Blanca JIMÉNEZ CISNEROS

Blanca JIMÉNEZ CISNEROS, Prof, PhD, ingénieure en environnement certifiée

Dr Blanca Jiménez Cisneros est née en 1958 au Mexique. Elle est titulaire d'un diplôme en génie de l'environnement, avec une spécialisation dans le domaine de l'eau, de l'Université nationale autonome du Mexique (UNAM, 1980) ; d’une maîtrise (1982) en génie de l'environnement ; et d'un doctorat (1985) dans le domaine de l'eau et du traitement des eaux usées de l'Institut national des sciences appliquées (INSA) de Toulouse, France.
 
Dr Jiménez a 31 ans d'expérience professionnelle avec l'Université nationale autonome du Mexique (UNAM), sa base depuis 1980. Au cours de sa carrière professionnelle, elle a occupé les postes suivants, certains d'entre eux dans le cadre de visites sabbatiques : ingénieure de recherche pour la Lyonnaise des Eaux, Paris (1985) ; coordinatrice adjointe du Département qualité de l'eau (1991-1992) et coordinatrice du Département du développement des ressources humaines du secteur de l'eau à l'Institut mexicain de technologie de l'eau (IMTA) ; coordinatrice du Département de génie de l'environnement à l'UNAM (1988-1989) ; directrice adjointe du Département d'hydraulique et d'environnement à l'Institut d'ingénierie de l'UNAM (1991-2001), la seule femme à avoir obtenu ce poste à nos jours ; ainsi que leader du projet de contrôle des œufs d'helminthe et de réutilisation des boues des toilettes sèches pour la production agricole à l'Université de Pretoria en Afrique du Sud (2005). De 2009 à septembre 2012, elle a été professeure et chef du Groupe de traitement et réutilisation de l'UNAM.
 
Dr Jiménez est l'auteure de plus de 460 publications (livres et chapitres de livres, articles de journal, normes et brevets) qui ont reçu environ 3000 citations. Ses domaines d'expertise incluent : les technologies de traitement des eaux et des eaux usées et les technologies de réutilisation ; le traitement des boues et projets de revalorisation ; l’eau et la santé, l’eau en milieu urbain, le développement de normes réalisables pour contrôler et prévenir la pollution dans les pays en développement et les pays en transition ; l’évaluation et la maximisation des avantages de la réutilisation de l'eau non-intentionnelle ou accidentelle (récemment désignée comme « réutilisation de facto »). Elle a été présidente des Ingénieurs en environnement et sanitaires, l'Association des ingénieurs environnementaux, et présidente élue à l'Académie mexicaine des sciences.
 
Parmi ses postes les plus remarquables, Dr Jiménez a présidé divers groupes scientifiques, professionnels et éditoriaux mexicains et internationaux. Elle est coordonnatrice des principaux auteurs pour le chapitre des ressources en eau douce dans le cadre du groupe d'adaptation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). En parallèle, elle a collaboré avec 15 groupes internationaux et a fourni des services de consultation à 31 projets technologiques pour des gouvernements locaux et nationaux, ainsi que des organisations des Nations Unies et des entreprises privées au Mexique, d'autres pays en développement et des pays en transition. Elle a également été membre du Comité de nomination pour le Stockholm Water Prize (2007-2012).
 
Dr Jiménez a reçu plusieurs distinctions et prix prestigieux, le plus remarquable étant l'Ordre royal de l'Étoile polaire (2002) remis par Sa Majesté le Roi Carl XVI Gustaf de Suède ; le Prix national du mérite environnemental (2006) ; elle a partagé le Prix Nobel de la Paix (2007) pour sa participation dans le quatrième rapport du GIEC sur les changements climatiques ; le Prix national mexicain des sciences et des arts de la technologie et du design (2009) ; et le Prix mondial de l'eau (2010) de l'Association internationale de l'eau. Pour certains de ces prix, elle a été la première personne du monde en développement à les recevoir, et dans certains cas, la première femme.
 
Dr Jiménez a rejoint l'UNESCO en 2012 en tant que directrice de la Division des sciences de l'eau et secrétaire du Programme hydrologique international (PHI), la première femme nommée à ce poste. De 2014 à 2016, elle a également été vice-présidente de l'ONU-Eau, mécanisme de coordination interinstitutionnel des Nations Unies pour l'eau douce et les questions liées à l'assainissement.