Programme détaillé jour 2

Mercredi 20 mai 2015

09h00-10h30 Séance Plénière I

Éducation 2030 – Agenda et Cadre d’action proposés

Modérateur : M. Ahlin Byll-Cataria, ancien Secrétaire exécutif, Association pour le développement de l’éducation en Afrique
Présentation de M. Qian Tang, Sous-Directeur général pour l’éducation, UNESCO. Cette séance portera sur une discussion générale de l’agenda Éducation 2030 et du Cadre d’action, ainsi que sur le projet de la Déclaration du Forum mondial sur l’éducation 2015.

11h00-12h30 Débats thématiques

Ces six débats thématiques parallèles aborderont des questions transversales afin d’approfondir la compréhension de la réflexion qui sous-tend l’objectif de développement durable 4 relatif à l’éducation.

Séance parallèle 1. Équité et inclusion – Que personne ne soit laissé pour compte (organisée par l’UNICEF)

Président : M. Anthony Lake, Directeur général de l’UNICEF
L’éducation est l’un des investissements pour le développement dont la portée est la plus vaste et qui offre le plus de bénéfices. Néanmoins, l’optimisme qui a présidé aux premiers succès – construisez davantage d’écoles et les enfants les fréquenteront – n’a pas atteint les enfants les plus pauvres, ceux qui vivent dans des situations de conflit, les réfugiés, les personnes déplacées dans leur propre pays ou les enfants confrontés à une discrimination fondée sur leur éloignement géographique, le genre, le handicap ou l’appartenance à une minorité ethnique. Ce débat thématique s’intéressera aux principaux défis et opportunités susceptibles d’orienter un agenda social inclusif solide. L’objectif est de susciter un débat reposant sur des données probantes sur l’équité dans l’éducation ; de doter les responsables politiques et les décideurs d’outils leur permettant de plaider en faveur de l’équité et de l’inclusion ; et d’encourager les gouvernements à identifier et à cibler les ressources pour atteindre les groupes les plus marginalisés. La séance est organisée autour de deux débats avec modérateur, réunissant des intervenants issus de différents domaines, notamment des ministres de l’Éducation, des représentants des Nations Unies, des économistes, des universitaires et des représentants de la société civile.

Séance parallèle 2. L’éducation dans les conflits et les crises (organisée par l’UNHCR)

Président : M. Daniel Endres, Directeur, Division des relations extérieures, UNHCR
Cette séance débattra des moyens garantissant l’accès à l’éducation pour les enfants et les jeunes dans les situations de crise, dans le cadre de l’agenda Éducation 2030. Les intervenants invités montreront comment les conflits et les crises ont entravé les progrès vers la réalisation des objectifs de l’Éducation pour tous, et comment atténuer l’impact des crises sur la réalisation des cibles de l’agenda Éducation 2030. Tout en mettant en lumière les principaux défis, les bonnes pratiques et les enseignements tirés, le débat se concentrera sur la nécessité d’une planification, de partenariats et de financements prenant en compte les risques de crises à l’ère du programme 2030, afin de garantir que chaque enfant vivant dans une situation de crise ait accès à une éducation sûre et de qualité.

Séance parallèle 3. Un financement axé sur les résultats peut-il nous aider à réaliser l’apprentissage pour tous ? (organisée par le Groupe de la Banque mondiale)

Président : M. Keith Hansen, Vice-président, Groupe de la Banque mondiale
Ce débat thématique insistera sur le rôle crucial du financement pour la réalisation de l’objectif qui vise à assurer une éducation inclusive, équitable et de qualité, et un apprentissage tout au long de la vie pour tous. Le débat thématique (i) proposera un aperçu du financement actuel de l’éducation et des défis associés au financement de l’agenda Éducation 2030 ; (ii) soulignera la nécessité d’un financement plus équitable, plus efficace et plus innovant dans l’éducation ; (iii) mettra en lumière l’expérience accumulée, avec des études de cas de pays, et partagera les stratégies recommandées pour améliorer les résultats des investissements nationaux et internationaux dans l’éducation. Les intervenants débattront de questions concernant le financement de l’éducation et les stratégies efficaces qui ont permis d’accroître le nombre et d’améliorer la qualité des services et des résultats, en particulier pour les plus marginalisés.

