué cette année au Phonogrammarchiv, rattaché à l’Académie autrichienne des sciences à Vienne.

Sur recommandation de la 8ème réunion de Comité consultatif international du programme ‘Mémoire du monde’ qui a eu lieu à Pretoria, Afrique du Sud, du 13 au 15 juin 2007, M. Koïchiro Matsuura, Directeur général de l'UNESCO, a approuvé l’attribution du prix 2007 au Phonogrammarchiv. Cette décision est basée sur l'engagement du Phonogrammarchiv dans la conservation du patrimoine audiovisuel et le rôle pilote qu’il joue dans ce domaine. Le Phonogrammarchiv constitue les archives audiovisuelles de recherche de l'Autriche.

Fondé en 1899 le Phonogrammarchiv représente les premières archives du son dans le monde, il a régulièrement accru ses activités pour inclure, à compter de 2001, la collecte, la conservation et la recherche de documents vidéographiques.

2005

National Library of the Czech Republic
La Bibliothèque nationale de la République Tchèque est le premier Lauréat du Prix UNESCO/Jikji Mémoire du monde, en reconnaissance de sa contribution à la préservation du patrimoine documentaire et à l’accès à ce patrimoine.
 
L'histoire de la bibliothèque est liée à la fondation de l'Université Charles en 1348. Les premières références écrites sur les livres sont documentées par rapport à l'ancien Collège Charles, ayant reçu en cadeau royal des manuscrits, en 1366. La mission principale de la Bibliothèque nationale est double : elle constitue à la fois une bibliothèque d'archives pour les documents délivrés sur le territoire des terres tchèques mais également une bibliothèque de recherche publique, en particulier dans le domaine des sciences humaines, des sciences naturelles pures, de la culture et des arts. La bibliothèque possède plus de 6 millions de volumes dont une grande partie sont de valeur culturelle irremplaçable, non seulement pour le pays mais aussi pour de nombreuses autres cultures dans le monde. La bibliothèque est une institution de premier plan dans la préservation et en particulier l'accès au patrimoine documentaire. Il s'agit d'un centre de coordination de plusieurs programmes nationaux dans ces domaines comprenant la recherche et le développement.