Catastrophes liées à l’eau

Les activités humaines ont perturbé les régimes hydrologiques et écologiques naturels. En réalité, les défis sociétaux et environnementaux liés aux problèmes de l’eau sont bien souvent colossaux. Plus précisément, le nombre de décès et de dommages économiques provoqués par les catastrophes liées à l’eau, comme les inondations, les sécheresses, les glissements et affaissements de terrains, augmente de façon spectaculaire dans le monde entier, en
raison principalement du nombre croissant d’habitants qui vivent dans des zones exposées à ces catastrophes.
La croissance de la population et sa dynamique spatiale et temporelle constituent le plus important facteur planétaire qui fera considérablement évoluer les risques liés à l’eau dans un futur proche. D’autres facteurs, comme les changements intervenus dans l’occupation des sols, l’urbanisation, les modèles migratoires, les questions énergétiques, la production alimentaire, résultent tous de l’évolution démographique et du développement économique. En outre, il est probable que le changement et la variabilité du climat accroîtront le risque et l’incertitude.
 
Pour la communauté hydrologique, le défi majeur est d’identifier des mesures d’adaptation adéquates et opportunes dans un environnement en constante évolution. Pour y parvenir, elle doit combler certaines lacunes scientifiques, les principales étant : i) une compréhension incomplète des processus hydrologiques et des liens avec l’atmosphère/la biosphère/la société humaine ; ii) la nécessité de techniques adéquates pour l’intégration et/ou l’assimilation des données ; iii) des problèmes d'échelle et d’hétérogénéité ; iv) la capacité à prévoir les processus hydrologiques et leurs interactions et rétroactions avec les systèmes socioécologiques ; et v) l’estimation et la communication des incertitudes et leur prise en compte dans les décisions en matière de gestion adaptative des ressources. Par ailleurs, il y a lieu d’améliorer davantage notre capacité à faire des prévisions dans les bassins non jaugés (PUB). Pour finir, il faut être plus actif dans le transfert des connaissances aux décideurs et à ceux qui élab orent les politiques, pour s’assurer que les décisions reposent sur les meilleures sources de savoir disponibles.

Axes d’étude

Pour plus d'informations sur chaque axe d'étude et le plan de mise en œuvre, veuillez suivre les liens ci-dessous:

 

Activités et résultats 2014-2015