Séance parallèle 4. Réaliser l’égalité des genres dans l’éducation et autonomiser les femmes et les filles : prévoir et planifier ensemble (organisée par ONU Femmes)

Présidente : Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive, ONU Femmes
Malgré des décennies consacrées à la promotion de l’éducation pour tous, l’égalité des genres dans l’éducation demeure un objectif insaisissable et incomplet. Les femmes et les filles n’ont pas bénéficié de manière égale de l’éducation et de la formation. Même lorsque les filles accèdent à l’éducation, elles doivent affronter de nombreuses difficultés interdépendantes qui les empêchent de réaliser pleinement leur potentiel. Les défis actuels persistent, en dépit des engagements fermes pris à l’échelle mondiale pour prioriser l’éducation des filles et des femmes. Ce débat thématique recherche une approche intersectorielle à la résolution de ces défis dans le but de réaliser l’ODD 4 proposé (Éducation), par une autonomisation accrue des femmes et des filles selon l’ODD 5 proposé (Réaliser l’égalité des genres et autonomiser les femmes et les filles). Des enseignements seront tirés, selon les cas, de la mise en oeuvre des précédents engagements et des cadres intergouvernementaux, notamment de l’Éducation pour tous, du Programme d’action de Beijing et des OMD.

Séance parallèle 5. Placer l’éducation de qualité au centre de l’apprentissage tout au long de la vie (organisée par l’UNESCO)

Président : M. David Edwards, Secrétaire général adjoint, Internationale de l’Éducation
Il y a plus d’enfants scolarisés que jamais, mais qu’apprennent-ils ? Selon une estimation du GMR 2014, 250 millions d’enfants ne possèdent pas les connaissances de base, qu’ils aient ou non été scolarisés, et 200 millions de jeunes quittent l’école sans les compétences dont ils ont besoin pour s’épanouir. Il se dégage un consensus croissant sur le fait que, dans l’agenda Éducation 2030, l’accent doit être mis sur la qualité de l’éducation. Mais les opinions divergent quant à la nature et aux caractéristiques d’une « éducation de qualité », ainsi que sur les leviers politiques les plus efficaces pour renforcer l’acquisition du savoir et des compétences. Cette séance examinera les principales stratégies pour faire progresser la qualité de l’éducation et améliorer les résultats de l’apprentissage, notamment en s’attaquant au problème du déficit d’enseignants et de leurs qualifications, à la pertinence des programmes d’enseignement, à la disponibilité des matériels d’apprentissage ainsi qu’aux processus et aux environnements d’apprentissage. Elle débattra aussi des meilleurs moyens de mesurer et de suivre la qualité de l’éducation.

Séance parallèle 6. Innover grâce à la technologie : façonner l’avenir de l’éducation (organisée par l’UNESCO)

Présidente : Mme Dorothy Gordon, Présidente du conseil d’administration de l’Institut international pour le renforcement des capacités en Afrique
L’éducation s’est adaptée lentement aux innovations et aux technologies qui ont permis d’améliorer d’autres secteurs, comme la santé et le divertissement, et la scolarité d’aujourd’hui ressemble étonnamment à ce qu’elle était il y a 50 ans. Cependant, au moment où on compte autant d’appareils connectés à Internet que d’habitants sur la planète, il ne fait guère de doute que la technologie va perturber les modèles traditionnels d’apprentissage. Pour de nombreux observateurs, la question n’est plus de savoir si les innovations technologiques vont transformer l’éducation, mais quand et comment. Que devrait entreprendre un gouvernement pour assurer que la technologie enrichisse la pédagogie, réponde aux besoins des étudiants et des enseignants, et améliore les acquis éducatifs ? Ce débat examinera les stratégies permettant d’accroître l’efficacité des systèmes éducatifs grâce aux technologies, en s’intéressant tout particulièrement aux principes qui doivent guider ce processus. Il visera à aplanir les tensions entre des déclarations contradictoires sur l’utilité et la valeur de la technologie, et à déterminer comment les systèmes éducatifs peuvent mieux identifier, développer et généraliser les idées innovantes.

12h30-14h30 MANIFESTATIONS PARALLELES

 

14h30-16h00 Séances de groupe parallèles I

Examen des cibles mondiales

Ces 10 séances de groupe parallèles débattront des cibles mondiales de l’agenda Éducation 2030 et des cibles des autres ODD relatives à l’éducation. L’accent sera mis spécifiquement sur les principales mesures politiques, les stratégies et les actions prioritaires proposées dans le Cadre d’action pour appuyer leur mise en oeuvre et formuler des recommandations.

