Journée internationale de Nowruz

Message de la Directrice générale

Le premier jour du printemps marque aussi, pour toute une partie de l’humanité, l’entrée dans une nouvelle année. Aujourd’hui, non seulement dans de nombreux pays d’Asie et du Caucase, mais aussi un peu partout à travers le monde, des millions de familles, poursuivant une tradition plurimillénaire, célèbrent Nowruz.

Parce qu’elle signifie un nouveau commencement, Nowruz est aussi une festivité pleine d’espoir, comme l’a suggéré avec ses mots tendres et élégants le poète persan Hafez : « Voici le printemps qui revient / Avec le charme des roses. / Regarde leurs joues fraîches / Et la plante amère de la tristesse / Sera déracinée de ton cœur ». Les feux que l’on allume à Nowruz dans les campagnes iraniennes, dans les plaines du nord de l’Irak ou sur des plages de Los Angeles, en consumant les malheurs et les souffrances de l’année passée, se veulent la promesse de joies futures et d’un monde plus apaisé.

À cette promesse et à cette fête, l’UNESCO s’associe avec bonheur. Les célébrations de Nowruz, qui prennent des formes variées selon la région du monde où l’on a la chance d’y assister, témoignent au plus haut degré de la diversité et de l’inventivité des cultures humaines. À cet égard, elles nous rappellent que notre patrimoine commun, que l’UNESCO a pour mission de préserver et de diffuser, n’est pas seulement affaire de monuments, d’objets et de paysages, mais aussi de pratiques, de croyances, de savoirs et de traditions, un patrimoine immatériel tout aussi précieux et parfois plus fragile, car n’ayant pour seul appui que la mémoire et transmission.

Joyeux Nowruz à toutes et tous !

Audrey Azoulay, Directrice générale
Message pour la journée internationale du Nowruz