Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Journée internationale de la fille

11 Octobre

Le 19 décembre 2011, l’Assemblée générale des Nations Unies a déclaré dans la résolution 66/170 le 11 octobre Journée internationale de la fille, afin de reconnaître les droits des filles et les obstacles particuliers auxquels elles se heurtent de par le monde.

La Journée internationale de la fille met l'accent sur la nécessité de relever les défis auxquels sont confrontées les filles et de promouvoir l'autonomisation des filles et le respect de leurs droits humains.

Les adolescentes ont le droit à une vie sûre, en bonne santé et à une éducation, non seulement au cours de leurs années formatrices critiques, mais aussi une fois devenues femmes. Si les filles sont acompagnées durant l'adolescence, elles ont le potentiel de changer le monde - travailleuses de demain, entrepreneures, mentors, chefs de famille, dirigeantes politiques ou mères de famille. Investir dans la réalisation du potentiel des adolescentes permet de défendre leurs droits aujourd'hui et d'assurer un avenir plus équitable et plus prospère. Un avenir dans lequel elles auront la part égale à la moitié de l'humanité afin de résoudre les crises liées aux problèmes du changement climatique, des conflits politiques, de la croissance économique, de la prévention des maladies et de la viabilité mondiale.

L’égalité hommes / femmes est une priorité globale de l’UNESCO, et l’accompagnement des jeunes filles, leur formation et leur pleine aptitude à faire entendre leurs idées sont des leviers de développement et de paix. L’âge de l’adolescence est extrêmement sensible pour les jeunes filles, où nombre d’entre elles sont contraintes d’abandonner l’école, à raison de mariages précoces, notamment. C’est pour rappeler ces fondamentaux que l’UNESCO s’engage à célébrer cette journée.

MESSAGE DE LA DIRECTRICE GÉNÉRALE

"Les chiffres sont éloquents et hélas préoccupants. Cent trente-deux millions de filles sont encore déscolarisées et 9 millions d’entre elles – contre 3 millions de garçons – n’entreront même jamais dans une salle de classe. Dans les pays les plus pauvres, seulement 13 % des filles qui parviennent à être scolarisées dans le secondaire achèvent leur cycle. Les inégalités sont toujours là, entre les genres et les États, deux inégalités qui se renforcent mutuellement. Ces inégalités, si nous n’y prenons garde, s’aggraveront demain, notamment sous l’effet de la révolution numérique qui ne peut laisser les filles de côté."

— Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO, à l’occasion de la Journée de la Fille

Télecharger le message complet en format PDF
English Français Español Русский العربية 中文