Séance parallèle 1. Enseignement primaire et secondaire de qualité – mettre davantage l’accent sur l’apprentissage

Présidente : Mme Claudia Costin, Directrice principale, Groupe de la Banque mondiale
Cette séance s’intéressera à la cible qui vise à assurer que toutes les filles et tous les garçons suivent jusqu’à son terme un cycle d’enseignement primaire et secondaire gratuit, équitable et de qualité, menant à des résultats d’apprentissage pertinents et effectifs. L’accent mis sur l’apprentissage et l’équité sera au premier plan du débat. Il s’agira de mettre en lumière les défis et les opportunités qui entourent la manière dont les systèmes éducatifs sont en mesure d’offrir une éducation de base de qualité à tous les enfants, leur permettant d’acquérir les compétences nécessaires à leur épanouissement dans la vie et au travail. Les intervenants partageront leurs connaissances et leur expérience en la matière, insistant sur des stratégies spécifiques et les domaines prioritaires qui concourent à rendre cette cible réalisable.

Séance parallèle 2. Éducation et protection de la petite enfance – un investissement essentiel pour l’apprentissage tout au long de la vie et pour le développement

Présidente : Mme Pia Rebello Britto, Conseillère principale, Développement de la petite enfance, UNICEF
Première étape de l’apprentissage tout au long de la vie, le développement de la petite enfance est un grand facteur d’égalisation. Les jeunes enfants et les familles qui ont accès à des soins de qualité, à la nutrition, à la protection et à l’éducation n’ont pas seulement plus de chances d’échapper à une situation défavorisée, ils contribuent au développement sociétal et économique. Un investissement équitable et précoce dans des programmes d’éducation et de protection de la petite enfance (EPPE) de qualité est donc nécessaire pour obtenir des résultats en termes de développement et d’apprentissage des enfants. Le but de cette séance est d’accroître l’engagement mondial à investir dans cette cible, en exposant les raisons d’être de l’investissement dans l’EPPE, en partageant et en examinant les stratégies efficaces pour traiter l’équité, la qualité, l’approche holistique et les résultats des services et des programmes de l’EPPE et en assurer le suivi. La séance est organisée autour d’un débat avec modérateur entre des experts issus de différents domaines, notamment des ministres de l’Éducation, des représentants des Nations Unies, des économistes, des universitaires et des représentants de la société civile.

Séance parallèle 3. Enseignement supérieur – préparer les jeunes et les adultes au travail et à l’apprentissage tout au long de la vie

Président : M. David Atchoarena, Directeur, UNESCO
Jamais dans l’histoire il n’a été aussi important d’investir dans l’enseignement supérieur. La demande d’accès aux programmes d’enseignement supérieur s’est accrue, alimentée par le nombre sans précédent de diplômés de l’enseignement secondaire et par le besoin fortement accru d’enseignants formés, faisant suite aux efforts entrepris au niveau mondial pour réaliser les objectifs de l’Éducation pour tous. Dans le même temps, l’évolution rapide du marché du travail impose de nouvelles exigences à l’enseignement supérieur, composante importante des parcours d’apprentissage tout au long de la vie, alors même que les sociétés dépendent de plus en plus de la recherche et de l’innovation issues des établissements d’enseignement supérieur. Cette séance examinera comment les sociétés peuvent s’adapter à une demande croissante de programmes d’enseignement supérieur après 2015, promouvoir l’internationalisation, concevoir des systèmes de financement favorisant la qualité et l’équité, et renforcer l’apport des établissements d’enseignement supérieur à l’emploi des diplômés et à la création d’emplois.

Séance parallèle 4. Compétences pour le travail et l’’entrepreneuriat

Président : M. Hamed Al Hammami, Directeur, UNESCO
Le développement des compétences sera un élément majeur de l’agenda Éducation 2030, tout en étant par ailleurs profondément ancré dans l’agenda plus large du développement mondial. Cependant, des défis comme l’absence de coordination et de cohérence des politiques en matière d’EFPT, la faiblesse des structures de gouvernance , les déficits de compétences et la faible pertinence des certifications professionnelles entravent la contribution de l’EFPT au développement durable. Pour y remédier, il convient de faire évoluer l’EFPT d’un modèle axé sur l’offre, vers un modèle axé sur les besoins du monde du travail et des individus. Outre les compétences professionnelles spécifiques, il faut aussi prendre en compte l’entrepreneuriat , la résolution de problèmes, « apprendre pour apprendre » et d’autres compétences cognitives et interpersonnelles de haut niveau essentielles pour un travail décent et l’apprentissage tout au long de la vie. Cette séance explorera la façon dont les gouvernements peuvent encourager les réformes systémiques, notamment par le biais d’un renforcement des liens avec le secteur privé et d’autres parties prenantes extérieures au secteur de l’EFPT ; améliorer la pertinence des certifications ; accroître et diversifier le financement en faveur du développement des compétences.

