Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Réserves de biosphère

header_index.png

© UNESCO

Réseau mondial des réserves de biosphère (WNBR)

Le Réseau mondial des réserves de biosphère du programme MAB est un réseau dynamique et interactif de sites d’excellence. Il favorise l’intégration harmonieuse des peuples et de la nature pour un développement durable, contribuant ainsi aux objectifs du Millénaire pour le développement par le biais du dialogue, le partage des connaissances, la réduction de la pauvreté et l’amélioration du bien-être humain, le respect des valeurs culturelles et la capacité de la société à s’adapter au changement. Le réseau est donc l’un des outils internationaux principaux qui se penche sur le développement et la mise en œuvre d’approches de développement durable dans des contextes variés.

Le réseau encourage la coopération Nord-Sud et Sud-Sud ; c’est un outil de coopération internationale exceptionnel permettant le partage des connaissances, les échanges d’expériences, le développement des capacités et de mettre les bonnes pratiques en avant. 

 

 

Il est actuellement composé de 714 réserves dans 129 pays, dont 21 sites transfrontaliers. Ils sont distribués à travers le monde :

 

RÉSEAUX RÉGIONAUX ET THÉMATIQUES

Construire une coopération internationale, régionale, sous-régionale et spécifique à un écosystème est un élément clé du programme MAB, soutenu par ses réseaux régionaux et thématiques de réserves de biosphère.

Réseaux régionaux et interrégionaux

Les réseaux régionaux et sous-régionaux ont un rôle clé à jouer dans l'échange d'informations et d'expériences au niveau régional dans les domaines suivants:

Le réseau des réserves africaines de biosphère (AfriMAB) a été créé en 1996 et regroupe 33 pays africains. Il vise à promouvoir la coopération régionale dans les domaines de la biodiversité, de la conservation et des projets viables transfrontaliers, principalement basés dans les réserves de biosphère.

Pour être plus efficace, quatre sous-réseaux thématiques ont été créés :

  • Zonage et amélioration du fonctionnement de la réserve de biosphère;
  • Réserves de biosphère et communautés locales, les intervenants / acteurs sociaux;
  • Participation et partage des revenus;
  • Réserves de biosphère transfrontières;
  • Soutien logistique des réserves de biosphère.

Bureau du réseau Africain du MAB

  • Président: Nigeria
  • Coordonnateur pour l'Afrique centrale: Cameroun
  • Coordonnateur pour l'Afrique de l'Est: Kenya 
  • Coordonnateur pour l'Afrique australe: Afrique du Sud
  • Coordonnateur pour l'Afrique de l'Ouest: Côte d'Ivoire

Le Réseau de ArabMAB a été lancé officiellement en 1997 et représentait 18 pays arabes, son objectif général étant de promouvoir la coopération entre les comités nationaux arabes du MAB afin de renforcer le programme MAB dans la région arabe, notamment par la création de réserves de biosphère et de La mise en œuvre de projets communs de recherche et de sensibilisation du public.

Le Conseil de coordination ArabMAB se réunit tous les deux ans pour élire un bureau et adopter un programme de travail pour la période biennale. Les réunions du Conseil sont généralement le lieu de réunion d'experts et d'ateliers techniques. Les réunions du Conseil ArabMAB se sont tenues à Agadir. , Maroc (1999), Damas, Syrie (2001), Beyrouth, Liban (2004), Sharm El Sheikh, Égypte (2007), Réserve de la biosphère du cèdre El-Chouf, Liban (2010) et Réserve de la biosphère Dana, Jordanie (2013). ).

ArabMAB Meeting 2017

La réunion régionale du constituant nettork d'ArabMAB du 22 au 24 mai à Alger a élu le nouveau comité directeur suivant pour les deux années à venir (2017-2019):

  • Président: Algérie - Dr. Houria Khelifi
  • Vice-président: Jordanie - M. Amer Al Roufee
  • Reporters: Tunisie - Dr. Nabiha Ben M'Barek
  • Membre: Egypte - Prof. Manal Fawzy
  • Membre: Arabie Saoudite - Dr. Saad Al Qahtani

 

La région Asie et Pacifique compte quatre réseaux régionaux:

