Journée mondiale de l'eau

wwd2018_fr.jpg

© UNESCO

2018

Les dommages environnementaux, associés aux changements climatiques, sont à l'origine des crises liées à l'eau que nous observons dans le monde entier. Les inondations, la sécheresse et la pollution de l'eau sont aggravées par la dégradation de la végétation, des sols, des rivières et des lacs. Lorsque nous négligeons nos écosystèmes, il est plus difficile de fournir à tous l'eau dont nous avons besoin pour survivre et prospérer.

Les solutions basées sur la nature ont le potentiel de résoudre nombre de nos problèmes d'eau. Nous devons miser sur le génie écologique et les infrastructures naturelles ou « vertes », en les harmonisant avec les infrastructures construites par l’homme dans la mesure du possible. Planter de nouvelles forêts, reconnecter les rivières aux plaines inondables et restaurer les zones humides permettra de rééquilibrer le cycle de l'eau et d'améliorer la santé humaine et les moyens de subsistance.

Le thème de la Journée mondiale de l'eau 2018 « L'eau : la réponse est dans la nature », vise à montrer le potentiel des solutions pour l'eau basées sur la nature et comment elles peuvent être utilisées pour améliorer les politiques et la pratique de gestion de l'eau.

L’accès à l’eau salubre est essentiel au développement durable et à l'éradication de la pauvreté et de la faim. L’eau est indispensable pour le développement humain, la santé et le bien-être. Il y a suffisamment d'eau douce sur la planète pour y parvenir. Néanmoins les défis liés à l'eau, notamment l'accès limité à l'eau potable et à l'assainissement, les pressions croissantes sur les ressources en eau et les écosystèmes, et les risques exacerbés de sécheresses et d'inondations restent des priorités mondiales. La Décennie internationale d'action: l'eau au service du développement durable 2018-2028 vise à consolider la coopération, les partenariats et le renforcement des capacités en réponse à l'ambitieux Programme de développement durable à l'horizon 2030. Elle sera lancée lors de la Journée mondiale de l'eau

Dans ce rapport, l’eau est envisagée non comme un élément isolé mais comme faisant partie intégrante d’un processus naturel complexe qui passe notamment par l’évaporation, les précipitations ou l’absorption de l’eau par les sols. Dans ce contexte, la couverture végétale, la présence de zones humides ou l’existence de forêts sont autant d’éléments qui influent sur le cycle de l’eau et sur lesquels on peut agir pour améliorer la quantité et ainsi que la qualité d’eau disponible. Ces solutions renforcent les co-bénéfices sociaux, économiques et environnementaux, y compris la santé humaine et les moyens de subsistance, la sécurité alimentaire et énergétique, la croissance économique durable, les emplois décents, la réhabilitation et l'entretien des écosystèmes et la biodiversité. Par exemple, on estime que la production agricole pourrait augmenter de près de 20% grâce à des pratiques plus vertes en matière de gestion de l’eau. Une étude citée par le Rapport, portant sur des projets de développement agricoles dans 57 pays à faible revenu, montre qu’une utilisation plus efficace de l’eau, un moindre recours aux pesticides et une amélioration de la couverture végétale peut améliorer le rendement agricole de 79%. Le rapport sera lancé le 19 mars lors du Forum mondial de l'eau 2018 à Brasilia, au Brésil.

Points forts

ÉvènementsPlus

NewsMore

PublicationsMore

...

Videos