Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Journée internationale des femmes et des filles de science

11 Février

Le 22 décembre 2015, l'Assemblée générale a adopté la résolution A/RES/70/212 par laquelle elle décide de proclamer le 11 février de chaque année Journée internationale des femmes et des filles de science. 

L'initiative est mise en œuvre par l'UNESCO et ONU-Femmes, en collaboration avec des institutions et des partenaires de la société civile qui visent à promouvoir les femmes et les filles.

L’égalité des genres est une priorité globale de l’UNESCO, et l’accompagnement des jeunes filles, leur formation et leur pleine aptitude à faire entendre leurs idées sont des leviers de développement et de paix.

Les grands défis du Programme de développement durable à l'horizon 2030, qu’il s’agisse de la santé ou du changement climatique, demandent de fomer un maximum de talents. C’est pourquoi il est impératif d’augmenter le nombre de femmes actives dans les domaines scientifiques. La diversité dans la recherche élargit le bassin de chercheurs talentueux, apportant ainsi de nouvelles perspectives, du talent et de la créativité.

La Journée internationale des femmes et des filles de science, célébrée chaque année le 11 février, a été adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies afin de promouvoir l'accès et la participation pleine et équitable des femmes et des filles à la science. Cette journée permet de rappeler que les femmes et les filles jouent un rôle essentiel dans la communauté scientifique et technologique et que leur participation doit être renforcée. La célébration est menée par l'UNESCO et ONU-Femmes, en collaboration avec des institutions et des partenaires de la société civile qui promeuvent l'accès des femmes et des filles à la science ainsi que leur participation à la science.

Participez à la conversation avec #FemmesEnScience

 

MESSAGE DE LA DIRECTRICE GÉNÉRALE

« Nous devons appliquer le principe d'égalité de manière active de sorte que la science soit favorable aux femmes, au lieu de les défavoriser comme elle le fait trop souvent – par exemple, lorsque les algorithmes perpétuent les préjugés de leurs programmeurs. »

— Message conjoint de ‎Mmes Audrey Azoulay, Directrice générale de l'UNESCO, ‎ et Sima Bahous, Directrice exécutive d'ONU-Femmes, à l'occasion de la Journée internationale des femmes et des filles de science ‎- ‎11 février 2022

Message complet au format PDF
English | Français | Español | Русский | العربية | 中文

 

Pour être intelligente, la révolution numérique devra être inclusive

Malgré une pénurie de compétences dans les domaines technologiques qui sont à l'origine de la quatrième révolution industrielle, les femmes ne représentent toujours que 28% des diplômés en ingénierie et 40% des diplômés en informatique, selon le chapitre centré sur les questions de genre du Rapport de l'UNESCO sur la science 2021. Le chapitre est intitulé « Pour être intelligente, la révolution numérique devra être inclusive ».

Le Rapport de l'UNESCO sur la science suit les tendances et les développements de la gouvernance scientifique dans le monde tous les cinq ans. L'édition de 2021 met l'accent sur les objectifs de développement durable à l'horizon 2030 et sur la quatrième révolution industrielle.

 

Participez !

Utilisez le mot dièse #FemmesEnScience pour participer à la conversation, défier les stéréotypes de genre et partager vos experiences de la nécessité d’inclure plus de femmes et de filles dans les domaines de science, technologie, ingénierie et mathématiques ! Un kit pour les médias sociaux est disponible en plusieurs langues.

Des messages clés sont disponibles en anglais.

Appel à l'action - Accélérer l'égalité des genres dans le domaine de l'eau

Atteindre l'égalité des genres dans le domaine de l'eau est crucial au vu des engagements mondiaux inscrits dans le Programme pour le développement durable à l'horizon 2030 et dans de nombreux autres engagements internationaux liés au genre et à l'eau. Cependant, une analyse approfondie menée par le Programme mondial pour l'évaluation des ressources en eau de l'UNESCO (WWAP) et son « Groupe de travail sur l'eau et le genre », formé de plus de 50 experts des agences des Nations Unies, des bureaux gouvernementaux de l'eau des États membres, des universités et des ONG, a montré le manque de progrès vers la réalisation de ces promesses au niveau mondial. En effet, l'analyse montre que les inégalités de genre dans le domaine de l'eau sont fortes et persistent à tous les niveaux.

En réponse, le WWAP a lancé un appel aux décideurs, dirigeants politiques, gouverneurs et responsables politiques, bailleurs de fonds, PDG et autres acteurs concernés pour accélérer les actions concrètes en vue de la réalisation de :

  •     l'accès à l'eau pour tous sans discrimination,
  •     promouvoir le leadership des femmes dans la gestion et la gouvernance de l’eau,
  •     protéger les droits des femmes à l’eau et appliquer un financement égalitaire entre les sexes,
  •     réduire l'écart entre les sexes entre la politique et la pratique,
  •     donner la priorité à la collecte de données sur l'eau ventilées par sexe, et
  •     lutter contre les normes et les stéréotypes qui désavantagent les femmes et les filles

Plus d'information :