Plaidoyer pour la mémoire des victimes de l’Holocauste

Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste

Le 27 janvier marque l'anniversaire de la libération en 1945 du Camp de concentration et d’extermination allemand nazi d'Auschwitz-Birkenau par les troupes soviétiques. Cette date a été appelée Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste par l'Assemblée générale des Nations Unies.

Selon l’UNESCO, il est essentiel de connaître l'histoire de l'Holocauste pour mieux comprendre les causes qui entraînent les sociétés dans le génocide et sensibiliser à la nécessité de consolider la paix et les droits de l'homme pour prévenir d’autres violences de masse. Cette Journée internationale représente l’occasion d'aider les États membres et le public à conserver le souvenir des victimes et leur héritage et d’alerter les jeunes, partout dans le monde, aux dangers des idéologies racistes et fanatiques.

Le Pavillon ex-yougoslave à Auschwitz

L’UNESCO facilite les discussions pour que les États issus de l’ex-Yougoslavie montent une exposition conjointe au pavillon ex-yougoslave du Musée d’État d'Auschwitz-Birkenau. Le projet a pour but d’encourager la coopération sur des recherches historiques de fond, de produire des narratifs innovants, des approches éducatives et des affichages muséographiques de l'Holocauste dans les territoires de l’ex-Yougoslavie, profitant ainsi des possibilités offertes par un site unique du Patrimoine mondial pour encourager le dialogue entre les responsables politiques de l’éducation, les directeurs de musée et les historiens.

Le projet fait intervenir les institutions du souvenir, éducatives et scolaires et les ministères de la culture de Bosnie-Herzégovine, de Croatie, du Monténégro, de Serbie, de Slovénie et de l'ancienne République yougoslave de Macédoine. Des experts internationaux représentant le Musée d’État d'Auschwitz-Birkenau (Pologne), le Mémorial de la Shoah (France) et la Fondation Topographie de la terreur (Allemagne) participent aussi aux discussions.