Séance parallèle 5. Assurer l’équité et l’égalité des genres dans l’éducation et la formation : les perspectives des populations vulnérables

Président : M. Yannick Glemarec, Directeur exécutif adjoint, ONU Femmes
En dépit des progrès accomplis dans la réalisation des objectifs de l’Éducation pour tous, les groupes défavorisés et marginalisés, notamment les personnes handicapées, les peuples autochtones, les personnes issues de milieux socio-économiques pauvres et les habitants des zones rurales, s’en tirent souvent mal . En matière d’éducation, les femmes et les filles de ces groupes doivent affronter des formes de discrimination supplémentaires, multiples et intersectionnelles . Pour les populations
marginalisées, l’accès à l’éducation, même si celle-ci est gratuite, n’est souvent pas assuré ; le droit à une éducation de qualité n’est souvent pas reconnu ; et la qualité de l’éducation dispensée est médiocre, ce qui influe sur les acquis de l’apprentissage et sur l’autonomisation générale de ces populations. Cette séance abordera les stratégies nécessaires pour permettre à tous les enfants et à tous les adultes, quel que soit leur statut, de jouir de leur droit à l’éducation. Elle s’appuiera sur les perspectives des groupes vulnérables et marginalisés, l’objectif étant de dessiner les contours d’un ensemble de recommandations devant guider la poursuite holistique de la cible d’équité proposée pour l’ODD 4.

Séance parallèle 6. Une vision élargie : l’alphabétisation des jeunes et des adultes dans une perspective d’apprentissage tout au long de la vie

Présidente : Mme Ann-Thérèse Ndong-Jatta, Directrice, UNESCO
Selon les statistiques, environ 781 millions d’adultes, dont les deux tiers sont des femmes, ne savent ni lire ni écrire dans le monde. Ce faible niveau de compétences en alphabétisme est une préoccupation qui touche tous les pays, y compris les pays à revenu moyen et élevé ; en effet, depuis 2000, un quart des pays seulement a réduit le taux d’analphabétisme des adultes de 50 %. Dans de nombreux cas, en outre, on ne reconnaît pas la nécessité pour les apprenants d’acquérir des niveaux de compétences en écriture, en lecture et en calcul équivalents à l’éducation de base, qui forment le socle de l’apprentissage tout au long de la vie. Cette séance présentera des stratégies clés pour améliorer l’accès à des opportunités d’alphabétisation de qualité et innovantes, pour renforcer les investissements durables et sûrs dans l’alphabétisation, et pour approfondir les partenariats multipartenaires ainsi qu’une action participative décentralisée par le biais d’un réseau de villes, de communautés et de familles apprenantes.

Séance parallèle 7. Éduquer et apprendre pour des sociétés pacifiques et durables

Présidente : Mme Soo-Hyang Choi, Directrice, UNESCO
Face aux évolutions rapides de notre monde interconnecté, les apprenants doivent bien appréhender les défis qui se posent aux niveaux local, national et mondial, par l’acquisition des compétences et des attitudes leur permettant de jouer un rôle actif, aussi bien au niveau local que mondial, pour affronter et résoudre ces défis. Pour répondre à cette demande, les systèmes éducatifs dans leur ensemble doivent être soutenus, voire réorientés. L’Initiative mondiale pour l’éducation avant tout a été un important pas en avant dans ce sens, intégrant la citoyenneté mondiale dans ses trois priorités, et l’Assemblée générale des Nations Unies a approuvé le Programme d’action global pour l’éducation au développement durable. Dans ce contexte, cette séance visera à engager les participants dans un débat animé sur les moyens d’intégrer efficacement l’éducation à la citoyenneté mondiale et l’éducation au développement durable dans les systèmes éducatifs afin d’aider à accroître la pertinence de l’éducation dans notre monde contemporain et sa capacité à contribuer à la réalisation du développement durable.

