La dimension hydrologique des bassins versants

La quantification et l’intégration des processus hydrologiques et biologiques à l’échelle d’un bassin reposent sur l’hypothèse que les facteurs abiotiques sont d’une importance primordiale lorsqu’ils deviennent stables et prévisibles et qu’alors, les interactions biotiques commencent à s’exprimer. La quantification porte sur les principaux éléments du cycle hydrologique (précipitations, évapotranspiration), les phénomènes d’éclusées le long du continuum fluvial et la surveillance des sources de pollution ponctuelle et diffuse, l’érosion, et la dégradation de l’habitat. L’intégration des informations relatives au cycle hydrologique et à la distribution économique fournit un cadre pour réguler les processus en vue de l’utilisation durable des ressources en eau et des écosystèmes. Le PHI appuiera les initiatives en matière de recherche et de renforcement des capacités qui visent à améliorer la connaissance des liens d’interdépendance entre les processus écohydrologiques à l’échelle d’un bassin, en mettant particulièrement l’accent sur les sites de démonstration EH de l’UNESCO.
 
Objectifs spécifiques
  • Améliorer la base de connaissances et développer les approches visant à réduire des menaces telles que les inondations et les sécheresses, en faisant valoir le caractère stochastique des processus hydrologiques dans les bassins hydrographiques et en adaptant les infrastructures hydrotechniques à la distribution et à la gestion des écosystèmes rétenteurs d’eau.
  • Soutenir les recherches et élaborer des lignes directrices pour introduire la compréhension du passé dans les plans de gestion des bassins fluviaux (paléohydrologie, modèles écologiques successifs, dynamique spatio-temporelle des établissements humains…).
  • Promouvoir l’élaboration d’un modèle qui intègre le savoir issu de sciences environnementales spécifiques (hydrogéologie, sols, eaux souterraines, couverturevégétale) pour réduire les phénomènes d’éclusées et comprendre les particularités des plaines d’inondation.
  • Élaborer un système écohydrologique d’alerte rapide à l’échelle d’un bassin (en intégrant la biosurveillance moléculaire, l’hydrochimie, la géomorphologie ainsi que la couverture végétale et l’utilisation du sol dans le cadre du SIG).