Eaux souterraines

Les eaux souterraines constituent un élément considérable du cycle hydrogéologique et les aquifères une unité hydrologique importante. Elles représentent 98 % des réserves d’eau douce non gelée de la planète. Par nature, les eaux souterraines font intervenir de nombreux processus géologiques et géochimiques et sont associées à divers services et fonctions écologiques. Elles devraient être intégrées aux dimensions économique, sociale et environnementale des ressources
en eau. De nombreuses populations sont dépendantes des eaux souterraines pour l’eau potable, la sécurité alimentaire et des moyens de subsistance durables. Les eaux souterraines peuvent aussi être considérées comme une source sûre d’eau potable dans les régions arides et semiarides, et les petites îles et dans les situations d’urgence.

L’utilisation des eaux souterraines a nettement augmenté ces 50 dernières années car elles sont largement répandues, très fiables en période de sécheresse, de bonne qualité dans la plupart des cas, mais aussi en raison du progrès considérable des connaissances en hydrogéologie, du développement des techniques modernes de forage et de pompage et de leur coût d’exploitation généralement modique. Au cours des précédentes phases du Programme hydrologique international (PHI), les programmes et projets relatifs aux eaux souterraines ont permis d’améliorer les connaissances dans ce domaine et dans celui des aquifères dans le monde entier. La collaboration avec le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) et d’autres organismes des Nations Unies, institutions scientifiques et universités a contribué à améliorer le savoir sur les ressources en eaux souterraines et les aquifères dans le monde. Suite à cette collaboration scientifique, il existe désormais une bonne compréhension des aquifères superficiels, des méthodes d’évaluation et d’exploitation des ressources en eaux souterraines, des recharges artificielles, de la pollution des eaux souterraines et de la méthode de cartographie hydrogéologique. Toutefois, de nombreux défis restent à relever : la complexité des systèmes aquifères, le risque croissant, à l’échelle planétaire, d’épuisement, de dégradation de la qualité et de pollution des nappes souterraines, l’augmentation de la demande de ressources en eaux souterraines pour l’alimentation et d’autres utilisations, l’influence potentielle du changement climatique sur le système des eaux souterraines, et la résilience des communautés et des populations dépendantes des sources souterraines. Ces défis imposent des recherches et des études approfondies, l’utilisation de nouvelles méthodes scientifiques et l’adoption de principes en vue d’une gestion intégrée et d’une protection des ressources en eaux souterraines respectueuse de l’environnement.