Séance parallèle 8. Les enseignants pour le monde que nous voulons – l’agenda pour les politiques, les pratiques et la recherche

Président : M. Jorge Sequeira, Directeur, UNESCO
Réaliser le droit à une éducation de qualité signifie que l’on assure à chaque élève un enseignant qualifié, motivé et professionnellement soutenu. Cependant, la qualité de l’éducation est actuellement minée par les déficits d’enseignants et la répartition inéquitable des enseignants qualifiés dans les pays et entre 10 Forum mondial sur l’éducation 2015 les pays. Il est donc indispensable d’attirer et d’appuyer les meilleurs étudiants afin qu’ils choisissent de devenir enseignants, en les retenant dans la profession par un développement professionnel continu et des conditions de travail appropriées. Pour cela, un dialogue efficace et continu entre les décideurs politiques, les enseignants et les chercheurs est essentiel. Cette séance engagera les participants dans un débat interactif qui abordera les données les plus en pointe et les tendances en matière de formation des enseignants, notamment les attentes accrues dont ils font l’objet et les défis multiples qu’ils continuent d’affronter en classe et à l’extérieur ; ainsi que les principales stratégies pour mettre en place des réformes efficaces des politiques relatives aux personnels enseignants, notamment le dialogue social.

Séance parallèle 9. Corps sains, esprits brillants : santé, VIH et éducation sexuelle

Présidente : Mme Julia Bunting, Présidente, Population Council
Les élèves en bonne santé apprennent mieux, et plus les élèves sont instruits, plus ils possèdent les connaissances et les compétences pour être en bonne santé. Le renforcement des liens entre ces deux domaines fondamentaux du bien-être humain constitue une approche essentielle à la réalisation du développement durable. L’éducation fait office de « vaccin social » contre les maladies infectieuses telles que le VIH. Une éducation sexuelle fondée sur des compétences utiles à la vie courante, notamment sur des compétences cognitives comme la pensée critique et l’évaluation des risques ; sur des compétences sociales comme la communication ; et sur des compétences émotionnelles comme l’empathie, peut contribuer à la prévention du VIH et des grossesses non désirées, et à l’égalité des genres, à des opportunités économiques et au développement durable, tout en renforçant les compétences de base et en permettant aux apprenants de répondre aux grandes questions du moment. Cette séance aidera les délégués à mieux comprendre le rôle de l’éducation sexuelle dans l’amélioration de la santé, dans la lutte contre le VIH et dans l’égalité des genres et elle insistera sur les interactions qui existent entre la santé et l’éducation, ainsi que sur l’impact sur l’EPT et, plus largement, sur l’agenda des ODD, notamment sur l’Objectif 3 relatif à la santé.

Séance parallèle 10. Élaborer et développer des indicateurs pour mesurer les progrès des cibles Éducation 2030

Présidente : Mme Silvia Montoya, Directrice, Institut de Statistique de l’UNESCO
Cette séance présentera les recommandations du Groupe consultatif technique sur les indicateurs de l’éducation post-2015, qui soulignent l’urgence pour la communauté éducative, dans le cadre du nouvel agenda du développement, de s’attaquer aux nouveaux problèmes et défis de la mesure, en particulier en matière de qualité de l’éducation et d’équité. Elle examinera des stratégies pour évaluer l’apprentissage au sein de différents contextes nationaux et entre eux, notamment la nécessité de développer les capacités nationales pour élaborer, conduire, analyser et utiliser des évaluations ; identifier des indicateurs pour mesurer les progrès de la réduction des inégalités pour toutes les cibles de l’éducation ; ainsi que de nouvelles approches à la collecte de données plus complètes sur les différentes sources et utilisations du financement destiné à l’éducation et à la formation.

16h30-18h00 Séance plénière II

L’éducation, moteur du développement – l’exemple de la République de Corée

Allocution de bienvenue par M. Woo-Yea Hwang, Vice-Premier Ministre et Ministre de l’éducation, République de Corée
Présentation par M. Sun-Geun Baek, President, Institut coréen pour le développement de l’éducation
Président : M. Jeffrey Sachs, Conseiller spécial du Secrétaire général des Nations Unies sur les Objectifs du Millénaire pour le développement
Cette séance abordera le rôle central de l’éducation dans le développement national, à partir de l’expérience de la République de Corée en matière de développement éducatif. Elle examinera des stratégies éducatives et des options de politique pour traiter les défis actuels et futurs.

Co-organisateurs