Rareté et qualité de l’eau

La rareté de l’eau est un phénomène à la fois naturel et d’origine humaine. Bien qu’il y ait suffisamment d’eau douce sur la planète pour la population mondiale d’environ 7 milliards d’êtres humains, cette ressource est inégalement répartie dans le temps et dans l’espace et une grande partie est gaspillée, polluée et gérée de façon non durable. Il n’y a pas à proprement parler de pénurie d’eau à l’échelle planétaire, mais un certain nombre de lieux et de régions manquent d’eau du fait
qu’au niveau mondial, son utilisation a augmenté plus de deux fois plus vite que la population au cours du siècle dernier. Sur les 6 milliards d’habitants que compte la population mondiale, un cinquième environ (1,2 milliard) vit dans des régions où l’eau fait physiquement défaut et un quart (1,6 milliard) est confronté à une pénurie d’eau de type économique due au manque d’infrastructures nécessaires pour extraire l’eau des fleuves et des nappes phréatiques (UN, 2005). Dans de nombreux pays, la pénurie d’eau est l’enjeu le plus préoccupant du développement socioéconomique et humain au sens large.
Il y a pénurie d’eau lorsque la demande de tous les secteurs, y compris l’environnement, ne peut être entièrement satisfaite en raison de l’impact de la consommation sur l’offre et la qualité de l’eau. Le changement climatique, en particulier dans les régions arides et semi-arides qui sont déjà en situation de stress hydrique, peut aggraver la pénurie. Par conséquent, la protection des ressources en eau douce de la planète impose que l’impact de l’activité humaine sur l’environnement et le climat de la Terre soit traité d’une manière intégrée. Il est indispensable d’investir dans des programmes qui protègent le milieu naturel, préservent l’eau et l’utilisent efficacement.
 
La dégradation de la qualité de l’eau contribue à la pénurie. C’est un aspect préoccupant qui n’est pas pris en considération dans la gestion des ressources en eau. La mauvaise qualité de l’eau a sur la santé et l’environnement de multiples conséquences qui rendent l’eau impropre à la consommation et réduisent, de fait, les ressources en eau disponibles. En effet, la pollution est en passe de devenir l’une des principales menaces pour la disponibilité et la réutilisation de l’eau. L’urbanisation rapide, le développement des activités agricoles, l’utilisation d’engrais et de pesticides, la dégradation du sol, les fortes densités de population et les mauvaises conditions d’élimination des déchets portent atteinte aux sources d’eau douce disponibles. Le traitement de l’eau peut être coûteux. Il faut donc prendre des mesures pour résoudre en particulier les problèmes de rareté et de qualité de l’eau. Le Programme hydrologique international (PHI) peut contribuer de façon significative à la compréhension et à la gestion de la qualité de l’eau dans le monde en développement.