Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Bienvenue sur le Portail de la Transformation stratégique

Partenariats stratégiques hors Siège - Zones de conflit et de post-conflit

Sara Noshadi, Coordinatrice Initiative Mossoul - Culture Cabinet de la Directrice générale

Le relèvement dans les situations de post-catastrophe et de post-conflit est un défi de taille en termes de planification, de mise en œuvre, de coordination et de financement. Cependant, ces contextes offrent aux acteurs internationaux des occasions uniques de renforcer les partenariats stratégiques.

 

Le partenariat stratégique qui revêt une importance cruciale dans une zone de conflit est véritablement celui qui est établi avec le pays hôte, responsable en dernier ressort de la coordination de l’aide internationale et des fonds qui sont introduits dans le pays. Dans les pays en situation de post-conflit et de post-catastrophe, le secteur public est souvent largement dépendant de cette aide internationale. Dans ces contextes, un partenariat ne peut être stratégique et « opérant » que s’il a des incidences financières ; en d’autres termes, si le pays hôte le considère suffisamment important pour y contribuer financièrement. Ce financement peut être issu d’un fonds-en-dépôt multipartenaires ou de fonds constitués au profit du donateur. C’est un partenariat qui ouvre la voie à une coopération avec les principaux donateurs en termes de collecte de fonds et à une coordination avec les autres institutions des Nations Unies en termes de programmation.

Citons l’exemple réussi du Programme national afghan en faveur de la culture et de l’économie créative, qui a été mis en place en coordination avec le Gouvernement afghan en 2016. Ce programme est en tous points conforme au Cadre national pour la paix et le développement 2017-2021 du Gouvernement afghan.

Ce programme a été créé avec d’importants fonds d’amorçage fournis par le Gouvernement afghan avant de recevoir des contributions de donateurs. Son appropriation nationale est élevée. Il est dirigé par un Comité directeur composé de cinq ministres afghans, de l’UNESCO et des donateurs dont la contribution dépasse un million de dollars des États-Unis chaque année. Le Ministre des finances préside le Comité directeur. Le programme finance un ensemble d’activités novatrices dans des contextes particulièrement difficiles à travers huit domaines thématiques. Depuis sa mise en place, le Gouvernement afghan a contribué à tous ses domaines thématiques à hauteur de 3,25 millions de dollars. L’Italie a apporté 4 millions d’euros au domaine thématique relatif à la préservation du patrimoine bâti et l’UE a quant à elle apporté 3 millions d’euros au domaine thématique intitulé « Le droit à la culture ».

Les vues et opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de l'UNESCO.