Le facteur humain

L’étude des extrêmes hydrologiques doit tenir compte du fait que les humains font partie du système hydrologique, tant comme agents du changement que comme bénéficiaires des services de l’écosystème. Si les progrès réalisés ces dix dernières années dans l'association des modèles hydrologiques et biogéophysiques sont considérables, ils demeurent inaccessibles à ceux qui prennent les décisions relatives à la gestion des ressources et autres professionnels du secteur de l’eau. Étant donné que la plupart des bassins fluviaux ne sont plus « naturels », les humains vivant et interagissant avec un système hydrologique en constante évolution, il reste encore à mieux comprendre l’association humains-écosystèmes.
 
Objectifs spécifiques
  • Appliquer une modélisation intégrée des systèmes socioécologiques dans les processus de décision qui régissent la gestion des ressources en eau.
  • Améliorer la connaissance des processus à l’œuvre dans la conjugaison des systèmes hydrologiques, biogéochimiques et anthropogéniques dans les domaines hydrologiques et les systèmes sociaux, tant en ce qui concerne les modèles que l’éducation relative à l’eau.
  • Promouvoir des approches novatrices et holistiques de l’éducation et du développement des capacités.