Bienvenue sur le Portail de la Transformation stratégique

web_fr_02.jpg

© UNESCO

Questions aux Etats membres

S. Exc. M. Pekka Puustinen, Ambassadeur, Délégué permanent de la Finlande auprès de l'UNESCO

Comment l'UNESCO pourrait-elle se repositionner au mieux dans le système des Nations Unies pour le développement ?

 

À mon avis, le processus de Transformation stratégique doit justement permettre à l'UNESCO de retrouver sa position clé dans le système des Nations Unies pour le développement. Il est très utile d'examiner le passé de l'UNESCO et d'analyser pourquoi et comment elle s'est positionnée telle qu'elle était, et aussi d'examiner sérieusement les nouvelles tendances.

L'UNESCO n'est pas stricto sensu une agence d'aide internationale, comme le sont certains programmes et fonds des Nations Unies pour le développement, mais elle joue un rôle clé dans ses domaines de compétence. Le processus de transformation vise, entre autres, à restaurer la confiance des gouvernements donateurs et donc, à plus long terme, à renforcer également la base de ressources de cette belle Organisation.

Je considère comme un bon signe que l'UNESCO ait pris très au sérieux sa contribution et son engagement en faveur du nouveau système des coordonnateurs résidents des Nations Unies. Nous avons simplement besoin d'être à la fois visibles et productifs.

Pour se repositionner, il faut aussi concentrer nos ressources humaines et financières limitées, ouvrir l'Organisation et rechercher activement de nouveaux partenariats, de préférence en dehors des sentiers battus. Nous pouvons aussi apprendre beaucoup en jetant un regard critique sur les autres organisations des Nations Unies et en analysant les changements qu'elles ont opérés. 

 

 

Son Exc. M. Ali Suleyman Mohammed, Ambassadeur, Délégué permanent de l'Ethiopie auprès de l'UNESCO

Comment l'UNESCO peut-elle améliorer la communication sur des résultats ?

 

Le rôle principal de la communication doit être de mieux faire connaître les objectifs et les idées de l’UNESCO, non seulement en son sein, mais aussi auprès de toutes ses parties prenantes :

  • Cela suppose d'abord une stratégie numérique, pour exploiter le potentiel des médias sociaux : toutes les publications et le contenu multimédia doivent d'abord être produits pour rayonner dans un environnement numérique, leur impression physique au format papier devenant secondaire. Il convient aussi de faire appel à des personnalités influentes pour communiquer sur les activités de l'UNESCO, par des moyens traditionnels comme les Ambassadeurs de bonne volonté, mais aussi par les blogueurs, les médias alternatifs, etc.
  • Les informations techniques doivent être communiquées dans des formats accessibles et faciles à lire, en mettant l'accent sur le contenu multimédia multilingue.
  • L'UNESCO doit utiliser stratégiquement son vaste réseau pour diffuser en temps voulu, en marge des réunions, des matériels d'information et de visibilité. Tout en investissant dans une communication innovante, les médias traditionnels comme la télévision et la presse écrite restent importants : les histoires à publier et les événements majeurs devraient toujours être diffusés par l'intermédiaire de ce réseau.
  • Enfin et surtout, le site web de l'UNESCO doit être remanié, devenir plus convivial, plus accessible, pour mieux faire entendre les messages de l'Organisation.

 

Les vues et opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de l'UNESCO.