Connaissances sur le climat, science et culture


© UNESCO

L’UNESCO favorise la consolidation constante de la base de connaissances interdisciplinaire indispensable à l’atténuation et à l’adaptation au changement climatique. Ainsi, la recherche en science du climat, les évaluations et le suivi permettent de générer et d’utiliser des données, des informations et des alertes rapides fiables et objectives. 

Ces éléments sont en cours de regroupement avec les capacités de l’UNESCO pour les sciences naturelles et sociales, la culture, l’éducation, et la communication et l’information. Il s’agit d’améliorer la résilience des États membres au changement climatique par le biais de politiques nationales et locales axées sur l’atténuation, l’adaptation et la gestion des risques, et fondées sur la science, le savoir local et autochtone, et les systèmes écologiques et socioculturels.

À travers son Programme hydrologique international (PHI), son Programme international de géosciences (PICG), son Programme sur l’Homme et la biosphère (MAB), sa Commission océanographique intergouvernementale (COI), son Programme Gestion des transformations sociales (MOST) et son Secteur de la communication et de l’information, l’UNESCO fournit des outils, des données et des renseignements précieux sur des domaines de préoccupation clés et des solutions possibles d’atténuation et d’adaptation au changement climatique, notamment sur les ressources en eau, les sciences de la Terre, les énergies renouvelables, la biodiversité et l’océan. Ainsi, elle mène des actions visant, entre autres, à renforcer l’utilisation des technologies de l’information et de la communication et à améliorer le suivi et la modélisation pour prévoir et gérer les inondations et les périodes de sécheresse. Elle produit également le Rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau.

Comme l’eau, l’énergie est au cœur du programme d’atténuation du changement climatique et de développement durable. L’UNESCO encourage une plus grande utilisation des sources d’énergie renouvelables, qui offrent des solutions bénéfiques pour tous en ce qu’elles améliorent l’accès à l’énergie tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Pour ce faire, l’UNESCO contribue au renforcement des capacités en vue d’une meilleure connaissance des technologies reposant sur ces énergies. Elle appuie et diffuse aussi des pratiques exemplaires de mise en application dans différents environnements et contextes socio-économiques.

Dans le domaine de la biodiversité et du changement climatique, le Programme MAB est le fer de lance du travail interdisciplinaire sur les services écosystémiques et de la protection et de l’utilisation durable de la biodiversité – comme les forêts, dont l’influence sur le climat mondial est capitale.

L’UNESCO contribue à accroître l’implication et le rôle des jeunes et des femmes, et à améliorer la compréhension d’aspects sociaux tels que les questions d’égalité des genres liées aux politiques et aux mesures sur le changement climatique. Par son travail dans la sphère culturelle, l’UNESCO reconnaît et défend l’importance des connaissances et de la diversité dans ce domaine. La diversité et le patrimoine culturels sont d’ailleurs des facteurs déterminants de la transformation et de la résilience sociétales nécessaires pour faire face au changement climatique et favoriser le développement durable.