Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Défis climatiques, défis éthiques

Le réchauffement climatique ne peut pas être considéré comme une affaire de degrés Celsius. Il est une dimension de la crise écologique globale, conséquence directe des rapports complexes entre les humains et la nature, mais aussi entre la science et la politique, affirme Bernard Feltz (Belgique), selon lequel la science porte une lourde responsabilité dans l’émergence du problème climatique. Il en est de même de la politique : le négationnisme climatique a gravement entravé les efforts qui auraient pu nous épargner l’urgence climatique actuelle, ajoute Catriona McKinnon (Royaume-Uni) avant de s’interroger : ne faudrait-il pas invoquer le droit pénal pour contrer le changement climatique ? En effet, constate Anne-Sophie Novel (France), citoyens et ONG sont de plus en plus nombreux à travers le monde à pousser la porte des tribunaux en clamant l’injustice climatique. Chose inimaginable il y a à peine six ans, ils obtiennent parfois gain de cause.

Certes, bon nombre de responsables politiques s’efforcent de soutenir les industries vertes, mais est-ce une solution au problème du changement climatique ? Oui, mais à condition que la justice sociale fasse partie de l’équation, répond Thiagarajan Jayaraman (Inde), en précisant que c’est chose rare, tant sur le plan national qu’à l’échelle internationale. La lutte contre le réchauffement climatique et celle contre la pauvreté ne font qu’un, estime également Zofeen T. Ebrahim (Pakistan), qui illustre son propos avec le projet de plantation de dix milliards d’arbres dans son pays. Autre exemple de recours aux énergies vertes, l’installation de pompes et de lampes solaires change radicalement la vie des communautés rurales en Afrique, explique Victor Bwire (Kenya). 

Photo : Luc Schuiten

Si l’on veut bâtir une société sans carbone et éviter ainsi le cauchemar annoncé, c’est par les villes qu’il faut commencer, insiste Manuel Guzmán Hennessey (Colombie). Elles concentrent les trois quarts des émissions de gaz à effet de serre et consomment les deux tiers de l’énergie mondiale. C’est pourquoi elles ont un rôle particulier à jouer dans la production de solutions innovantes et technologiques à la crise climatique, comme le souligne Hastings Chikoko (Malawi), directeur régional du réseau de villes C40 pour l’Afrique. 

Les villes les plus vulnérables se trouvant dans les pays en développement, la solidarité planétaire peut et doit jouer un rôle crucial. Or les grandes disparités dans le monde ‒ à la fois cause et conséquence du changement climatique ‒, empêchent l’humanité de serrer les rangs et de coopérer, s’inquiète Johan Hattingh (Afrique du Sud). Tout aussi inquiet, l’artiste franco-danois Thierry Geoffroy, alias Colonel, a l’impression de crier dans le désert, mais ne baisse pas les bras pour autant. Étonné de notre apathie collective, il installe à travers le monde des Salles d’urgence et organise des Courses critiques, espérant ainsi éveiller les consciences. Le même espoir anime Arshak Makichyan (Russie), dont le combat devient de moins en moins solitaire au fil des mois. 

Dans la rubrique Idées, nous nous interrogeons également sur l’avenir de l’humanité, mais cette fois-ci vu sous le prisme de l’intelligence artificielle. Avec la rubrique Zoom, nous allons à la rencontre de la jeunesse arabe, en suivant, sept siècles plus tard, les traces de l’explorateur marocain Ibn Battuta, alors que Notre invité nous propose de nous rendre à Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan, hôte de la 43e session du Comité du patrimoine mondial en juillet 2019. Les Actualités nous amènent en Afrique du Sud, 25 ans après l’arrivée de Nelson Mandela au pouvoir. Une autre grande figure, Dmitri Mendeleïev, est également à l’honneur dans ce numéro, à l’occasion de l’Année internationale du tableau périodique des éléments chimiques. 

Jasmina Šopova, rédactrice en chef

2019-3