Journée internationale de la diversité biologique

halong_bay.jpg

© All rights reserved

Message de la Directrice générale

La biodiversité représente un bien commun, un héritage extrêmement précieux constitué au cours de millions d’années, un capital à transmettre aux générations futures. Dans sa définition, elle comprend l’exceptionnelle variété des formes de vie présentes sur Terre ainsi que les environnements naturels où ces formes se sont développées – les écosystèmes. La biodiversité conditionne notre propre existence, offrant toutes les ressources naturelles à son épanouissement.

Cette biodiversité n’est toutefois pas un bien inépuisable. Les interventions de l’homme – exploitations extensives des ressources, modes de consommation dispendieux, pollution industrielle causant des dérèglements climatiques – sont en train de lui causer des dommages irréparables.

C’est le constat qu’ont fait les experts internationaux rassemblés au sein de la Plateforme Intergouvernementale scientifique et politique sur la Biodiversité et les Services Ecosystémiques (IPBES), réunis au mois de mars dernier à Medellin en Colombie. Les rapports produits par ces experts ont confirmé la détérioration rapide de l’état de la biodiversité et mis en évidence les effets directs de cette détérioration, déjà perceptibles, comme la diffusion de certaines maladies à l’homme.

L’UNESCO, institution partenaire de l’IPBES, s’engage pour tenter de mettre un terme à l’appauvrissement de la biodiversité et favoriser l’exploitation durable des écosystèmes. Son programme L’Homme et la biosphère vise par exemple à assurer un équilibre harmonieux entre les activités humaines et l’environnement naturel. Dans le cadre de la Décennie des Nations unies pour la biodiversité (2011-2020), l’UNESCO contribue en outre activement à la mise en œuvre de la Convention sur la Diversité Biologique, adoptée il y a 25 ans par 196 parties et qui vise à la conservation de la diversité biologique et à un partage équitable et durable des ressources. Sur les sites inscrits au Patrimoine mondial, dans ses réserves de biosphères et ses géoparcs, notre Organisation développe, avec tous ses partenaires, des solutions innovantes en traitant de façon complémentaires les questions de diversité biologique et de diversité culturelle.

Au-delà de l’urgence qu’il y a à préserver la biodiversité et à restaurer des écosystèmes dégradés, ces programmes veulent contribuer à changer les mentalités et à faire évoluer les pratiques économiques et sociales. Cette évolution, inscrite dans l’Agenda 2030 pour le Développement Durable, et notamment dans son Objectif 15 dédié à la qualité de la vie sur Terre, passe par le partage de valeurs comme la coopération, le respect de la diversité, la solidarité intergénérationnelle, valeurs acquises et cultivées par une éducation au développement durable.

C’est à une sensibilisation accrue à ces enjeux essentiels pour notre vie aujourd’hui et demain qu’invite cette Journée internationale. Une Journée où ce beau proverbe indien prend tout son sens : « La Terre n’est pas un don de nos parents ; ce sont nos enfants qui nous la prêtent »

Audrey Azoulay, Directrice générale de l'UNESCO
Message à l’occasion de la Journée internationale de la diversité biologique 2018
English ǀ Français ǀ Español ǀ Русский ǀ العربية ǀ 中文