Grand angle

Les relations humaines au cœur des droits de l'homme

cou_04_18_madariaga_web_1.jpg

Détail d’une sculpture en bronze de Gustav Vigeland (1869-1943) exposée dans le Parc de Frogner, à Olso, Norvège.

« Le droit, et aussi le devoir principal de l’homme dans la vie est de se chercher et si possible de se trouver dans l’expérience, c’est-à-dire de comprendre tout ce qu’il peut du monde, de lui-même et des relations véritables entre le monde et lui. Un minimum de garantie contre la famine doit constituer le premier droit de l’homme, mais son droit le plus essentiel est la garantie d’être libre de vivre sa vie comme il l’entend. » Voici un extrait du texte de Salvador de Madariaga (1886-1978), ingénieur, écrivain et diplomate espagnol, qu'il a envoyé à l'UNESCO en 1947, en réponse à l’enquête sur les fondements philosophiques des droits de l'homme. L'intégralité de son article est diponible en anglais

Découvrez également cet autre article de Salvador de Madariaga, publié dans Le Courrier de l'UNESCO de février 1995: La formation de l'homme moderne : intuition et intelligence.

Salvador de Madariaga

Diplomate, écrivain et historien espagnol, Salvador de Madariaga (1886-1978) était ingénieur de formation. Il a abandonné sa profession lorsqu'il a été nommé chef de la campagne de propagande britannique pour les pays hispanophones en 1916. En 1921, Salvador de Madariaga s'est installé à Genève, où il a travaillé dans la section de relation avec les médias de la Société des Nations. Il a également été ambassadeur d'Espagne aux États-Unis (1931) et en France (1932 à 1934).