  • Le réseau des réserves de la biosphère est-asiatiques a été créé en 1994. Il regroupe aujourd'hui la Chine, la Fédération de Russie, le Japon, le Kazakhstan, la Mongolie, la République de Corée et la Fédération de Russie. Le secrétariat d'EABRN est assuré par le bureau de l'UNESCO. À Pékin.
  • Le Réseau «L’homme du Pacifique et la biosphère» (PacMAB) a été créé en 2006 et regroupe les États fédérés de Micronésie, Kiribati, Palau, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Samoa et Tonga, servant de vecteur d’échange et de coopération entre la biosphère nouvelle et émergente. Réserves et points focaux nationaux du MAB dans le Pacifique Les petites îles de la région Asie-Pacifique sont extrêmement vulnérables au changement climatique, dont les conséquences sont la pauvreté, les catastrophes naturelles, le dépeuplement, la perte de la culture traditionnelle et les effets néfastes des espèces envahissantes. Les réserves de biosphère ont un potentiel énorme pour faire face au changement climatique, en particulier en tant que lieux d’apprentissage de la durabilité et pour expérimenter des mesures d’atténuation et d’adaptation en matière de changement climatique.
  • Le Réseau MAB d’Asie du Sud et Centrale (SACAM) a été créé en 2002 et comprend l’Afghanistan, le Bangladesh, le Bhoutan, l’Inde, l’Iran, le Kazakhstan, les Maldives, le Népal, le Pakistan et le Sri Lanka.
  • Le Réseau de réserves de la biosphère d'Asie du Sud-Est (SeaBRnet) a été créé en 1998. Il comprend aujourd'hui les pays suivants: Cambodge, Chine, Indonésie, Japon, RDP Lao, Malaisie, Myanmar, Philippines, Thaïlande, Viet Nam et Timor-Leste. Pour plus de détails, contacter: UNESCO Jakarta Bureau

 

EuroMAB regroupe l’ensemble des réserves de biosphère d’Europe et d’Amérique du Nord et est actuellement le plus grand réseau régional du MAB avec 53 pays. 1986.

EuroMAB 2019

Date et lieu: 2 au 5 avril 2019, château de Dublin, réserve de la biosphère de la baie de Dublin, Irlande
Web: http://euromabdublin2019.ie/
Contact: Leslie Moore, surintendante des parcs de la ville
Email: leslie.moore@dublincity.ie  

Membres du comité de pilotage EuroMAB 2018-2019

Catherine Cibien (France)
Email: catherine.cibien@mab-france.org  
 
Toomas Kokovkin (Estonie)
E-mail: toomas@pelagis.eu  
 
Montanaro Oliviero (Italie)
Email: Montanaro.oliviero@minambiente.it

Leslie Moore (Irlande)
Email: leslie.moore@dublincity.ie  

Kari E Natland (Norvège)
Email: kari@nordhordland.net  

Secrétariat EuroMAB

Meriem Bouamrane (UNESCO / MAB, France)
Email: m.bouamrane@unesco.org  

 

 

Le Réseau ibéro-américain MAB (IberoMAB) a été créé en 1992. Il regroupe 22 pays d'Amérique latine et des Caraïbes, le Portugal et l'Espagne. Le réseau ibéro-américain MAB vise à renforcer le programme MAB dans les pays d'Amérique latine et des Caraïbes, d'Espagne et Portugal, notamment en consolidant leurs comités nationaux du MAB et leurs liens de coopération et en encourageant la création de nouvelles réserves de biosphère.

La 18ème réunion du réseau s'est tenue à Santa Marta, en Colombie, du 7 au 9 mai 2018. La réunion a été organisée par le réseau IberoMAB, le ministère colombien de l'Environnement et du Développement durable, le gouvernorat de Magdalena, le Secrétariat du MAB, Bureau régional de l'UNESCO pour la science en Amérique latine et dans les Caraïbes, et bureaux de l'UNESCO à San Jose et Quito.

Le plan d'action du réseau ibéro-américain et caribéen des comités du MAB et des réserves de biosphère (IberoMAB) pour la période 2018-2025, comprenant la révision de ses statuts et d'autres aspects liés à la gouvernance, au financement, à l'éducation et à la formation, a été approuvé à la Conclusion de la réunion.

Bureau du réseau IberoMAB

Président: Mexique
Vice-président: Chili
Secrétariat: Espagne

Point focal au Secrétariat du MAB: Maria Rosa Cárdenas

 

Réseaux spécifiques à un écosystème

Les réseaux spécifiques à un écosystème et à un thème fournissent des informations précieuses sur les techniques durables et les possibilités d’atténuation et d’adaptation au changement climatique, notamment des réseaux et des activités de recherche, un renforcement des capacités et des collaborations éducatives sur:

Les terres arides couvrent plus de 40% de la surface terrestre totale de la planète et abritent plus de 2 milliards de personnes. Leur biodiversité joue un rôle important dans la lutte mondiale contre le changement climatique, la pauvreté et la désertification. Selon la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification ( UNCCD), les zones arides sont définies comme suit: «les zones dans lesquelles la quantité potentielle d'eau transférée de la terre à l'atmosphère est au moins 1,5 fois supérieure à la précipitation moyenne: un calcul connu sous le nom d'indice d'aridité. Et caractérisé par des extrêmes climatiques saisonniers et des régimes de précipitations imprévisibles ».

