Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Élaboration d'une Recommandation sur l'éthique de l'intelligence artificielle

L'UNESCO s'est engagée dans un processus de deux ans pour élaborer le premier instrument normatif mondial sur l'éthique de l'intelligence artificielle sous la forme d'une recommandation, suite à la décision de la Conférence générale de l'UNESCO lors de sa 40e session en novembre 2019.

En 2020, l'accent sera mis sur la préparation du projet de texte de la Recommandation avec l'aide d'un Groupe d'experts ad hoc. Cette phase comprendra des consultations inclusives et multidisciplinaires avec un large éventail de parties prenantes. Ces larges consultations sont extrêmement importantes pour garantir que le projet de texte soit aussi inclusif que possible.

Vers la fin de 2020 et en 2021, l'accent sera mis sur un processus intergouvernemental et sur la négociation du projet de texte afin de produire une version finale de la Recommandation en vue de son éventuelle adoption par la Conférence générale de l'UNESCO lors de sa 41e session à la fin de 2021.

Les travaux de l'UNESCO sur la recommandation s'appuient sur l'étude préliminaire de la Commission mondiale d'éthique des connaissances scientifiques et des technologies (COMEST) de l'UNESCO. Cette étude souligne qu'actuellement, aucun instrument mondial ne couvre tous les domaines qui guident le développement et l'application de l'IA dans une approche centrée sur l'être humain.

L'UNESCO tient à remercier les partenaires qui ont contribué et soutenu le processus d'élaboration de la Recommandation sur l'éthique de l'intelligence artificielle.

Consultations multipartites

Le premier projet de texte de la Recommandation sur l’éthique de l’intelligence artificielle préparé par le Groupe d'experts ad hoc (GEAH) en mai 2020 évoluera de manière substantielle après de nombreuses consultations multipartites en ligne. Ces consultations sont cruciales pour l’élaboration d’un projet de texte complet, inclusif et pluraliste qui tiendra compte des intérêts, des préoccupations et des points de vue des différentes parties prenantes impliquées dans l’IA.
 
Des partenaires du monde entier se joignent à l'UNESCO pour organiser ce processus de consultation basé sur trois composantes :

La diversité des points de vue recueillis lors des consultations sera prise en compte par le GEAH lors de la révision de la première version du projet en août/septembre 2020.

Consultation publique en ligne

L'objectif de la consultation en ligne est de recueillir les retours sur le premier projet de recommandation.

Nous souhaitons inclure autant de voix que possible afin d'élaborer un texte complet, inclusif et pluraliste.

Cette démarche a pour but de saisir les intérêts, les préoccupations et les points de vue du plus grand nombre possible de parties prenantes impliquées dans l'IA à travers le monde, y compris le grand public, les universités, la communauté scientifique et technique, la société civile, le secteur privé et les entités gouvernementales.

Votre participation contribuera à enrichir le projet de recommandation avec vos points de vue sur la manière dont l'IA pourrait être bénéfique ou préjudiciable pour la société.

Tout le monde et toutes les régions du monde devraient prendre part à ce débat. L'IA est l'affaire de tou.te.s !

Participez à cet échange ! Répondez à notre enquête en français ou en anglais.

Date limite : 31 juillet 2020.

Groupe d'experts ad hoc

24 spécialistes de renom, ayant une expertise multidisciplinaire et pluraliste sur l'éthique de l'intelligence artificielle, ont été nommés par la Directrice générale de l'UNESCO pour former un Groupe d'experts ad hoc (GEAH), en mars 2020.

Ce groupe a été chargé de produire un projet d'instrument normatif mondial, sous la forme d'une Recommandation de l'UNESCO, en tenant dûment compte de diverses dimensions, notamment l'environnement et les besoins du Sud.

 

Travail virtuel du Groupe d'experts ad hoc (de mars à mai 2020)

En raison des circonstances exceptionnelles posées par la pandémie du COVID-19, le GEAH a mené la première phase de ses travaux virtuellement de fin mars à début mai 2020.

Un document de travail leur a fourni des informations de base qui ont servi de point de départ à leurs réflexions.

Le GEAH a travaillé virtuellement pendant six semaines au sein de groupes de travail coordonnés par six de ses membres : Robert Kroplewski, Julie Owono Assevini, Golestan (Sally) Radwan, Emma Ruttkamp-Bloem, Peter-Paul Verbeek et Yi Zeng.

Des discussions virtuelles ont également eu lieu du 20 au 24 avril 2020. Plus de 40 observateurs des États membres, des Nations unies et d'autres entités intergouvernementales ont participé à ces discussions et ont fourni des commentaires écrits au GEAH.

Ces discussions ont abouti à la première version du projet de texte de la Recommandation préparée par le GEAH.

Cette première version continuera à être révisée par le GEAH jusqu'en septembre 2020, en tenant compte des commentaires qui seront reçus au cours du processus de consultation multipartite.

 

Bureau du GEAH

Le GEAH a également élu son Bureau, en utilisant des procédures en ligne, comme suit :

Présidente : Mme Emma Ruttkamp-Bloem

Rapporteur : M. Sang Wook Yi

Vice-président(e)s :    

  • Mme Constanza Gomez Mont
  • Mme Irena Nesterova
  • Mme Golestan (Sally) Radwan
  • M. Peter-Paul Verbeek

 

Prochaines étapes

Le projet de texte révisé par le GEAH sera soumis aux États membres en septembre 2020, sous la forme d'un rapport préliminaire sur la Recommandation.

Dans ce rapport préliminaire, la Directrice générale invitera les États membres à soumettre des observations écrites, qui seront prises en considération lors de la préparation de son rapport final.

Ce rapport final contiendra un ou plusieurs projets de textes pour la Recommandation. Il sera communiqué aux Etats membres et soumis à un comité spécial d'experts gouvernementaux (catégorie II) qui sera convoqué en 2021 (deux sessions prévues pour avril et juin 2021).

Le comité spécial décidera du projet final de la Recommandation, qui sera ensuite soumis à la Conférence générale de l'UNESCO, fin 2021.