Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Ces villes qui se réinventent

Les villes ont toujours été des centres de pouvoir, d’attractivité, de prospérité. Mais l’urbanisation effrénée, enregistrée ces dernières décennies, met en péril leur fonction historique de melting-pots. Au fur et à mesure qu’elles se peuplent, elles se déshumanisent : violences, inégalités, discriminations… Plus les villes sont grandes, plus ces fléaux qui les accablent prennent de l’ampleur.

Néanmoins, en même temps qu’elles se déshumanisent, les villes se réinventent. De la débrouille comme stratégie de survie à Kinshasa (RDC) aux grands projets nationaux de réhabilitation des villes mono-industrielles en Russie, de l’initiative personnelle d’un galeriste qui a sorti de sa torpeur la petite ville d’Erriadh (Tunisie) à la mobilisation des masses contre l’appropriation autoritaire de l’espace public à Varsovie (Pologne), des mouvements de solidarité avec les migrants à Londres (Royaume-Uni) aux synergies qui font revivre le cœur de La Havane (Cuba), des forces créatrices surgissent et s’ordonnent pour doter la vie urbaine de nouveaux sens, de nouvelles perspectives. On peut croire que ce sont de « minuscules résistances », pour reprendre l’expression de l’écrivain français Thomas B. Reverdy, mais ce sont elles qui font la différence.

Deux autres écrivains partagent leurs points de vue avec nos lecteurs, dans ce numéro. Notre invité, le Franco-Congolais Alain Mabanckou, nous parle des « Afriques mobiles » et du courage d’écrire, tout en soulignant des passages contradictoires de l’histoire coloniale. Quant à l’écrivain uruguayen-américain Jorge Majfud, il dénonce l’attitude raciste à l’égard des migrants, dans la rubrique Idées, qui propose par ailleurs une analyse des politiques migratoires aux États-Unis.

Dans la rubrique Actualités, nous publions, à l’occasion de la Journée mondiale de l’Afrique (25 mai), un entretien avec Tshilidzi Marwala (Afrique du Sud) sur l’émergence de l’intelligence artificielle (IA) dans le continent. Pour marquer la Journée internationale de la diversité biologique (22 mai), nous visitons le Gran Pajatén, au Pérou, avec Roldán Rojas Paredes, l’homme qui a initié son inscription dans le Réseau des réserves de biosphère de l’UNESCO. Nous allons également à Sharjah, aux Émirats arabes unis, qui lance son programme de Capitale mondiale du livre en avril 2019.

Enfin, avec Zoom, nous allons en Inde, au Mexique, au Myanmar et en Ouganda, dans des lieux privés d’électricité. Un petit tour du monde tout en lumière !

Jasmina Šopova, rédactrice en chef

2019-2