Apprendre à vivre ensemble

Dans nos sociétés de plus en plus diversifiées, l’UNESCO accomplit chaque jour sa mission humaniste qui est d’accompagner les peuples en vue de mieux se comprendre et d’œuvrer ensemble pour aboutir à une paix durable.

Une paix durable repose néanmoins sur un tissu complexe et fragile de pratiques quotidiennes, qui s’insèrent dans des contextes locaux, et sur le maintien créatif par les individus et les communautés de liens fortuits, dans la conviction que ces liens sont en fait les conditions durables d’un vivre ensemble dans la dignité et la prospérité.

Aujourd’hui, alors que les menaces et les défis nouveaux se multiplient au niveau mondial et nuisent à la cohésion de l’humanité, telles les nouvelles formes d’inégalités, d’exclusion, de violence et de fondamentalisme aggravées par des tensions et des conflits locaux, apprendre à vivre ensemble entre tous les membres de la communauté mondiale représente un enjeu d’une actualité toute particulière.

Les compétences interculturelles ne sont pas innées. Elles s’acquièrent par l’éducation et l’expérience vécue. D’où l’importance cruciale de l’accès à suffisamment des ressources éducatives de qualité, formelles et non formelles, pour acquérir les compétences interculturelles requises afin de réussir sa vie dans toute la complexité et l’hétérogénéité du monde moderne qui est le nôtre.

Ainsi, depuis son Siège et sur le terrain, l’Organisation intervient au quotidien pour aider ses États membres et l’ensemble de ses partenaires à mieux appréhender et relever les défis auxquels sont confrontées nos sociétés de plus en plus diversifiées, notamment à travers le Programme intergouvernemental pour la Gestion des transformations sociales (MOST) et le Programme d’action pour une culture de la paix et de la non-violence (site web en anglais), qui inclut, inter alia, les initiatives en faveur de la démocratie et de la citoyenneté mondiale, du dialogue interculturel, de l’éducation à la paix et aux droits de l’homme, et de la construction de la paix.

En outre, tenant compte du fait que le sport ignore les frontières géographiques et les barrières sociales, l’UNESCO encourage le développement et la pratique des activités sportives, et participe activement à la lutte contre le dopage, dans le souci de renforcer l’intégration sociale dans différents contextes culturels et politiques. D’autre part,  l’Organisation agit également pour que santé et éducation ne soient le privilège de quelques-uns.

« Il ne suffit pas d’être reliés les uns aux autres. Nous devons aussi partager nos solutions, nos expériences et nos rêves au sein d’une grande communauté cimentée par les droits humains et les libertés fondamentales ».

Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO
Conférence internationale des Commissions nationales pour l’UNESCO, Vienne (Autriche), 31 mai 2012

Actualités

Événements

Publications