Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes

2 Novembre

Au cours des douze dernières années (2006-2017), près de 1010 journalistes ont été tués pour avoir voulu couvrir des évènements et informer le public. En moyenne, cela correspond à un mort tous les quatre jours. Dans neuf cas sur dix, les meurtriers restent impunis. L'impunité mène à un plus grand nombre d'assassinats et représente souvent un symptôme d'aggravation des conflits et d'effondrement des systèmes de droit et de justice. L'UNESCO s’inquiète que l'impunité cause des dommages aux sociétés entières en dissimulant de graves violations des droits de l'homme, de la corruption et de la criminalité. Les gouvernements, la société civile, les médias et ceux qui se soucient du respect de l'Etat de droit sont invités à se joindre aux efforts globaux pour mettre fin à l'impunité.

En reconnaissance des profondes conséquences de l’impunité, notamment en ce qui concerne les crimes commis contre les journalistes, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté, lors de sa 68ème session en 2013, la Résolution A/RES/68/163, qui proclame le 2 novembre « Journée Internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes ». Cette résolution a exhorté les Etats Membres à mettre en place des mesures précises afin de lutter contre l’actuelle culture d’impunité. La date a été choisie en mémoire de l’assassinat de deux journalistes français au Mali le 2 novembre 2013.

MESSAGE DE LA DIRECTRICE GÉNÉRALE

"Cette année, le 2 novembre, la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes sera centrée sur les journalistes locaux. Avec la  campagne  #KeepTruthAlive,  il  s’agira  de  remettre  en  cause  l’idée  que  les  assassinats ne se produisent que bien loin de l’œil du public, et visent principalement les  correspondants  étrangers  en  zone  de  guerre.  Lumière  sera  faite  sur  les  journalistes locaux travaillant sur les questions de corruption et de politique en dehors des situations de conflit, qui ont représenté 93 % des décès de journalistes de ces dix dernières années."

— Audrey Azoulay, Directrice générale de l'UNESCO
à l'occasion de la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes 2019

Téléchargez le message complet au format PDF
English | Français | Español | Русский | العربية | 中文