Malgré ce que beaucoup pensent, les zones arides contiennent une grande diversité de biodiversité, essentielle pour la durabilité et la subsistance de leurs habitants, dont beaucoup sont pauvres. C’est pourquoi l’importance de la biodiversité pour la réduction de la pauvreté et le développement économique peut être plus importante dans les zones arides que dans de nombreux autres écosystèmes. Les terres sèches fournissent également un certain nombre de produits de grande valeur et d’importance économique mondiale, au moins 30% des plantes cultivées du monde et de Les races de bétail sont originaires des zones arides et constituent donc un important réservoir génétique qui devient potentiellement précieux pour l’adaptation au changement climatique.

La Convention a été créée en 1994 pour lutter contre la désertification des terres, protéger l'environnement et développer une gestion durable des terres arides.Cette convention est le seul accord international juridiquement contraignant liant l'environnement et le développement à la gestion durable des terres.

À ce jour, 70 réserves de biosphère (ou 9% du WNBR) comprennent des écosystèmes de terres arides.

Les mangroves sont des écosystèmes rares mais spectaculaires qui occupent la frontière entre la terre et la mer. Ils sont constitués d’arbres ou de grands arbustes, notamment de fougères et de palmiers, qui poussent normalement dans la zone intertidale ou dans les zones adjacentes. Les habitats salins des sédiments sont présents dans 123 pays tropicaux et subtropicaux, dont les deux tiers dans 12 pays, les plus vastes écosystèmes de mangroves se trouvant sur les côtes plus humides de l'Amérique du Sud et centrale et de l'Afrique occidentale et centrale. et du nord-est de l'Inde au nord de l'Australie, en passant par l'Asie du sud-est, ils ne couvrent que 152 000 kilomètres carrés, soit moins de 1% des forêts tropicales du monde, ce qui en fait un type d'habitat rare.

La conservation des zones de mangroves revêt une grande importance: depuis l'Atlas mondial des mangroves, un cinquième des écosystèmes mondiaux de mangroves ont été perdus depuis 1980. Les mangroves sont des ingénieurs de l'écosystème qui exercent une influence directe sur leur environnement et les modifient. En tant que riches réserves de biomasse et hautement productives, elles soutiennent des communautés complexes et exportent des nutriments vers les écosystèmes adjacents.

Les mangroves offrent un large éventail de biens et de services aux populations, y compris les produits forestiers et la pêche, et jouent un rôle essentiel dans la protection du littoral. Elles constituent l’un des écosystèmes les plus productifs de la planète et leur valeur économique varie entre 2 000 et 9 000 USD par habitant. Hectare par an Malheureusement, de nombreuses sociétés ont négligé ces avantages, y compris le soutien indirect qu’elles apportent à la pêche hauturière.

Aujourd'hui, 91 des 701 réserves de biosphère constituant le Réseau mondial de réserves de biosphère comprennent des écosystèmes de mangroves.

(Updated in July 2019)

Réseau mondial de réserves de biosphère insulaires et côtières (WNICBR)

Les réserves de biosphère des zones insulaires et côtières du monde présentent des caractéristiques naturelles, culturelles, socio-économiques et politiques différentes, mais elles présentent également des problèmes similaires et spécifiques qui peuvent être traités de manière commune.

Ces zones, en particulier les petites îles des Caraïbes et de la région Asie-Pacifique, sont extrêmement vulnérables au changement climatique, dont les conséquences sont la pauvreté, les catastrophes naturelles, le dépeuplement, la perte de la culture traditionnelle et les effets néfastes des espèces envahissantes. L’équilibre des écosystèmes insulaires marins et terrestres et une perte irréversible de la biodiversité.

Créé en 2012, le Réseau mondial de réserves de biosphère insulaires et côtières a pour objectif d'étudier, de mettre en œuvre et de diffuser des stratégies insulaires et côtières visant à préserver la biodiversité et le patrimoine, à promouvoir le développement durable et à s'adapter aux effets du changement climatique. Le réseau et la collaboration au niveau mondial: le bureau de l’île de Jeju (République de Corée) est axé sur les questions de changement climatique, tandis que l’autre de Minorque (Espagne) est spécialisé dans le développement durable. Ce réseau est constitué des représentants de vingt îles Et les réserves de biosphère côtières du monde entier et est ouvert à toutes les îles et réserves de biosphère côtières qui souhaitent y adhérer.

