Compétences pour le travail et la vie

Confrontés aux niveaux élevés du chômage des jeunes, aux évolutions rapides du marché du travail, aux progrès technologiques, à la mondialisation ainsi qu’aux inégalités et aux tensions sociales persistantes, de nombreux gouvernements accordent la priorité au développement des compétences adaptées au monde du travail grâce à l’enseignement et à la formation techniques et professionnels (EFTP).

Dans ce contexte, l’UNESCO recommande la transformation de l’EFTP de façon à ce qu’elle englobe l’ensemble des compétences exigées par le monde du travail et nécessaires pour y accéder. L’EFTP doit s’inscrire dans la perspective d’un apprentissage acquis tout au long de la vie, et chercher à garantir l’égalité des chances pour tous les apprenants. Cette proposition d’évolution de l’EFTP comprend l’apprentissage formel, non formel et informel.

Guidée par cette approche, et avec l’aide du Centre international UNESCO-UNEVOC, l’UNESCO aide les pays à améliorer leurs systèmes et pratiques d’EFTP.  

La Stratégie de l’UNESCO pour l’EFTP définit trois grands domaines d’activité de l’Organisation : les conseils en matière de politiques et le renforcement des capacités, l’élaboration et le suivi des normes internationales, et le partage des connaissances.

Le cadre mondial qui oriente l’action collective menée pour soutenir le développement de l’EFTP a été défini lors du Troisième Congrès international sur l’EFTP organisé par l’UNESCO, à Shanghai, en 2012. Les principaux partenaires de cet effort mondial sont des gouvernements, des organisations professionnelles, des établissements d’enseignement, des acteurs bilatéraux et multilatéraux, ainsi que des représentants d’établissements privés et de la société civile.

Conseils en matière de politiques et renforcement des capacités

Le Programme de renforcement des capacités en faveur de l'EPT (CapEFA) de l’UNESCO travaille de concert avec les gouvernements à l’élaboration de systèmes d’EFTP en Afghanistan, au Bénin, en Côte d’Ivoire, en République démocratique populaire lao, au Liberia, à Madagascar et au Malawi. 

Le projet intitulé « Une meilleure éducation pour l'essor de l'Afrique » (« Better education for Africa's rise » ou BEAR) est une initiative de cinq ans financée par la République de Corée qui soutient le développement de l’EFTP au Botswana, en République démocratique du Congo, au Malawi, en Namibie et en Zambie, dans la région de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC).

Élaboration et suivi des normes internationales

L’UNESCO est responsable du suivi de la mise en œuvre de deux instruments normatifs concernant l’EFTP : la Convention de 1989 et la Recommandation révisée de 2001.

L’UNESCO facilite également les travaux du Groupe de travail inter-institutions sur l’EFTP , qui est un mécanisme international centré sur le dialogue politique et la coopération. Le Groupe comprend notamment l’Organisation internationale du travail (OIT), la Banque africaine de développement, la Banque asiatique de développement, la Fondation européenne pour la formation, l'Organisation de coopération et de développement économiques et la Banque mondiale.

Publié par l’UNESCO et élaboré annuellement par une équipe indépendante, le Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous mesure les progrès mondiaux réalisés sur la voie des six objectifs de l’EPT en rapport avec l’EFTP (Objectif 3). L’édition 2012 du Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous. « Jeunes et compétences : l’éducation au travail », met en lumière un ensemble de politiques à même de combler le déficit de compétences. Plus de 600 jeunes du monde entier ont contribué à la première version « jeunes » du Rapport : Des compétences, un emploi : soyez la génération du changement.

Partage des connaissances

Mené par l’UNESCO en coopération avec le Fonds international de développement agricole (FIDA), le programme intitulé « Learning Knowledge and Skills for Agriculture and Rural Livelihoods » Acquérir les connaissances et les compétences utiles à l’agriculture et aux modes d’existence ruraux  est un projet de recherche qui associe l’alphabétisation, l’apprentissage et le développement des compétences des jeunes de régions rurales du Cambodge, d’Égypte et d’Éthiopie.

En collaboration avec l’UNESCO et le Centre international UNESCO-UNEVOC, l’Équipe spéciale internationale sur les enseignants pour l'Éducation pour tous conduit un Examen de la formation des enseignants et des instructeurs dans les États arabes.

Liens associées