Initiative UNESCO-Pearson pour l'alphabétisation

Appel à propositions d’études de cas

L’UNESCO, en partenariat avec Pearson, recherche des solutions numériques innovantes qui aident les jeunes et les adultes peu qualifiés et peu alphabétisés à participer à la société de l’information et à améliorer leurs moyens de subsistance.

Si votre proposition est retenue, votre solution numérique instantanée fera partie des études de cas de l’Initiative pour l’alphabétisation : améliorer les moyens de subsistance dans un monde numérique en 2017. En plus de bénéficier d’une grande visibilité sur le site web de l’UNESCO, les solutions seront présentées à l’occasion de conférences internationales et éclaireront les travaux futurs de l’UNESCO.

En 2018, l’UNESCO élaborera, en s’inspirant de 15 études de cas sélectionnées, des directives spécifiques à l’intention des prestataires de solutions numériques, des partenaires techniques et financiers ainsi que des gouvernements, qui sont en mesure de mettre en place les conditions politiques nécessaires pour rendre la technologie plus accessible à tous.

Si votre programme ou solution numérique répond aux questions ci-dessous, vous pouvez présenter votre proposition qui sera étudiée pour éventuellement faire partie des études de cas.

  • Comment améliorer les solutions numériques pour qu’elles ne laissent plus personne à l’écart et soient plus accessibles et faciles à utiliser pour les jeunes et les adultes peu qualifiés et peu alphabétisés, dont 758 millions de personnes qui ne savent ni lire ni écrire ?
  • Comment les solutions accessibles à tous peuvent-elles mieux servir les 45 % de citoyens européens considérés comme n’ayant pas suffisamment acquis les compétences numériques de base qui leur permettraient de participer pleinement à la société de l’information actuelle ?
  • Comment les solutions numériques peuvent-elles offrir aux personnes peu qualifiées et peu alphabétisées une porte ouverte sur les économies numériques, où le développement de leurs compétences améliorera leurs moyens de subsistance ?

Les solutions numériques accessibles à tous pourraient privilégier l’interaction vocale plutôt que textuelle, en tirant parti d’outils allant de simples serveurs vocaux interactifs (SVI) aux dernières avancées en matière de numérisation du son et de traitement automatique du langage naturel (TALN). Les interfaces pourraient utiliser des icônes et des émoticônes afin de faciliter la prise en main pour les utilisateurs peu alphabétisés. Elles pourraient aussi exploiter des programmes d’intelligence artificielle capables de simuler une conversation afin d’offrir un premier service d’assistance aux utilisateurs peu qualifiés.

L’étude voit au-delà du prisme traditionnel de l’éducation en établissant un lien entre, d’une part, l’utilisation de solutions numériques accessibles à tous, et, d’autre part, l’amélioration des moyens de subsistance et l’apprentissage tout au long de la vie. Les cinq domaines d’intervention sont les services électroniques de santé, de vulgarisation agricole, d’administration, d’assistance aux migrants (par exemple, ceux qui fuient les conflits ou les crises) et de protection de l’environnement, encourageant par exemple des modèles plus durables de consommation et de production.