Site Internet

    Les régions de montagne représentent environ un quart de la surface terrestre de la Terre et abritent environ 25% de la population mondiale. Les montagnes sont essentielles à la vie et offrent une multitude de fonctions et de services écosystémiques, notamment: eau douce, biodiversité, produits forestiers et minéraux. , habitats d'espèces menacées, paysages et cultures d'une valeur exceptionnelle.

    Les montagnes fournissent à plus de la moitié de l’humanité de l’eau destinée à la consommation humaine, à l’irrigation, à l’industrie, à la production alimentaire et énergétique, à l’adaptation du climat, de la qualité de l’air et du débit de l’eau, et contribuent La grande diversité culturelle et ethnolinguistique du monde se trouve dans les zones de montagne.

    Menacées par le changement climatique et climatique, les régions de montagne sont confrontées à la perte d'espèces rares et menacées, à la modification des équilibres hydriques (y compris la fonte des glaciers) et à un changement d'utilisation des terres, modifiant les conditions socio-économiques et les moyens de subsistance des populations.

    Le MAB-UNESCO évalue les impacts du changement climatique et mondial sur les écosystèmes montagneux fragiles, en utilisant les réserves de biosphère de montagne comme sites d'étude et de suivi.

    Utilisation durable de la diversité biologique dans les réserves de biosphère des zones arides et semi arides d'Afrique de l'Ouest

    Le réseau mondial des réserves de biosphère s'est étendu jusqu'à l'Afrique de l'Ouest en 1977 avec la création du parc de Taï en Côté d'Ivoire. Si le concept de réserves de biosphère souligne l'importance de l'intégration des populations locales dans la gestion et l'évolution de la diversité biologique, il prévoit aussi des règles d'accès, nécessaires à la protection des écosystèmes, qui parfois deviennent des sources de conflits entre les habitants et les gestionnaires des réserves.

    La plupart des espèces du monde vivent dans les forêts et en particulier dans les forêts tropicales. Certaines de ces créatures ne sont pas évidentes pour tous, comme les insectes, les champignons et les formes de vie inférieures, mais elles jouent également un rôle essentiel: elles recyclent notamment les nutriments et permettent à nos écosystèmes de se Se renouveler: on estime que 73% des forêts tropicales auront été abattues d’ici à 2100.

    La disparition rapide des forêts tropicales et de leur biodiversité a entraîné de nombreux changements, allant bien au-delà des interactions cruciales connues entre le couvert forestier et le climat. Le programme MAB encourage une gestion économiquement viable et écologiquement rationnelle de ces forêts. La formation.

    Aujourd'hui, sur les 686 réserves de biosphère constituant le Réseau mondial de réserves de biosphère, 126 comprennent des écosystèmes de forêts tropicales.
     

    Les Weslands sont des écosystèmes saturés d’eau, saisonniers ou permanents, qui stockent et garantissent la qualité de l’eau, en offrant une résistance à la sécheresse. Ils jouent un rôle central dans la durabilité durable de toutes les eaux douces. Selon la Convention de RAMSAR, les zones humides comprennent: Tous les lacs et les rivières, les aquifères souterrains, les marais et les marais, les prairies humides, les tourbières, les oasis, les estuaires, les deltas et les bas-fonds, les mangroves et autres zones côtières, les récifs coralliens et tous les sites créés par l'homme tels que les étangs à poissons, les rizières, les rizières, Et les mares salantes ". En raison des différences régionales et locales, les zones humides varient considérablement en raison des différences de sols, de topographie, de climat, d'hydrologie, de la chimie de l'eau, de la végétation, des perturbations humaines et d'autres facteurs. On les trouve partout dans le monde, sauf en Antarctique. .

    Depuis la nuit des temps, l’humanité a habité les zones humides et les a utilisées de différentes manières. L’ancienne société de Mésopotamie, située entre le Tigre et l’Euphrate, a été fondée et a prospéré dans les zones humides, qui jouent un rôle majeur dans la protection des terres contre les inondations et les Impacts des tempêtes: elles fournissent de la nourriture et des habitats diversifiés qui favorisent la biodiversité génétique, des espèces et des écosystèmes.Les zones humides jouent un rôle clé dans les cycles de vie de nombreuses espèces et dans les schémas de migration annuels.

    En raison de la pollution, de l’exploitation, du changement climatique et de la croissance démographique, les zones humides sont en train de se dégrader et de disparaître. C'est pourquoi la Convention de Ramsar, un traité international, a été adoptée en 1971. Elle a été conçue pour répondre aux préoccupations mondiales Perte et dégradation des zones humides.