Géologie, écosystèmes et biodiversité

Les écosystèmes et la biodiversité fournissent des biens et services de base qui jouent un rôle essentiel dans la réduction de la pauvreté et le développement économique. Leur gestion à long terme est à l'interface des enjeux scientifiques, environnementaux, sociétaux et de développement durable. Les sciences de la Terre détiennent les solutions clés des réponses à apporter aux défis auxquels nous devons faire face pour préserver notre environnement et garantir un développement durable.

Les sciences de la Terre sont indispensables pour nous aider à comprendre les changements qui se produisent actuellement dans le monde, pour nous aider à préserver la Planète et donner aux pays la capacité de gérer leurs ressources minérales. Le Programme international de géosciences (PICG) favorise la collaboration internationale dans le domaine des sciences géologiques avec un accent particulier sur les projets et les spécialistes des pays en développement. Il soutient des projets clairement orientés vers le social et le développement durable, notamment l'atténuation des risques naturels, la géologie médicale, l'extraction des ressources minérales et des eaux souterraines. Les Géoparcs mondiaux UNESCO ont une valeur géologique internationale, ils sont à la source du développement durable local. Il y a plus de 120 Géoparcs mondiaux UNESCO dans 35 pays.

Depuis sa création en 1972, plus de 340 projets de coopération internationale sur la géologie de la Planète, réalisés dans 150 pays environ, ont contribué à renforcer les connaissances sur les ressources et les processus géologiques et ont permis la création de réseaux de spécialistes des géosciences.

Une meilleure compréhension de notre Planète est également essentielle pour la préservation de la diversité de la vie et la sauvegarde de l'avenir nos sociétés. Les êtres humains font partie intégrante de la biosphère de la Terre. Depuis plus de 40 ans, le Programme sur l'homme et la biosphère (MAB) s’intéresse à l'interface entre l'activité humaine et le reste de la biosphère, ou la relation entre les humains et la nature. Grâce au Réseau mondial des réserves de biosphère (WNBR), plus de 660 réserves de biosphère dans 120 pays permettent de mettre en évidence et de promouvoir, à travers des exemples spécifiques aux sites, la façon dont les êtres humains peuvent vivre en symbiose avec la nature de façon durable. Les réserves de biosphère illustrent les moyens de préserver les écosystèmes naturels et la biodiversité à travers la science, l'éducation et une approche participative tout en favorisant un développement économique novateur à la fois écologiquement viable mais aussi socialement et culturellement adapté.

Le MAB se concentre sur les écosystèmes spécifiques dans les réserves de biosphère, y compris les zones montagneuses, les terres arides, les forêts tropicales, les systèmes urbains, les zones humides et les écosystèmes marins, insulaires et côtiers. Les réserves de biosphère sont de plus en plus utilisées comme sites pilotes pour tester l'adaptation au changement climatique et l'atténuation de ses effets, l'économie verte et la possibilité de servir comme sites de collaboration avec d'autres initiatives écologiques internationales novatrices dans le domaine de l’environnement.

La perte de biodiversité est, avec le changement climatique, l'un des problèmes planétaires les plus ardus de notre temps. Les savoirs et les réseaux de l’UNESCO – en éducation, sciences naturelles, sociales et humaines, culture et communication – permettent une perspective multidisciplinaire pour informer les politiques visant à répondre à l’échelle internationale à la crise de la biodiversité. Cette perspective multidisciplinaire vient en appui de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) à laquelle l'UNESCO participe. L’objectif de la Plateforme est de fournir des connaissances scientifiques exactes, impartiales et à jour sur lesquelles fonder les décisions de politiques et les conventions sur la biodiversité, comme le fait le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) pour les conventions sur le changement climatique. L'UENSCO soutient l'IPBES afin de reconnaître et de respecter la contribution des savoirs autochtones et locaux à la conservation et à l'utilisation durable de la biodiversité et des écosystèmes.

 

Actualités

Événements

Publications